Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog de Lucien PONS

Articles avec #ukraine tag

Etats-Unis-Russie : les paupières lourdes. Qui a décrété que Poutine était notre ennemi?

17 Mai 2015 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #La France, #La mondialisation, #La Russie, #Europe supranationale, #Ukraine, #AMERIQUE, #Histoire

Etats-Unis-Russie : les paupières lourdes

Qui a décrété que Poutine était notre ennemi?

Publié le 14 mai 2015 à 9:00 dans Histoire Monde Politique

 

kerry poutine russie

« En vérité le proverbe chinois est sage qui énonce : « les hommes ressemblent plus à leur temps qu’à leur pères »1, disait le grand Marc Bloch. Ajoutant que les faits historiques étaient par essence des faits psychologiques.

Par exemple la Seconde guerre mondiale, l’effondrement de juin 1940 et l’occupation occupent une place particulière dans la mémoire française. La tragédie dont notre pays, ne s’est jamais remis a initié le processus de notre sortie de l’Histoire. Cela explique les visions successives de de ce passé, pourquoi la France en est à ce point malade. Fatalement, comme l’avait compris Marc Bloch, ces usages du passé, prétendant le clarifier, ne sont que politiques. Et la mémoire le masque de l’idéologie. Le passé nous réserve d’autres surprises. Car nous savons avec Michel Foucault « qu’on montre aux gens non pas ce qu’ils ont été, mais ce qu’il faut qu’il se souvienne qu’ils ont été. »2.

Et quand ce phénomène se combine avec un véritable travail de propagande tel que les médias français se sont faits une spécialité, cela peut complètement fausser le jugement et amener, même les plus informés à commettre de grosses bévues. Ce qui s’est passé autour du 70e anniversaire de la victoire de la « Grande alliance » sur l’Allemagne en est une jolie illustration. Tout à son suivisme millimétré de la stratégie américaine, enfin de celle qu’il s’imagine, notre Président de la République ignorant de l’histoire, mais également du présent est complètement passé au travers.

La question de savoir qui a gagné la guerre, est évidemment tranchée. C’est une alliance, où les soviétiques ont fait l’effort principal en Europe, et les Américains dans le Pacifique. Sans oublier le courage britannique initial dans son refus de capituler stratégiquement décisif. Alors, les russophobes compulsifs vous diront que non, accompagnés par ceux qui assimilent Staline et Poutine. Et c’est là que se situe le problème, cette position n’étant que le masque d’une idéologie voulant  faire de la Russie actuelle la continuation mécanique de l’URSS. Justifiant ainsi la stratégie américaine visant à la ramener à la situation des années 90 c’est-à-dire celle d’un pays vassal. Stratégie issue de la « victoire » dans la guerre froide et du concept « d’exceptionnalité » des États-Unis. Qui fait cependant l’objet de débats parfois sévères dans ce pays. Un sondage récent de Gallup donnait 76 % des Américains favorables à un retour à une certaine forme d’isolationnisme.

Les dirigeants français, tout à leur atlantisme dépassé en ont rajouté soucieux qu’ils sont d’être le meilleur élève du grand frère. Confondant fidélité et servilité.

François Hollande n’a donc pas été à Moscou pour le 9 mai. Grossière erreur. Pas parce que c’était insultant pour le peuple Russe, celui-ci s’en moque. Mais parce que tactiquement, en maltraitant l’histoire, il a traité la Russie comme un ennemi. Comme le font la Pologne ou la Lituanie qui elles, ont cependant quelques raisons historiques pour ça. Et les russes sont méfiants. Avec Napoléon et Hitler, ils savent ce qu’être envahi veut dire.

Mais si l’on décrète que la Russie est l’ennemi, encore faudrait-il savoir à qui on a affaire. Les cérémonies organisées dans tout le pays en ont donné une idée. Arrêtons-nous sur quelques détails révélateurs. Au début de la parade, Sergueï Shoigun Ministre de la défense debout dans sa voiture est rentré sur la Place Rouge pour passer en revue les troupes qui allaient défiler. Toute la Russie l’a vu, passant sous l’arche du « Christ Sauveur », lui le mongol bouddhiste retirant sa casquette et faisant le signe de croix orthodoxe.

En mémoire des morts de la guerre ensuite, toute la Russie arborait le ruban de Saint Georges. Celui de l’ordre institué par Catherine II, en 1789 pour récompenser officiers et soldats. Ordre militaire de Saint-Georges, martyr et victorieux, supprimé par Lénine et récemment rétabli.

Le « vive le Peuple vainqueur !» de Poutine fut suivi par le défilé du « régiment éternel ». Plusieurs centaines de milliers de personnes arpentant les allées de la capitale en brandissant les portraits de leurs parents, grands-parents, aïeuls ayant participé au formidable effort de la « Grande Guerre Patriotique ». François Hollande s’il s’était rendu à Moscou, y aurait croisé un peuple qui croit en son pays. Qui comme le disait Philippe Séguin « a absorbé le communisme comme un buvard », et déçu par l’Occident, vient de se tourner à nouveau vers l’Asie. On ne lit plus Marx en Russie, mais Berdaïev et Soljenitsyne. Pas très bolchevik tout ça, mais dans la Sainte Russie restaurée, l’idéologie slavophile tient la corde. Ce n’est pas nécessairement ce qui m’enchante, mais il va bien falloir faire avec.

Angéla Merkel et John Kerry moins myopes que François Hollande ont essayé de se rattraper. En faisant rapidement le voyage de Moscou. Ils ne doivent pas croire ce qu’on lit dans le Journal du Dimanche et dans Libération à propos des cérémonies du 9 mai : « Poutine tout seul », « Poutine isolé ». Titres absolument débiles et qui en disent long sur l’aveuglement propagandiste de certains médias. Vladimir Poutine n’était pas tout seul. Des chefs d’État représentant la moitié de la population mondiale, rien que ça. Et pourquoi les présidents chinois et indiens étaient-il là et leurs troupes ont-elles défilé ? Parce que, soucieux de leur « autonomie stratégique », l’un comme l’autre ont perçu avec la crise ukrainienne et l’attitude américaine qu’il serait sage de se regrouper et de répondre aux sollicitations politiques, économiques et stratégiques russes. Mais nos belles âmes n’ont aucune idée de ce qui se passe dans ces pays. Rentrant d’un périple en Chine cette évidence m’a sauté aux yeux.

Il est légitime, au-delà de la médiocrité de la politique extérieure française, de s’interroger sur l’aveuglement des États-Unis et de l’Europe. Qui déclenchant un coup d’état en Ukraine, provoquant une guerre civile, ont cru « ramener la Russie à la raison ». Cadeau royal fait à Vladimir Poutine, qui a pu ainsi récupérer la Crimée sans coup férir. Souder les russes autour de lui comme viennent de le démontrer les cérémonies. Se rapprocher de la Chine et de l’Inde, ceux-ci alors convaincus qu’il n’y avait pas grand-chose à faire avec les USA. Relançant la dynamique des BRICS. Les sanctions et les attaques spéculatives contre le rouble pour gênantes qu’elles aient pu être début, sont aujourd’hui absorbés. De nouveaux circuits ont été créés. Les fournisseurs européens en seront pour leurs frais.

Il semble que les écailles commencent à tomber des yeux. La conférence de presse consécutive à la visite de John Kerry à Sotchi, montre bien que les occidentaux sont un peu embêtés et qu’il n’est pas impossible que l’on se dirige vers un apaisement.

*Photo : Joshua Roberts/AP/SIPA. AP21733984_000006.

Restera les Mistral. Peu probable qu’ils intéressent les Cubains (que François Hollande est allé visiter, une fois obtenue l’autorisation américaine…). Mais de toute façon, pour les vendre à quelqu’un d’autre, il faut l’accord des Russes…

Hollande tout seul?

  1. Marc Bloch, Apologie pour l’histoire, Armand Colin. 
  2. Michel Foucault. Dits et écrits 1954 – 1988. Gallimard 
  3.  

Kerry en Russie : dégel à Sotchi ?

Lire la suite

Ukraine - Opération "antiterroriste" à Marioupol un mensonge de plus

17 Mai 2015 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #Ukraine, #Europe supranationale, #AMERIQUE, #La France, #La Russie, #le nazisme

Ukraine - Opération "antiterroriste" à Marioupol un mensonge de plus.

Original YT 15 mai 2014
(ERR: Avakov est ministre de l'Intérieur et non de la Défense)

Odessa avait déjà marqué les esprits, mais cette fois les "opérations" à Marioupol du pouvoir de Kiev étaient officielles.

Découvrez comment les fédéralistes sont devenus maintenant pour de bon des séparatistes (et on les comprend) suite à l'intervention du bataillon "Azov" et de Praviy Sektor (connu maintenant en France sous l'appellation traduite: "Secteur Droit" sur Facebook...).

Le "crime" initial des riverains: Vouloir célébrer la victoire de la deuxième guerre mondiale (traditionnellement le 9 mai en Ukraine et en Russie).

Ce montage a été réalisé à partir de plusieurs vidéos amateures, les mêmes qui avaient été coupées et privées de leurs paroles d'origine afin de réaliser le petit film de désinformation de "Le Monde" et aussi de "Euronews". A la fin, les témoignages et réactions recueillis par Graham Philips.

A présent, on se demande comment Porochenko va mettre "fin à la guerre"...

Lire la suite

Du MISTRAL en RAFALE: une météo inquiétante [par Jean LÉVY]

17 Mai 2015 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #Ukraine, #La France, #La Russie, #La République, #AMERIQUE, #Europe supranationale, #le nazisme

 

Du  MISTRAL en RAFALE: une météo inquiétante [par Jean LÉVY]

Chacun connaît les raisons invoquées par le pouvoir « socialiste »(ou plutôt le prétexte), du refus français de livrer à leur destinataire les deux frégates commandées par la Russie : l’intervention militaire dans le Donbass – démentie par Moscou – en soutien au soulèvement de la population de cette région russophone de l’est ukrainien, malmenée par les autorités de Kiev.

« Motif hautement moral », prétendent le gouvernement et ses chiens de garde, les médias, « le commerce ne doit pas prendre le pas sur les principes ».

Au risque que cette morale-là nous coûte 2 milliards d‘euros pour non- exécution d’un contrat, principe érigé en règle d’or  à l’ère du marché libre et non faussé.

Mais revenons sur la raison invoquée.

François Hollande, Manuel Valls et Laurent Fabius se drapent donc dans la morale vertueuse : « Comment livrer des vaisseaux militaires (même si ceux-ci lui appartiennent en fait), à un État agresseur ? ».

Qui renierait une telle position ?

Qui ?

Mais le président de la République lui-même et son gouvernement !

Ne vient-il pas de vendre 24 Rafales au Qatar qui cache à peine ses livraisons d’armes aux mercenaires de l’Etat islamique, menaçant aujourd’hui de réduire en cendres Palmyre et ses merveilles architecturales millénaires, après celles d’Irak, il y a peu de temps…

Et on attend toujours de la part de François Hollande une mise en garde sévère à l’Arabie saoudite, qui le plus officiellement du monde, intervient militairement au Yémen, bombardant sauvagement Sanaa, sa capitale, des centaines et des centaines de victimes civiles à la clef.

Raisons invoquée par le roi d’Arabie : il vient au secours d’un président chassé par son peuple !

Personne ne prétend, même dans nos médias pourtant peu scrupuleux en matière d’information, que Vladimir Poutine ait envoyé ses bombardiers pour raser Kiev…

Comme on le voit ce qui est juste sur les bords du Don ne l’est plus dans le désert arabique…

Car, le gouvernement PS et son président comptent  bien livrer au plus vite des Rafales au potentat saoudien !

Ainsi va la morale hollandaise, elle est comme la sauce, elle se tourne comme les moulins du plat pays.

Mais, gare à la météo politique : on signale du grand vent de Mistral en Rafale …

J.L.

SOURCE:

 

Lire la suite

La Suisse en aide à l'est de l'Ukraine. Par Hélène Richard Favre.

17 Mai 2015 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #Ukraine, #La France, #La Russie, #Europe supranationale

17/05/2015

La Suisse en aide à l'est de l'Ukraine

le_convoi_suisseaupassageduncheckpoint.jpg

Depuis décembre 2013, près de 150 sujets de ce blog ont été consacrés à ce qui s'est d'abord appelé crise ukrainienne avant de devenir guerre en Ukraine.

La Suisse, l'an dernier, a eu un rôle essentiel à jouer dès lors qu'elle présidait l'OSCE et célébrait également le bicentenaire de ses relations diplomatiques avec la Russie.

Certains événements prévus dans ce cadre ont été maintenus quand d'autres ont été annulés. On se rappellera, entre autre, la visite prévue du président de la Chambre basse du Parlement russe, Sergueï Naryshkine que son homologue suisse, Ruedi Lustenberger a jugé bon d'annuler:

http://voix.blog.tdg.ch/archive/2014/08/15/suisse-russie-l-insulte.html

Heureusement, l'interview qu'avait sollicitée Darius Rochebin du Président de la Douma avait un peu sauvé la mise:

http://voix.blog.tdg.ch/archive/2014/10/02/un-temps-fort-...

Or voici que ce 15 mai, le site officiel de la Confédération Helvétique annonce que la Suisse a envoyé un convoi humanitaire à destination de l'est de l'Ukraine:

https://www.news.admin.ch/message/index.html?lang=fr&msg-id=57284

Cette initiative est heureuse pour les populations concernées, bien sûr.

Mais elle l'est aussi pour la Suisse qui renoue ainsi avec sa neutralité un peu mise à mal jusque là par certaines décisions prises.

Lire la suite

La visite en France de M. Yatsenyuk.

17 Mai 2015 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #Ukraine, #le nazisme, #La Russie, #La France, #Europe supranationale, #AMERIQUE

Lors de la visite du Premier Ministre Ukrainien Arseniy Yatsenyuk à Paris, où il a rencontré Manuel Valls, un journaliste pose la question qui fâche à M. Yatsenyuk.

Lire la suite

Le 9 mai, L’EUROPE se devait d’être à MOSCOU

15 Mai 2015 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #Ukraine, #La République, #La Russie, #La France, #Europe supranationale, #L'OTAN., #AMERIQUE, #La guerre, #La paix, #Histoire

Publié par Michel El Diablo

 

Le président russe V.Poutine a défilé au premier rang de la marche commémorative «Régiment immortel» où les descendants de soldats qui ont participé à la Seconde Guerre mondiale rendent hommage à leurs parents…

Le président russe V.Poutine a défilé au premier rang de la marche commémorative «Régiment immortel» où les descendants de soldats qui ont participé à la Seconde Guerre mondiale rendent hommage à leurs parents…

Le 9 mai, L’EUROPE se devait d’être à MOSCOU
Une insulte à l’histoire
 
La cérémonie de samedi était l’hommage à la contribution décisive de la Russie à la victoire contre Hitler. Comme le montre Olivier Berruyer sur son blog, chose oubliée aujourd’hui, la Russie est, de loin, le pays qui a le plus contribué à la défaite du nazisme. D’abord, c’est le premier pays par la contribution du sang, avec plus de 20 millions de victimes, 30% des morts de la Seconde Guerre Mondiale. Quand les Etats-Unis ont perdu 400 000 soldats, l’URSS en a perdu entre 8,7 et 13,9 millions !En 1945, pour 57% des Français, l’URSS était le premier contributeur à la défaite de l’Allemagne, les Etats-Unis pour 20%. L’histoire a été réécrite avec le temps puisque 54% citent Washington et 23% Moscou.
 
Quelque soit ce que l’on pense du régime de Poutine, l’histoire imposait à la France et sans doute aussi aux autres dirigeants européens de se rassembler samedi, dans un message de rassemblement pour défendre la liberté contre l’oppression du totalitarisme le plus barbare. C’était le moins que l’on pouvait faire pour honorer la mémoire des 80 millions de morts provoqués par le conflit, mais aussi la liberté dont nous avons profité par la suite. Il est difficile de ne pas comprendre, en se rappelant ce qu’a été cette guerre, qu’il était indispensable pour les principaux dirigeants européens d’être présents à Moscou samedi pour honorer cette alliance qui a fait tomber Hitler, comme l’a noté Jacques Sapir.
 
Deux poids, deux mesures
 
Bien sûr, certains se boucheront le nez en évoquant la Russie de Poutine. Sa pratique de la démocratie n’est pas conforme à ce que nous pouvons attendre, mais après tout, nous raisonnons aussi avec notre histoire et nos valeurs. Ensuite, les évènements ukrainiens sont plus complexes que la façon dont ils sont trop souvent présentés. Et de toutes les façons, même si la Russie était une dictature, fallait-il ignorer cette cérémonie historique majeure, les 70 ans de la fin de la Seconde Guerre Mondiale ? Et cela est d’autant plus vrai que nos dirigeants ne sont aussi regardants avec des dirigeants au pédigré bien plus contestable que la Russie, que ce soit la Chine, l’Arabie-Saoudite ou le Qatar.
 
En effet, les dirigeants absents samedi reçoivent en grande pompe le premier ministre Chinois, alors que les Chinois n’ont pas leur mot à dire sur qui les dirige. La mort du roi d’Arabie Saoudite a vu déflier bien des dirigeants de la planète, dont Barack Obama et François Hollande. Il n’est quand même pas difficile de comprendre que la place des présidents des Etats-Unis et de la France était plus à Moscou samedi dernier pour honorer ce combat commun contre la barbarie plutôt qu’à Riyad pour honorer la mort de l’autocrate d’un pays qui ne partage pas beaucoup de valeurs avec nous… Et que dire du voyage de Hollande dans le Golfe, à des régimes largement aussi critiquable que la Russie.
 
L’effarante décision diplomatique de ne pas aller à la cérémonie des 70 ans de la rédition de l’Allemagne à Moscou révèle la russophobie sans nuance ni recul de nos dirigeants. Et mis en rapport avec les honneurs donnés à certains régimes, elle révèle une totale absence de valeurs.
 
Laurent HERBLAY
 
SOURCE:

 

Lire la suite

La Russie et la Chine renforcent leur unité au sein du CS de l’ONU

14 Mai 2015 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #La Russie, #Europe supranationale, #AMERIQUE, #L'OTAN., #La guerre, #Ukraine

06.05.2015 URL courte

Mikhail Gamandiy-Egorov

Les élites occidentales finiront par s’y habituer : la Russie et la Chine ont clairement montré une fois encore leur unité et leur vision commune quant à l’avenir des relations internationales dans un monde multipolaire.

Dernier exemple en date: la Fédération de Russie et la République populaire de Chine ont bloqué la proposition de résolution française sur le Burundi.

En effet et une fois encore, les élites politiques occidentales n'ont pas été ravies de voir que deux membres permanents du Conseil de sécurité de l'ONU bloquent communément les visées néocolonialistes de certains autres membres. D'autant plus lorsque cela concerne l'Afrique, un continent martyrisé depuis bien longtemps par les pays occidentaux. Un continent dont de plus en plus de pays privilégient désormais le partenariat avec la Chine, la Russie et les autres pays BRICS.

La République du Burundi connaitra des élections présidentielles fin juin prochain. Le président en exercice, Pierre Nkurunziza, a décidé de se porter candidat pour un troisième mandat présidentiel. Une annonce qui a vraisemblablement déplu aux représentants des élites occidentales, qui avaient déjà un plan bien à eux en ce qui concerne le futur de ce pays. Plus encore, des tentatives évidentes de déstabilisation sont aujourd'hui observées au Burundi (comme dans d'autres pays africains), ou en d'autres termes des révolutions de couleur (déjà en cours ou à venir), made in USA.

Il n'est pas de notre ressort de commenter si le président en exercice du Burundi, Pierre Nkurunziza, a eu raison ou non de se porter candidat pour un troisième mandat présidentiel. Seuls les citoyens du Burundi sont habilités à faire le choix sur l'avenir de leur nation. Et c'est dans ce cadre, que la Russie et la Chine ont bloqué la proposition de résolution française (soutenue par d'autres pays occidentaux), qui voulait interférer dans le processus électoral burundais, ainsi que dans les questions constitutionnelles. Certains se poseront d'ailleurs la question pourquoi cette proposition était « française » si les principaux intéressés sont outre-Atlantique? Vraisemblablement pour deux raisons relativement simples: francophonie oblige et puis la France d'aujourd'hui se trouve de fait dans une situation de colonie vis-à-vis des USA. Il est donc peu surprenant que la France ait une fois encore joué le rôle du sous-traitant des intérêts étasuniens, d'autant plus que dans le cas de l'Afrique leurs intérêts néocolonialistes se rejoignent de temps à autre.

Pour revenir à la Russie et à la Chine, voici ce qu'a déclaré Vitali Tchourkine, représentant permanent de la Fédération de Russie auprès de l'Organisation des Nations unies: « Si certains membres du Conseil de sécurité souhaitent discuter avec les citoyens du Burundi la façon d'interpréter la constitution de leur pays, c'est leur droit. Mais le Conseil de sécurité en lui-même n'a aucunement à intervenir dans les affaires constitutionnelles de pays souverains ». Tout est dit.

Pour finir, il serait bon de rappeler que les relations avec l'Afrique constituent l'une des priorités des pays BRICS, aussi bien sur le plan individuel qu'au niveau des actions communes de l'alliance: la Chine est le premier partenaire économique et commercial de ce beau continent et ne cache pas que l'Afrique représente l'une des priorités chinoises en matière de politique extérieure. La Russie revient activement en Afrique et sa présence se fait désormais sentir y compris dans les pays qui n'étaient pas nos alliés même à l'époque soviétique (on pense notamment au Cameroun avec lequel une page très intéressante s'est ouverte récemment dans le cadre des relations bilatérales). L'Inde et le Brésil sont eux aussi des acteurs importants et de plus en plus représentés sur le continent. L'Afrique du Sud est elle-même un pays africain. Continuons d'avancer.

Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.


Lire la suite: http://fr.sputniknews.com/points_de_vue/20150506/1015970925.html#ixzz3a945egCt

Lire la suite

Chuttt…! Une autre grande victoire diplomatique pour la Russie

14 Mai 2015 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #La Russie, #AMERIQUE, #Ukraine, #Europe supranationale, #L'OTAN., #La guerre

Chuttt…! Une autre grande victoire diplomatique pour la Russie

The Saker

Par Le Saker original – Le 13 mai 2015 – Source thesaker.is

Sauf si vous lisez le russe ou surveillez la blogosphère libre, vous pourriez ne pas avoir remarqué cela, mais quelque chose de grand vient de se passer en Russie : Kerry, Nuland et une importante délégation du Département d’État se sont déplacés jusqu’à Sotchi, en Russie, où ils ont rencontré le ministre des Affaires étrangères Lavrov et le président Poutine .

Ils ont passé plus de quatre heures avec ce dernier. Non seulement cela, mais Kerry a fait quelques remarques plutôt intéressantes, en disant que l’accord de Minsk-2 était la seule façon d’avancer et qu’il mettait fortement en garde Porochenko contre l’idée de renouveler les opérations militaires.

Poutine : Réveillé John? Bienvenue dans le réel!

Dire que cette évolution est étonnante serait un euphémisme.

Pour commencer, cela signifie que le soi-disant isolement de la Russie est maintenant officiellement terminé, même pour l’Empire indispensable.

Ensuite, et pour autant que je sache, il s’agit de la première reconnaissance officielle des accords de Minsk par les États-Unis. Ceci est plutôt humiliant étant donné que l’accord a été négocié sans eux.

Pour la première fois, les États-Unis ont effectivement mis en garde la junte ukraino-nazie contre une attaque militaire. Ceci à un moment où ces derniers sont dans un état de frénésie belliqueuse et où Porochenko a tout simplement promis de reconquérir non seulement l’aéroport de Donetsk, mais tout le Donbass et même la Crimée. Pour la première fois les États-Unis et Kiev ne sont pas sur la même longueur d’onde.

Vous ne le verrez pas
aujourd’hui en lisant CN
N

Enfin, les États-Unis ont, pour la première fois, déclaré que si les accords de Minsk étaient mis en œuvre, les sanctions européennes et américaines seraient levées. Fait intéressant, les Russes n’étaient même pas intéressés à discuter de la question des sanctions.

Alors qu’est-ce que tout cela veut dire?

À ce stade, rien de plus.

Les Américains sont des négociateurs farouches, et dans chaque négociation américano-russe sur le conflit en Ukraine, les Russes ont complètement mis hors-jeu à chaque fois leurs partenaires géostratégiques américains (terme russe ironique quasi-officiel pour parler des interlocuteurs occidentaux). Ce qui se passe habituellement, c’est que Kerry s’écrase, puis revient à Washington et change son fusil d’épaule à 180 degrés. Les Russes le savent et les médias russes l’ont souligné dans leurs analyses.

Vous ne le verrez pas non plus
en lisant la BB
C

Pourtant, les États-Unis peuvent zigzaguer autant de fois qu’ils le veulent, la réalité, elle, va tout droit. Quoi qu’il en soit, la présence récente des troupes chinoises et indiennes sur la Place Rouge a montré que l’idée d’isoler la Russie est un fiasco retentissant, que Kerry & Co le veuillent ou pas.

Puis, il y avait le comportement plutôt intéressant de Nuland, qui était avec la délégation de Kerry; elle a refusé de parler à la presse et a levé le camp l’air plutôt malheureux.

Enfin, une vérification rapide sur les organes de presse des oracles impériaux révèle que le Département de la propagande de l’Empire ne sait pas vraiment quoi faire de tout cela.

Donc que se passe-t-il vraiment?

Honnêtement, c’est trop tôt pour le dire et, comme on le sait déjà, les chances d’un autre virage US sont très élevées.

Pourtant, il n’est pas impossible que les Américains aient finalement (?) compris quelques faits élémentaires :

1. La Russie ne reculera pas
2. La Russie est prête à la guerre
3. L'Ukraine occupée par les nazis s'effondre
4. La plupart des pays du monde soutient la Russie
5. L'ensemble de la politique américaine envers la Russie a échoué

Tout ce qui précède est assez évident pour un observateur débutant, mais pour une administration complètement enivrée d’hubris impériale exceptionnaliste, d’ignorance crasse et de déni, ce sont des réalités très très douloureuses à admettre. Cependant, les refuser pourrait, au bout du compte, les atomiser. Comme dit l’expression, si vous avez la tête dans le sable, votre cul est à l’air.

Ainsi, il est possible que ce qui se passe soit juste le premier signe d’un dégrisement US et que Kerry soit venu explorer avec Lavrov et Poutine une sorte d’option pour sauver la face par une sortie honorable. Si tel est le cas, alors ce sont des nouvelles terminales pour Porochenko. Cela signifie que les États-Unis ont essentiellement jeté l’éponge, dégoûtés par les monstres au pouvoir à Kiev.

En outre, cela pourrait être un signe que les analystes militaires américains ont adopté une vue très négative sur les chances de succès ukraino-nazis dans leur Reconquista planifiée du Donbass. En allant en Russie et en endossant officiellement les accords de Minsk, Kerry veut peut-être envoyer un message à Porochenko : oubliez vos rêves de reconquête, ça se fera pas !

Pourtant, je voudrais vivement mettre en garde contre tout optimisme prématuré. Je considère le virage américain comme une quasi-certitude. Mon espoir est que le virage sera limité en amplitude et que quand il arrivera, il s’agira plus de sauver la face d’Obama que d’un déni de la réalité.

Il est cependant certain que la Russie a remporté une autre bataille dans cette longue guerre et que tous les signes annoncent une défaite inévitable de l’Empire.

Le Saker

Traduit par jj, relu par Diane pour le Saker Francophone

Lire la suite

Enjeux derrière l’insurrection pan-albanaise de Macédoine? Cherchez les USA…

14 Mai 2015 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #Ukraine, #La France, #La Russie, #Europe supranationale, #L'OTAN., #Les transnationales, #Le grand banditisme, #Daesch, #Terrorisme, #le nazisme

Enjeux derrière l’insurrection pan-albanaise de Macédoine? Cherchez les USA…

Komunovo

Actions de la police à Komunovo lors de l’insurrection pan-albanaise

La guerre du Kosovo toujours latente, risque de se déclarer de nouveau à deux heures de Paris. La volonté des albanophiles de l’ex-Yougoslavie  de créer la Grande Albanie au détriment des autochtones n’est pas suffisante, semble-t-il, pour expliquer les diverses insurrections que connait notamment la Macédoine. Il semblerait que la réelle volonté hégémonique des Albanais soit consciencieusement agitée par les USA dans des buts peu avouables, selon la méthode des révolutions de couleurs ou des printemps arabes: des agitateurs américains exacerbent les tensions internes à un pays pour le déstabiliser, jusqu’à renverser son gouvernement en s’appuyant sur la partie insurrectionnelle. Il ne reste plus ensuite qu’à mettre à sa place un gouvernement fantoche.

Le géopolitologue Yves Bataille, Français résident à Belgrade en Serbie, explique que l’opération de Kumanovo aurait été destinée à intimider les Macédoniens afin qu’ils refusent le passage d’un potentiel gazoduc  russe:

«Oui, mais il n’y a pas que ça, précise le géopolitologue Yves Bataille qui vit à Belgrade. Il existe un bras de fer secret entre les Etats-Unis et la Russie dans la région. Aucun des pays touchés par les troubles récents n’est membre de l’OTAN. Les Etats-Unis et leurs valets veulent accélérer l’adhésion de la Macédoine et du Monténégro à l’OTAN, d’où l’intérêt d’y provoquer des troubles. En Serbie une majorité est contre un assujettissement à l’Alliance et en Bosnie, la Republika Srpska bloque cette adhésion. » D’ailleurs, Milorad Dodik, son président, était à Moscou le 9 mai. Les musulmans de Bosnie, et les croates dans une certaine mesure, y sont favorables mais il faut l’accord des deux composantes de cet « Etat » fabriqué à Dayton pour valider toute adhésion de cette sorte. Et d’ajouter : « Il est évident qu’une adhésion à l’OTAN bloquerait le gazoduc russe. L’OTAN présente toujours l’adhésion à son carcan comme un désir des entités concernées mais ce n’est pas vrai… »

Arrestation de terroristes à l’aspect peu compatible avec le type albanais

Manœuvres de déstabilisation

Dès l’annonce du début des affrontements, une certaine presse occidentale s’est déchaînée pour soutenir les bandes armées albanaises. Ainsi, le New York Times a accusé le gouvernement macédonien de ne pas être « démocratique » (sic). Comme lors des guerres en ex-Yougoslavie dans les années 1990, la méthode consiste à fomenter des troubles civils et armés qui provoquent des morts et des blessés, puis d’accuser le gouvernement en place d’en être responsable, puis d’exiger un « changement » de régime, un coup d’Etat.
Washington et ses alliés reprochent au président macédonien Gjorge Ivanov son rapprochement avec Moscou et d’avoir assisté au défilé du 9 mai. Il s’agit aussi de s’en prendre au passage prévu du gazoduc de remplacement de South Stream qui transitera par la Grèce et la Macédoine pour traverser la Serbie, la Hongrie, etc. Des pays qui ne sont considérés depuis quelque temps comme moins assujettis à l’hyperpuissance US.

Depuis plus de 10 ans, au Kosovo comme en pays gheg (Albanie du nord), des camps d’entrainement et des bases logistiques sont tolérés par l’OTAN (qui occupe la province serbe et dont l’Albanie est membre) à des fins peu avouables, en même temps que l’on tolère des laboratoires clandestins de transformations de la morphine base en héroïne pour la mafia albanaise.

Il semblerait que ces groupes armés représentent tout au plus un petit millier de combattants à l’heure actuelle, légèrement armés, mais possédant sans doute quelques systèmes portables sol-air américains Stingers et d’anciens SA-7.

A Kumanovo, sur la trentaine de terroristes arrêtés, 18 venaient du Kosovo, 11 de Macédoine, 1 d’Albanie et un autre d’Allemagne. Les trois commandants de l’UCK, qui ont été arrêtés en Macédoine, étaient connus des services de sécurité serbes.

Trois commandants de l’UCK arrêtés parmi les terroristes

Adem Shehu avait participé à la liquidation des non-Albanais à Pristina et Leskovac, Mirsad Ndrecaj est un proche collaborateur de l’ancien chef de l’UCK Ramush Haradinaj. En juin 1999, Shehu était un des commandant de l’UCK pour la zone opérationnelle Lab, à la tête de la Brigade 153 opérant sur Pristina – Leskovac. Mirsad Ndrecaj, né à Suva Reka, était le bras droit de Ramush Haradinaj comme commandant de la brigade 132 de l’UCK. À l’arrivée de la KFOR et de la MINUK au Kosovo, il avait pris la tête d’une unité spéciale appelée «Rivière du mal», dont les membres ont commis des assassinats de masse et des actes de barbarie contre des non-Albanais à Djakovica, en toute impunité. (Source)

Lire la suite

La 3ème guerre mondiale, le déploiement.

14 Mai 2015 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #Ukraine, #La Russie, #AMERIQUE, #La guerre, #Europe supranationale, #La France, #La République, #La nation ., #La paix

La 3ème guerre mondiale le déploiement.

Cette guerre va commencer de toute évidence en Europe !

Lire la suite