Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog de Lucien PONS

Articles avec #le nazisme tag

Grèce : Alexis Tsipras une nouvelle fois humilié par les créanciers. Par Romaric Godin

30 Décembre 2016 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #Comité pour une Nouvelle résistance, #Europe supranationale, #La France, #AMERIQUE, #La mondialisation, #Le capitalisme;, #Le grand banditisme, #Les transnationales, #le nazisme, #La lutte des classes, #Grèce, #Le socialisme, #l'horreur économique

Grèce : Alexis Tsipras une nouvelle fois humilié par les créanciers

 | 
Pour faire passer sa prime aux retraités, Euclide Tsakalotos, ministre grec des Finances, a écrit à Jeroen Dijsselbloem.
Pour faire passer sa prime aux retraités, Euclide Tsakalotos, ministre grec des Finances, a écrit à Jeroen Dijsselbloem. (Crédits : © Francois Lenoir / Reuters)
Le premier ministre grec a obtenu la tolérance des créanciers concernant son "cadeau de Noël" aux retraités moyennant des engagements humiliants pour l'avenir. L'autonomie financière de la Grèce est de plus en plus un mirage.

Le gouvernement grec s'est-il livré à un jeu de dupes dans la querelle autour des primes accordées aux retraités en janvier ? C'est ce que l'on peut soupçonner. Au début du mois de décembre, le premier ministre Alexis Tsipras avait annoncé la suspension de la hausse prévue de la TVA dans les îles du nord de la mer Egée, les plus exposées au flux de migrants depuis la Turquie et la distribution d'une prime de 300 à 800 euros pour les retraités les plus pauvres. L'ensemble des mesures s'élevaient à 617 millions d'euros et étaient en ligne avec le mémorandum dans la mesure où Athènes a dégagé un excédent budgétaire primaire de plus de 3 milliards d'euros supérieur à l'objectif et qu'elle peut employer à sa guise 60 % de ces surplus.

Une lettre qui arrange tout

Cette décision avait néanmoins provoqué la colère des créanciers qui s'appuyaient sur le fait de ne pas avoir été prévenus par le gouvernement grec alors que le mémorandum indique explicitement que toute mesure budgétaire exceptionnelle doit recevoir leur validation. Devant la volonté d'Alexis Tsipras de maintenir ces mesures et le paiement le 22 décembre aux retraités des sommes promises, l'Eurogroupe et le Mécanisme européen de Stabilité (MES) ont annoncé le gel des mesures de court terme concernant la dette, un toilettage des intérêts et des maturités, principalement, sans conséquences concrètes réelles, mais avec un lourd poids symbolique. Finalement, samedi 24 décembre, le président de l'Eurogroupe, Jeroen Dijsselbloem, annonçait le retour de ces mesures suite à une lettre du ministre grec des Finances, Euclide Tsakalotos qui, selon le Néerlandais, « s'engageait à poursuivre les réformes ».

Victoire pour Alexis Tsipras ?

A priori, il s'agissait d'une victoire pour le gouvernement grec : les retraités ont reçu leur argent et les créanciers ont validé ce paiement a posteriori, reconnaissant de fait la souveraineté budgétaire de la Grèce sur les excédents supplémentaires. Alexis Tsipras allait pouvoir défendre l'idée qu'il défendait les intérêts des plus fragiles contre les créanciers et qu'il menait la résistance malgré toutes ces concessions. Compte tenu de son retard dans les sondages, c'était une excellente nouvelle. Mais à quel prix cette « victoire » a-t-elle été obtenue ? Quel était le contenu de cette lettre qui a adouci l'humeur des créanciers ?

La lettre humiliante d'Euclide Tsakalotos

La lettre a été publiée ce mardi 27 décembre par le quotidien To Vima et traduit en anglais sur le blog Keep Talking Greece. Elle contient plusieurs éléments embarrassants pour le gouvernement Tsipras. D'abord, Athènes s'engage à ce que le paiement de Noël aux retraités soit limité strictement à cette année. « Le premier ministre et moi-même, écrit Euclide Tsakalotos, nous engageons à ce qu'il ne s'agisse que d'une mesure exceptionnelle limitée à 2016 ». De même, la hausse de la TVA dans les îles n'est suspendue que pour 2017 et elle est financée par d'autres recettes.

Des « mesures compensatoires » promises

Cependant, la mesure la plus controversée vient ensuite. Dans le cas où les mesures prises empêcheraient la Grèce d'atteindre son objectif d'excédent primaire de 2016, soit 0,5 % du PIB, « les autorités grecques s'engagent à prendre des mesures compensatoires dans le domaine des dépenses de retraites pour combler la différence entre l'objectif budgétaire 2016 et l'objectif réalisé », explique le ministre. Cet engagement est théorique, car la Grèce dispose d'une large avance sur son objectif d'excédent primaire qui sera bel et bien atteint. Il n'y aura donc pas de « mesures compensatoires ». Mais l'engagement de procéder à de telles mesures prouvent dans les faits la faiblesse du gouvernement grec qui reconnaît implicitement qu'il aurait dû demander la permission de prendre ces mesures aux créanciers puisqu'il s'engage à « corriger » son erreur rapidement. L'humiliation est évidente.

A l'avenir, plus d'autonomie

Elle est encore soulignée davantage par le paragraphe suivant où la Grèce s'engage à ne plus prendre de telles mesures à l'avenir et à consulter à l'avance ses créanciers pour tout emploi des excédents supplémentaires. Mieux même, le gouvernement grec trace les lignes des prochaines utilisations des surperformances budgétaires du pays conformément aux attentes des créanciers. « Nous reconnaissons que les marges de manœuvre budgétaires peuvent être utilisées pour renforcer la protection sociale et/ou pour réduire la charge fiscale dans le cadre des engagements du mémorandum. Autrement, nous utiliserons la surperformance budgétaire pour construire des réserves de liquidités ou pour réduire la dette fournisseurs de l'Etat », écrit Euclide Tsakalotos. La liberté d'action du gouvernement grec est ainsi très réduite et, pour ainsi dire, n'existe pas puisqu'elle sera soumise aux créanciers donc à leurs priorités.

Fermer toute alternative économique

Outre l'humiliation et l'absence absolue d'autonomie du gouvernement grec, cette lettre va plus loin : elle enferme le pays dans une politique économique prédéfinie. La Grèce va ponctionner son économie pour atteindre des objectifs budgétaires très ambitieux. En cas de surperformance, la redistribution de ces fonds collectés sur l'économie sera limitée à une politique de désendettement et de baisses d'impôt. Certes, la charge fiscale est devenue intenable et elle doit être réduite, mais la Grèce a aussi besoin d'investissements publics et rien n'assure que les baisses d'impôts, surtout pour les plus hauts revenus, retourneront bien à l'économie grecque et ne fuiront pas hors d'un pays surendetté et soumis à la volonté de ses créanciers. Bref, ce choix de la répartition des surplus est trop limité, inadapté et idéologique. Mais le gouvernement d'Alexis Tsipras a dû l'accepter pour ne pas mettre en danger la deuxième revue du programme et prendre le risque d'un défaut en juillet prochain.

Quelles conséquences ?

Les retraités grecs qui ont touché cette prime de Noël doivent bien en profiter, car l'occasion ne se représentera plus. Certains soupçonnaient Alexis Tsipras de chercher une crise avec les créanciers pour sortir du Palais Maximou, le Matignon grec, la tête haute. Il semble qu'il n'en soit rien. Le gouvernement n'entend pas se retirer, fût-ce au prix d'une nouvelle humiliation devant les créanciers. La question est donc désormais de savoir quel sera le bénéfice politique d'une telle manœuvre. Certes, les retraités ont bien touché leurs primes. Mais le prix à payer sera rude à accepter. Au sein de Syriza, la pilule est une nouvelle fois amère à avaler. Comment prétendre avec un tel texte, avec l'acceptation de « mesures compensatoires » et d'une procédure future humiliante et inepte, à un passé de « résistance » contre les créanciers devant les électeurs. Plus que jamais, Nouvelle Démocratie, le parti conservateur, peut, sans difficulté se donner le beau rôle en prétendant placer plus de confiance avec les créanciers et donc plus de marges de manœuvre. Quant aux partis à la gauche de Syriza, ils pourront toujours insister sur l'humiliation du procédé et l'absence d'indépendance de la Grèce. Au final, la stratégie d'Alexis Tsipras risque, une nouvelle fois, d'échouer.

 

Lire la suite

Le canard enchainé révèle que lors des attentats du Bataclan les ordres du ministère de l'intérieur ont été aux BRI : "vous ne vous en mêlez pas". Par Mickael Zhekoo.

28 Décembre 2016 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #Europe supranationale, #La France, #AMERIQUE, #L'OTAN., #La mondialisation, #La République, #La Russie, #La nation ., #Terrorisme, #La Syrie - La Libye - l'Iran -, #Daesch, #le nazisme, #Le fascisme, #Les média, #Politique intérieure, #ISIL, #Je suis Charlie?, #La justice, #L'armée française

 

Le canard enchainé révèle que lors des attentats du Bataclan les ordres du ministère de l'intérieur ont été aux BRI : "vous ne vous en mêlez pas".

Le canard enchainé révèle que lors des attentats du 13 novembre les gendarmes affectés à la sécurité de Valls (résidant dans le 11e à coté des terrasses ciblées) se sont précipités les premiers sur les lieux et voulaient intervenir au Bataclan.
Ils en ont informés la préfecture mais les ordres du ministère de l'intérieur ont été :
"vous ne vous en mêlez pas".
D'ailleurs dans le rapport parlementaire à ce sujet le GIGN et la BRI se sont plaints : les 1ers de n'avoir pu intervenir aussitôt, les 2nds que l'on empiète sur leur domaine d'action...
À l'issue, les valeureux gendarmes ont été tous mutés en Nouvelle calédonie loin des médias pour ne pas dévoiler le pot aux roses, leur intervention rapide aurait pu éviter des dizaines de morts et de blessés. 
Ils ont été discrètement médaillés début octobre, sans aucun officiel de la Métropole.

 

 
Lire la suite

Coup d'état du 21 février 2014 en Ukraine, les ministres des Affaires étrangères d’Allemagne, de France et de Pologne, convoqués devant un tribunal russe ! Par Olivier Renault

28 Décembre 2016 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #Comité pour une Nouvelle résistance, #Europe supranationale, #La France, #AMERIQUE, #L'OTAN., #La République, #Ukraine, #La Russie, #le nazisme, #Politique étrangère, #Le fascisme, #Les média

Sikorski, Steinmeier et Fabius,

Sikorski, Steinmeier et Fabius,

Les ministres des Affaires étrangères d’Allemagne, de France et de Pologne, convoqués devant un tribunal russe !

Un ancien député du parlement ukrainien, Wladimir Olejnik, veut apporter la preuve que l’Euromaïdan, a été un coup d’Etat mené avec le soutien de l’Allemagne, de la Pologne et de la France. Fabius, Sikorski et Steinmeier, accusés d’avoir soutenu le coup d’Etat à Kiev, ont reçu une convocation au tribunal de Moscou. Un tribunal qui écoute des témoins depuis 1 semaine. Les média allemands ou français ne parlent pas de ces convocations, ni de l’existence du tribunal qui siège depuis 1 semaine déjà !

Tribunal à Moscou a commencé la semaine dernière. Le tribunal de Moscou écoute les différents témoignages. De hauts fonctionnaires d’Ukraine ont été convoqués pour parler des événements de l’hiver 2013/2014. Vladimir Oleïnik veut apporter la preuve qu’un coup d’Etat a bien eu lieu en février 2014 avec aussi l’aide de la France et de l’Allemagne.

La semaine dernière a eu lieu la première partie des auditions. Six témoins ont parlé devant le tribunal. Viktor Ianoukovitch (l’ancien président de l’Ukraine), Alexandre Ïakimenko (ancien chef des services secrets), Nikolai Azarov (l’ancien Premier ministre), Andreï Kliuïev (l’ancien directeur de l’administration présidentielle), Vitali Zakhartchenko (l’ancien ministre de l’Intérieur), Viktor Pschonka (l’ancien procureur général). Les 6 témoins ont expliqué que l’Ukraine a été la cible d’un coup d’Etat calculé et planifié depuis des années avec l’aide des Etats-Unis et d’autres pays occidentaux.

Vladimir Oleïnik a fui Kiev en 2014. Toutes ses tentatives de déposer une plainte devant un tribunal ukrainien ont échoué. Et c’est pour cette raison que Vladimir Oleïnik a lancé la procédure à Moscou puisque, comme l’Ukraine, Moscou, a signé la déclaration des droits de l’homme. «L’Occident a soutenu le coup d’Etat en Ukraine en provoquant la fuite du président légalement élu, Viktor Ianoukovitch , qui a dû prendre la fuite par la Crimée. Une action qui est allée contre la constitution ukrainienne.

L’ancien président ukrainien, Ianoukovitch a expliqué devant le tribunal le rôle de l’ambassades des Etats-Unis qui a servi de QG pour organiser le coup d’Etat. Ianoukovitch a expliqué que les Occidentaux ont poussé l’ancien président à signer l’accord avec l’UE ce qu’il avait refusé car cet accord allait contre les intérêts de l’Ukraine.

L’ancien chef des services secrets ukrainiens SBU, Alexandre Ïakimenko, a parlé devant le tribunal du rôle des tireurs d’élite venus des pays baltes et de Géorgie avec des experts en explosifs.

Ministres des Affaires étrangères de Pologne, de France, d’Allemagne convoqués à la barre. Radoslaw Sikorski, Frank-Walter Steinmeier, Laurent Fabius, ont reçu une convocation. Mais jusqu’à aujourd’hui les 3 ministres n’ont pas répondu à la convocation de Moscou.

    Olivier Renault

Lire la suite

Tu 154: L'incompréhensible crash de l'avion militaire russe à Sotchi. Par Karine Béchet Golovko

28 Décembre 2016 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #Europe supranationale, #La France, #AMERIQUE, #L'OTAN., #La Russie, #La nation ., #La Syrie - La Libye - l'Iran -, #La guerre, #Daesch, #le nazisme

Mardi 27 décembre 2016

 

Tu 154: L'incompréhensible crash de l'avion militaire russe à Sotchi

 
 
 
 
Noel, cette année, a été endeuillée par un tragique évènement: le crash d'un avion militaire russe à Sotchi, avec à son bord 9 journalistes, le Choeur Alexandrov et l'humanitaire Docteur Liza, se rendant en Syrie pour soutenir les militaires russes et apporter des médicaments pour les civils. A un peu plus de 5h du matin, après 7 minutes de vol, il s'écrase dans les eaux côtières. 92 personnes, 92 morts. 
 
Il est difficile de traduire l'émotion qui s'est emparée de la société russe. Le Choeur Alexandrov est un symbole, une force, depuis sa première prestation en 1928. Il a accompagné les hommes au front lors de la Seconde guerre mondiale, a été présent sur tous les lieux de conflits, se produit dans le monde entier. Churchill, en 1945, disait de lui qu'il était l'arme chantante de l'Union soviétique.
 
Elizabeth Glinka est née à Moscou d'une famille de militaire et de médecin. Elle fait sa médecine, épouse un avocat belge d'origine russe, Glinka, et part aux Etats Unis avec lui en 1986, où elle va se spécialiser dans les soins paliatifs. Elle participe à la création de la première unité de soins paliatifs à Moscou, ensuite part avec son époux deux ans à Kiev à la fin des années 90, travaillant dans des projets américains liés au domaine médical. En 2007, à Moscou, elle va fonder sa Fondation financée par le parti Russie Juste, entrera dans l'activisme politique un instant avec la Ligue des électeurs qui doit surveiller les élections dans la foulée de Bolotnaya. Toutefois, si elle est profondément ancrée, de part son parcours, dans le clan de d'opposition libérale, elle ne prend pas de position politique particulière et s'en éloigne petit à petit. A partir de 2014, même si son discours ne change pas, elle va s'investir pour aider les enfants du Donbass victimes des bombardements ukrainiens, puis prolonge son action en Syrie. Des centaines d'enfants lui doivent la vie.
 
En coulant au fond de la mer, cet avion a emporté avec lui des symboles vivants, forts, qu'il sera impossible de remplacer prochainement. 
 
Mais que s'est-il passé? Ici, la communication cahotique laisse à désirer. Les services répètent comme une incantation qu'il ne s'agit pas d'un acte terroriste. Une véritable incantation. Et aucune version n'est totalement plausible. 
 

 
Selon le FSB et le Ministère des transports en charge de l'enquête sur les causes de cette tragédie, il y a quatre explications prioritaires:
 
  1. intrusion de corps étrangers dans les moteurs - peut être une attaque groupée de canards sauvages pour toucher simultanément les 3 moteurs?
  2. essence de mauvaise qualité - finalement, après vérification, il a été prouvé que tout était correct
  3. erreur de pilotage
  4. problème technique
Mais, rien à ce jour ne permet de dire qu'il s'agit d'un attentat.
 
La première boîte noire vient d'être retrouvée et espèrons qu'elle donnera plus d'informations et permettra une communication plus cohérente que ce à quoi nous avons assisté depuis dimanche.
 
Rappelons certains faits: 
 
  • En dehors des 13 corps retrouvés, l'on a également trouvé 160 morceaux de corps.
  • Le fusillage de l'avion est en morceaux, notamment de petits morceaux, en plus des morceaux de moteurs et différents éléments de l'appareil.
  • Tout s'est passé tellement vite que les pilotes n'ont pas pu signaler quoi que ce soit à la tour de contrôle, ni même appuyer sur le bouton de SOS. 
Dimanche, l'on apprend que l'arrêt à Sotchi n'a rien d'extraordinaire, cela se fait courament lorsque l'avion doit continuer en Syrie, un des journalistes à bord envoie un message depuis le départ à Moscou disant que le vol doit prendre environ 5h, mais s'ils s'arrêtent comme prévu à Sotchi, ça pourra prendre plus longtemps.
 
Depuis Lundi, la communication dérape. Le mot est simple: ce n'est pas un attentat. A aucun prix. Semblerait-il même à celui de la réputation. Dans le désordre.
 
Les médias lancent que parmi les corps remontés, certains avaient des gilets de sauvetage. Donc ... donc ... c'est un accident. Le ministère de la défense réagit immédiatement, vertement, et qualifie cela "d'insinuations ignobles".
 
Sur les plateaux de télévision, chacun fait son focus. Sur Rossiya 24, dans l'émission Fakty (Les faits), l'on est noyé sous les détails techniques des courants marins, du relief des fonds, des fiches techniques de l'avion, des appareils de recherches etc. Sans aucune analyse. Dans l'émission 60 minutes sur Rossiya 1, les experts vantent la qualité de la formation des pilotes, la robustesse de l'avion, la minutie dans le contrôle. Dès que la conversation glisse, donc, vers l'attentat, dernière explication possible, là aussi, c'est impossible: les contrôles sont sérieux. Bref, c'est impossible, car c'est impossible.
 
Dans la presse, l'on voit apparaître des articles expliquant que l'attentat est impossible car ... il ne devait pas aller à Sotchi, mais à Mozdoka. Toutefois, en raison du mauvais temps, au denier moment, sans que personne ne soit au courant, en cours de route, il s'est détourné vers Sotchi.... Soit, le journaliste qui parlait de Sotchi avant même que l'avion n'ait décollé de Moscou était alors visionnaire.
 
Et plus le temps passe et plus l'hystérie gagne les "sources" journalistiques. L'on frôle la science-fiction aujourd'hui. L'idée qui semble vouloir être "vendue" est que les pilotes auraient tenté de poser l'avion sur la mer, mais sans succès.
 
Ainsi, alors que dimanche soir l'on sortait comme témoin un "pêcheur" qui n'aurait pas du tout entendu d'explosion - donc ce n'est pas un attentat, le plus important - aujourd'hui, il faut aller plus loin, le pêcheur ne fait plus le poids. Apparaît tel un deus ex machina un garde-frontière qui, lui, sur son petit bateau, aurait absolument tout vu ... mais rien dit jusqu'à présent... Ce témoin surprise explique que l'avion tanguait, que les pilotes ont tenté de le poser, mais le choc avec la surface a fait se détacher la queue et l'avion a coulé. 
 
Donc, les pilotes n'ont pas eu le temps d'appuyer sur le bouton SOS, car nous disait-on c'est allé trop vite et ils n'ont pu réagir. Mais, ils ont eu le temps de tenter un amerrissage. Sans contacter la tour de contrôle. Et le garde frontière, n'a pas signalé le lieu du crash, puisqu'il a fallu plus d'une journée pour trouver le lieu exacte. Même si la zone des recherches ne cesse d'être élargie. Et encore, malgré un amerrissage, les corps sont en morceaux, les moteurs aussi et le fussillage, n'en parlons pas. Soit ...
 
Espèrons que la boîte noire donnera des explications plus plausibles. Car, pour l'instant, ce qui s'est passé est incompréhensible. Contre la thèse de l'attentat: les morceaux remontés, selon le FSB, ne portent pas de traces d'explosifs.
 
Dans tous les cas, le FSB a entièrement raison: ce n'est pas un attentat. Dans tous les cas, cela n'a rien à voir avec du terrorisme: soit une erreur de pilotage ou un défaut technique, soit c'est beaucoup plus qu'un attentat. Car ce n'est pas un groupe extrémiste qui pourrait faire tomber ainsi un avion militaire partant d'un aérodrome russe. Dans ce cas, les implications seraient beaucoup plus graves et dépasseraient de loin la question terroriste.
 
Laissons donc l'enquête se dérouler et espèrons que la communication se calmera, que l'on n'assistera pas à une guerre interne des structures pour se dédouaner de ce qui est arrivé, ce que laisse à penser ces couacs médiatiques. Parfois il vaut mieux ne rien dire que sortir ce genre d'affabulations, au minimum par respect pour les familles de ceux qui ont péri. Dans ce qui est une véritable tragédie, humaine et symbolique. C'est pourquoi, qu'il s'agisse d'un acte volontaire ou d'un accident, dans tous les cas, la société attend une réaction forte de l'Etat.
 
Vidéo sur les morceaux sortis de l'eau:
 
 
Dernière conversation entre les pilotes et la tour de contrôle, tout est normal:
 
 
Emission 60 minutes du 26 décembre sur les causes possibles du crash:
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Lire la suite

« Pourquoi rejeter le progrès est moderne ! C’est un devoir humaniste » L’édito de Charles SANNAT

21 Décembre 2016 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #Histoire, #La mondialisation, #le nazisme, #Les média, #Ecole, #Services publics, #La santé

  « Pourquoi rejeter le progrès est moderne ! C’est un devoir humaniste » L’édito de Charles SANNAT
 

« Pourquoi rejeter le progrès est moderne ! C’est un devoir humaniste » L’édito de Charles SANNAT

Le progrès est en marche et il est fort probable que nous ayons plus de chance en nous y adaptant qu’en espérant qu’il s’arrête.

Certains lecteurs me disent que je manifeste apparemment une grande réticence au changement et que je ne comprends rien.

Il ne faut pas confondre réticence au changement ou au progrès et préservation de l’humanisme et de l’humanité.

Je m’explique.

La technique & l’humanisme

Il y a deux volets dans le progrès. Le premier c’est nos gadgets techniques. Ils restent des gadgets. Ils changent plus ou moins notre quotidien, ils sont plus ou moins « novateurs » ou plus ou moins utiles, ils ont des effets secondaires importants ou faibles… Bref, c’est de la technique et cela relève essentiellement de l’intendance.

Il y a l’autre volet, les impacts humains. Les changements que ces progrès opèrent sur nous et parfois en nous. Celles et ceux qui ont lu quelques philosophes grecs en dehors de l’école et avec de la maturité, ceux qui ont lu quelques pensées d’empereurs romains, savent à quel point depuis 3 ou 4 000 ans finalement, l’homme n’a pas changé.

Nous n’avons pas changé d’un seul poil. Nos sciences, nos gadgets, nos appareils, nos réseaux, et prochainement le cerveau planétaire auquel quelques grands malades de transhumanistes veulent nous brancher par des implants technologiques afin de réaliser le rêve nazi du mythe du surhomme ou de l’homme amélioré ou encore augmenté (peu importe les termes) n’ont pas changé la nature profonde de l’homme. Pire, la technologie, en réalité, ne nous donne pas le meilleur humain.

La technologie, mise au service du totalitarisme marchand, des profits et de la consommation de masse, en réalité diminue l’homme, elle exacerbe ce qu’il y a de plus mauvais dans l’être humain.

Solitude, enfermement, peur de l’autre, absence de lien, sont les conséquences de la télévision et de la violence véhiculée, des jeux vidéo ou des réseaux sociaux. De la « technologie ».

Jalousie, frustration, envie, égoïsme, haine de l’autre, orgueil mais aussi luxure sont les conséquences de la société de consommation. Du totalitarisme marchand.

L’un et l’autre forment un cocktail détonant de déshumanisation.

L’alibi Arte

Oui mais « à la télé il y a aussi Arte »… C’est ce que j’appelle l’alibi Arte. À cette question, posez une autre question : « Quelle est la dernière chose que tu as vu sur Arte et à quelle fréquence regardes-tu cette chaîne ? »

Évidemment que de la technologie peut sortir le meilleur en termes purement théoriques et si nous étions dans un monde parfait.

Le problème c’est que, dans la vraie vie, le métier de TF1 défini par son ancien PDG c’était bien de « vendre du temps de cerveau disponible à Coca-Cola », pas à éduquer, élever les masses ou les informer pour qu’elles rentrent de plain-pied dans le monde dit de la « connaissance » !

Une fois que nous avons évacué cet « alibi Arte », que reste-t-il de la technologie actuelle ?

Nos sociétés deviennent-elles moins violentes ? NON.

Nos sociétés génèrent-elles plus de bonheur ? NON.

Nos sociétés créent-elles du lien social ? NON.

Nos sociétés sont-elles ouvertes ? Oui… et en train de se fermer sous vos yeux.

Notre monde est-il en paix ? NON, il n’y a jamais eu autant de conflits.

Plus nous avons de technologie, moins nous avons de liberté, moins nous avons de sécurité, plus nous avons et vivons de violences, de guerres et de conflits. Nous sommes seuls, isolés, tous devant nos écrans, abrutis, coupés du monde et tout simplement de la vie.

Nos pensées se résument désormais à des émoticônes, des hiéroglyphes modernes certes mais qui restent des simples dessins disant si je suis triste ou content, si je rigole ou pas, c’est le degré 0 de la langue, le degré 0 du langage, le degré 0 de l’écriture et donc le degré 0 de la pensée.

Il n’y a plus la possibilité d’exprimer une pensée complexe et construite, abstraite. Plus nous avons de tablettes, moins nous avons d’intelligence et d’humanité.

Plus nous avons de tablettes, de drones, de robots et autres technologies, plus nous devenons stupides et bêtes.

On nous explique que le progrès c’est plus d’intelligence… C’est faux !

Pour le moment, le progrès c’est une entreprise massive d’abrutissement des masses.

Alors oui, moi aussi j’ai un portable, un ordinateur, mais je veux les considérer uniquement comme des outils. Oui, c’était mieux avant et il ne faut pas avoir peur de le dire, pas pour rejeter les progrès qui, de toutes les façons, s’imposeront à nous, mais pour les dompter et les mettre au service de notre humanité et de notre humanisme.

« Science sans conscience n’est que ruine de l’âme » disait Rabelais… qui a vécu dans les années 1500… Ce n’est donc pas tout jeune et pourtant, il avait déjà tout compris.

J’aime le progrès, les sciences, les découvertes, profondément, totalement. Mais ce progrès technique sans le volet philosophique et humaniste, croyez-moi, ne vaut strictement rien.

Le progrès sans âme, sans amour, sans intelligence, sans humanité, sera au mieux une succession de gadgets, au pire, les outils de notre propre perte collective.

Si nous voulons que le progrès soit une chance, alors il faudra le dompter. Le dompter cela veut dire savoir accepter de voir croître certains progrès et avoir aussi la volonté farouche d’en faire décroître d’autres et de les refuser.

Je terminerai juste en vous disant que ce que je vous dis là est une évidence que toutes les éminences de la Silicon Valley ont parfaitement assimilée.

L’école Waldorf bannit de sa pédagogie pour les enfants des cadres de Google et autres Amazon ou Apple, tous les écrans, tablettes, iPad et autres télévisions jusqu’au lycée… et après, les limitations restent très fortes. Si vous ne me croyez pas, lisez cet article de Libération ici.

Les plus technophiles savent faire décroître la technologie et la mettre de côté pour préserver l’humanisme de leurs enfants.

J’espère que vous comprenez enfin à quel point toute cette technologie, ces prôôôgrès, dont on nous rebat les oreilles, n’en sont pas. Ce sont des outils de contrôle des masses, des outils de contrôle social, ils sont des moyens de lobotomiser les foules.

La technologie que l’on vous offre est la ruine de l’âme, mais les élites, elles, en préservent leurs propres enfants.

Je ne suis donc pas réfractaire au changement, je n’ai juste aucune illusion sur ce qu’il est : la négation même de notre intelligence, de nos capacités et de notre humanité. Il est conçu comme un asservissement.

Ci-dessous le clip de Moby. C’est moderne, et ça dit en musique la même chose que moi.

Le progrès technique n’est pas une fin en soi. Le véritable progrès, le véritable chemin est celui de la sagesse humaine, de la domination de nos passions. Il y a des progrès qui en réalité empêchent cette évolution humaine, cette révolution humaniste. Le progrès nous fait perdre les lumières. Il faut donc savoir l’accepter pour partie. Avoir la force de le rejeter sur d’autres aspects.

Dans tous les cas, il ne doit pas nous faire perdre de vue l’essentiel. L’essentiel c’est comme le disait Saint-Exupéry, que l’on ne voit bien qu’avec le cœur. N’oubliez pas l’amour.

Il est déjà trop tard. Préparez-vous !

Charles SANNAT

« Insolentiae » signifie « impertinence » en latin
Pour m’écrire charles@insolentiae.com
Pour écrire à ma femme helene@insolentiae.com

Vous pouvez également vous abonner à ma lettre mensuelle « STRATÉGIES » qui vous permettra d’aller plus loin et dans laquelle je partage avec vous les solutions concrètes à mettre en œuvre pour vous préparer au monde d’après. Ces solutions sont articulées autour de l’approche PEL – patrimoine, emploi, localisation. L’idée c’est de partager avec vous les moyens et les méthodes pour mettre en place votre résilience personnelle et familiale.

 « À vouloir étouffer les révolutions pacifiques, on rend inévitables les révolutions violentes » (JFK)

« Ceci est un article ‘presslib’, c’est-à-dire libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Insolentiae.com est le site sur lequel Charles Sannat s’exprime quotidiennement et livre un décryptage impertinent et sans concession de l’actualité économique. Merci de visiter mon site. Vous pouvez vous abonner gratuitement à la lettre d’information quotidienne sur www.insolentiae.com. »

Lire la suite

Stratégie masquée de la guerre, Pr Daniele GANSER

20 Décembre 2016 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #Comité pour une Nouvelle résistance, #Histoire, #La nation ., #ACTUALITE, #Europe supranationale, #La France, #AMERIQUE, #La mondialisation, #L'OTAN., #La République, #Terrorisme, #La Syrie - La Libye - l'Iran -, #La guerre, #La guerre en Syrie - depuis le 20 août 2013, #Daesch, #le nazisme, #Le fascisme, #Les média, #ISIL, #Je suis Charlie?, #La Turquie, #Ukraine

Stratégie masquée de la guerre, Pr Daniele GANSER

photo_6002_3167421

Dans cette conférence, le professeur Daniele Ganser, historien à l’Université de Bâle et président de l’ASPO-suisse nous parle de ses recherches sur les stratégies masquées de la guerre. Autrement dit, les méthodes officieuses et nécessairement cachées qui permettent à des États ou des organismes privés de créer et de mener des guerres.

Auteur du livre « Les armes secrètes de l’OTAN » traduit en neuf langues, il nous dépeint ici une contre histoire dans les coulisses de la géopolitique. Loin des versions officielles, des informations mainstream, les données que nous livre Daniele Ganser nous permettent de mieux comprendre les enjeux réels des guerres, ce qui peut être dit au public et ce qui ne le sera sans doute jamais.

Au-delà des pirouettes intellectuelles pour détourner l’attention du grand public envers ces sujets, notamment par l’utilisation de termes « prêt à penser » tels : conspirationniste, complotiste, etc. L’analyse des faits, des données disponibles est la seule manière objective de pouvoir émettre un jugement fondé. L’officielisme étant enseigné insidieusement et vendu quotidiennement comme la seule manière de voir le monde (notamment sur le sujet de la géopolitique), il parait essentiel de poser la recherche sur les faits et non sur des éléments de rhétorique.

Les informations que nous livre Daniele Ganser peuvent être complétées et corrélées par celle de John Perkins dont vous pouvez visionner une interview ci-dessous.

Pour plus d’information concernant le réseau Gladio, c’est par ici :

Je vous conseille aussi la lecture du très bon livre de Peter Dale Scott « L’état profond Américain ».

Mise en page 1

Lire la suite

Pourquoi l'Europe refuse de se battre contre la glorification du nazisme? Par Karine Bechet Golovko.

25 Novembre 2016 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #Comité pour une Nouvelle résistance, #Histoire, #La nation ., #ACTUALITE, #Europe supranationale, #La France, #AMERIQUE, #L'OTAN., #La République, #Ukraine, #La Russie, #La guerre, #Le fascisme, #Le socialisme, #La paix, #le nazisme

Pourquoi l'Europe refuse de se battre contre la glorification du nazisme? Par Karine Bechet Golovko.

vendredi 18 novembre 2016

 

Billet d'humeur: pourquoi l'Europe refuse de se battre contre la glorification du nazisme?

 
 
 
J'aimerais beaucoup savoir pourquoi la France n'a pas voté la résolution présentée par la Russie à l'assemblée générale de l'ONU contre la glorification du nazisme? J'aimerais que l'on m'explique quelles sont ces valeurs soi-disant européennes qui sont portées par l'Union européenne conduisant tous les pays de cette Tour de Babel à s'abstenir face au nazisme? Comment peut-on s'abstenir sans le soutenir? J'aimerais beaucoup que nos dirigeants me l'expliquent.
 

Le 17 novembre, la Russie et 40 pays ont déposé devant le 3e comité de l'assemblée générale de l'ONU une résolution visant à la lutte contre la glorification du nazisme. Face à la résurgence des manifestations d'anciens SS dans les pays baltes, de la glorification ouverte des "héros" nazis en Ukraine, de la montée en puissance de partis et mouvements politiques reprenant cette rhétorique raciste et xénophobe, il est important de ne pas oublier ce qu'était le nazisme. La "tolérancce" doit avoir des frontières. Il s'agit aussi de ne pas laisser réécrire l'histoire, se souvenir qui était dans quel camp. Et c'est manifestement ici que le bas blesse. Depuis 10 ans que la Russie introduit cette résolution chaque année.
 
131 pays ont voté pour. L'Ukraine a évidemment voté contre. Les Etats Unis, qui soutiennent leur "projet" également. Sans oublier les Palaos, qui ont obtenu leur indépendance des Etats Unis le 1er octobre 1994. Se sont abstenus 48 pays, dont tous les membres de l'Union européenne et notamment le Canada ou encore la Suisse. Autrement dit, les pays des droits de l'homme se refusent systématiquement de soutenir la lutte contre la glorification du nazisme, puisque l'année dernière ils avaient également refusé de voter cette résolution, 
 
Voici la photo du tableau du vote publiée par la porte-parole du Ministère des affaires étrangères russe:
 
 
La fracture de notre monde est flagrante. Ce qui ne la rend pas plus acceptable. Et aucune discussion ne sera possible à ce sujet dans nos sociétés, car le sujet n'est simplement pas traité par la presse qui soit le considère comme insignifiant, soit comme allant de soi.
 
Or, cette abstention n'est ni insignifiante, ni allant de soi. L'on ne peut, en passant, jeter de hauts cris de jeune fille effarouchée face à la radicalisation du discours en matière de racisme, de xénophobie et accepter de fermer les yeux sur la glorification du nazisme. Il n'est pas "normal" dans une société soutenant les "valeurs européennes" de ne pas se battre contre ces phénomènes de plus en plus fréquents dans nos pays. Le fait de ne pas en parler ne les rend pas pour autant inexistant.
 
Mais il est vrai, qu'alors, comment soutenir cette hystérie politique anti-russe, que Obama tente à bout de bras de maintenir en Europe dans sa tournée d'adieu? Car elle repose sur des pays comme les pays baltes, plus que coopératifs avec les nazis, sur l'Ukraine qui se cherche des héros nationaux distincts de la Russie et ne les trouve que dans les rangs des collaborateurs nazis. 
 
L'hystérie anti-russe est censée justifier toute politique, tous les moyens. Pour quelle fin? Revoir des marches aux flambeaux dans nos rues? Elles ont déjà lieu à Kiev, depuis que le pays s'est déclaré pro-européen.
 
Si c'est ça l'Europe, c'est l'Europe des années 30. Ce n'est pas mon Europe.
Lire la suite

Ukraine: "AZOV" - nouvelle force politique est née. Par Yelena Delville

22 Octobre 2016 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #Comité pour une Nouvelle résistance, #Europe supranationale, #Ukraine, #La Russie, #le nazisme, #Le fascisme, #AMERIQUE, #L'OTAN., #l'Allemagne, #La mondialisation

Non, toujours pas de nazis en Ukraine.
Non, l'Europe ne les voit toujours pas.
J'aimerais que le parlement européen VOTE EN FAVEUR de l'ouverture des frontières (c'est bientôt je crois) avec l'Ukraine.
Et on les verra de très près.

 
Ajoutée le 18 oct. 2016

A vous de juger ...
Le 14 octobre 2016, Azov, sous l'égide d'Andriï Biletski, annonce la création d'un nouveau parti appelé Corps National dont l'ambition affichée est de « prendre le pouvoir et reconquérir les territoires "
Mémo: A la base, le bataillon, puis régiment « Azov" est un des bataillons dits volontaires qui avaient participé à l'opération punitive dans le Donbass. Avec les bataillons Aïdar, Donbass, Dnepr-1 et Dnepr-2, il était financé par l'oligarque Igor Kolomoïsky. Après la décision des autorités ukrainiennes de liquider toute formation armée illicite, ces régiments ont été invités à rejoindre les troupes du ministère ukrainien de la Défense
Wiki: Le Régiment Azov (ukrainien : Полк « Азов »), jusqu'à septembre 2014 bataillon Azov (en ukrainien : Батальйон « Азов ») connu aussi sous le nom des « hommes en noir »1 est une unité paramilitaire spéciale formée de volontaires ukrainiens intégrée à la garde nationale ukrainienne. Il est placé sous le commandement du ministère de l'intérieur d'Ukraine, et intégré aux « forces de défense » par l’État-major ukrainien. Ce bataillon chargé de lutter contre l'insurrection armée pro-russe à l'Est, a été formé le 5 mai 2014, d'abord à Marioupol pour garder les bâtiments administratifs2. Ensuite le bataillon a été basé à Berdiansk. Il doit son nom à la mer d'Azov. Il était composé d'environ 800 volontaires fin 2014 mais vit ses effectifs rapidement décuplés en raison de sa popularité croissante durant l'année 2015, portant le nombre de combattants potentiels à plus de 3000 fin 2016. Les combattants, venus surtout de l'Ouest de l'Ukraine proviennent aussi du centre et de l'est de l'Ukraine. Le régiment compte également dans ses rangs de nombreux combattants issus des pays voisins ainsi qu'un contingent d'Europe occidentale jusqu'en 2015 d'apparence plus minoritaire. En 2015, Azov s'est doté d'une branche politique activiste avec la création d'un corps civil divisé en plusieurs branches à travers toute l'Ukraine et qui se charge de coordonner des actions militantes pour le compte du régiment

Lire la suite

(VIDEO) Déclaration du Président Zakhartchenko suite au meurtre de Motorola. Le 17 octobre 2016

22 Octobre 2016 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #Ukraine, #le nazisme, #Le fascisme, #La Russie, #La France, #AMERIQUE, #Europe supranationale, #Comité pour une Nouvelle résistance, #Terrorisme, #L'OTAN.

(VIDEO) Déclaration du Président Zakhartchenko suite au meurtre de Motorola. Le 17 octobre 2016
Lire la suite

Quand la firme Bayer achetait « des lots de femmes » à Auschwitz par Yannis Youlountas ·

13 Octobre 2016 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #l'Allemagne, #le nazisme, #Le fascisme, #Terrorisme, #Histoire, #Comité pour une Nouvelle résistance, #Chroniques du fascisme ordinaire

Quand la firme Bayer achetait « des lots de femmes » à Auschwitz

par Yannis Youlountas · 11/10/2016

Le capitalisme pue la mort et son histoire est une rivière de sang. Voilà, par exemple, le vrai visage de la firme colossale Bayer qui vient de se payer Monsanto pour 59 milliards d’euros :

QUAND LA FIRME BAYER ACHETAIT « DES LOTS DE FEMMES » À AUSCHWITZ

Sous le régime nazi, Bayer, alors filiale du consortium chimique IG Farben, procéda à de nombreuses expériences médicales sur des déportés qu’elle se procurait dans les camps de concentration.

Voici des extraits de cinq lettres adressées par la Maison Bayer au commandant du camp d’Auschwitz, publiées dans le numéro de février 1947 du Patriote Résistant.

Les lettres, trouvées à la libération d’Auschwitz par l’Armée rouge, datent d’avril-mai 1943.

Première lettre :
» En vue d’expérimenter un soporifique, vous serait-il possible de mettre à notre disposition quelques femmes et à quelles conditions, toutes les formalités concernant le transfert de ces femmes seront faites par nous. »

Deuxième lettre :
» Nous accusons réception de votre lettre. Considérant le prix de 200 marks exagérés, nous offrons 170 marks par sujet, nous aurions besoin de 150 femmes. «

Troisième lettre :
» D’accord pour le prix convenu. Veuillez donc faire préparer un lot de 150 femmes saines que nous enverrons chercher très prochainement. «

Quatrième lettre :
» Nous sommes en possession du lot de 150 femmes. Votre choix est satisfaisant quoique les sujets soient très amaigris et affaiblis. Nous vous tiendrons au courant du résultat des expériences. «

Cinquième lettre :
» Les expériences n’ont pas été concluantes. Les sujets sont morts. Nous vous écrirons prochainement pour vous demander de préparer un autre lot. «

IG Farben, le consortium de Bayer, a également fournit aux nazis le Zyklon B utilisé dans les chambres à gaz, et a massivement exploité la main-d’œuvre concentrationnaire dans ses usines.

Condamnée pour crimes contre l’humanité à Nuremberg, puis à la dissolution, IG Farben possède toujours un statut juridique, malgré son démantèlement entre les sociétés Bayer, BASF et Hôchst.

Et maintenant, à quand le Nuremberg du capitalisme ?

Y.Y.

Sources :
http://www.cbgnetwork.org/163.html
et http://bellaciao.org/fr/spip.php?article152015
(merci Annie Chalmeton)

N&B – Paroxysme du pouvoir.

Lire la suite
<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 > >>