Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog de Lucien PONS

Articles avec #ukraine tag

Donbass. L'interview de "Texas", citoyen américain, qui se bat aux côtés des insurgés.

15 Avril 2015 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #Ukraine, #Europe supranationale, #AMERIQUE, #La Russie, #La République, #La guerre, #L'OTAN., #La mondialisation, #le nazisme, #Le fascisme

Donbass. L'interview de "Texas", citoyen américain, qui se bat aux côtés des insurgés dans la brigade "VOSTOK" de l'armée populaire de la République populaire de Donetsk. 28 mars 2015.

Lire la suite

En direct avec "Ruptures"...Aujourd'hui, la chasse aux sorcières à Kiev

14 Avril 2015 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #Les média, #Ukraine, #Le fascisme, #le nazisme, #La France, #Europe supranationale, #La Russie, #AMERIQUE

Publié par Jean Lévy

 

Kiev institue une chasse aux sorcières légale via des lois dites « mémorielles »

[Le reportage vidéo « La CGT et l’Europe », annoncé pour le lundi 13 avril, sera finalement mis en ligne le 14 avril, du fait de contraintes techniques.

La bande-annonce, composée d’extraits d’entretiens, est, elle, disponible depuis le 9 avril – et reste en ligne]

Le parlement ukrainien a adopté la semaine dernière (9 avril) un paquet de quatre lois dites « mémorielles ». Même Le Monde, peu suspect d’antipathie excessive envers le gouvernement de Kiev, évoque (dans son édition datée du 12-13/04/15) des textes instaurant une « révolution mentale aussi profonde que périlleuse ».

Les députés de l’actuelle Rada ont été élus en octobre 2014, dans un climat d’intimidation voire de terreur vis-à-vis de tous ceux qui critiquent le régime issu du soulèvement de Maïdan (hiver 2013-2014).

La nouvelle législation sur la « mémoire » illustre et renforce cette tension. Elle proclame le rejet des « régimes totalitaires communiste et nazi en Ukraine ». Cette mise en équivalence relève de l’imposture souligne Jean-Marie Chauvier, spécialiste de l’ex-URSS. Car, outre son caractère odieux vis-à-vis des vingt-sept millions de victimes soviétiques (y compris ukrainiennes) de la barbarie nazie, le parallèle ne tient pas : « l’interdiction du nazisme ne change rien à ce qui était de rigueur de 1945 à 1991, pendant l’ère soviétique. (…) La plupart des héritiers du fascisme et du nazisme ukrainiens, contraints de reconnaître les méfaits de l’occupation nazie dont certains des leurs ont été victimes, ont fait plutôt référence à leurs propres idéologies fascistes ou nationalistes radicales des années trente ».

Le chercheur poursuit : « l’interdiction du communisme est la seule vraie nouveauté. Elle visera les symboles qui furent ceux non seulement d’une idéologie mais de la guerre antinazie dans laquelle une majorité d’Ukrainiens furent mobilisés (…) L’interdiction visera donc surtout, voire exclusivement, le Parti communiste d’Ukraine, qui serait très prochainement l’objet d’une interdiction formelle ».

Enfin, « une autre loi réhabilite officiellement les ‘résistances nationales’ (notamment l’armée de Stepan Bandera) issues de l’Organisation des nationalistes ukrainiens (OUN), principal foyer du fascisme ukrainien et de sa collaboration avec l’occupant nazi. L’anniversaire de la naissance de l’armée bandériste, le 14 octobre, deviendra fête nationale et jour férié ».

Jean-Marie Chauvier note à cet égard que ce dernier projet de loi « a été porté par le député Youri Bogdan Choukhevitch, fils de Roman Choukhevitch qui commanda successivement un bataillon de la Werhmacht (1941), une unité de police punitive, la Schutzmannschaft 201 (1941-42), et l’Armée ukrainienne des insurgés, UPA (1942-1950) ». Autrement dit, conclut-il, « l’interdiction du communisme en Ukraine ira de pair avec la réhabilitation du fascisme national ».

Parmi les dispositions qui devraient entrer en vigueur figurent donc l’interdiction de toute négation du « caractère criminel du communisme et du nazisme », et de toute utilisation publique de leurs symboles. Par exemple, le fait d’entonner l’hymne soviétique sera passible de cinq ans d’emprisonnement. Les noms de ville ou de rue faisant référence à l’époque soviétique devront être modifiés. Les statues des dirigeants de l’URSS – de son fondateur, en particulier – seront déboulonnées.

A ce jour, on attend toujours les protestations de l’Union européenne, généralement prompte à brandir la Charte des droits fondamentaux urbi et orbi, et à dénoncer les atteintes aux libertés politiques – enfin, ça dépend où.

Il est vrai que les dirigeants européens sont pour l’heure gênés aux entournures. Car l’adoption de telles mesures législatives ne peut que diviser encore plus un pays déjà écartelé. Or, dans plusieurs capitales de l’UE, on s’inquiète en coulisses des obstacles accumulés par le gouvernement ukrainien quant à ses propres engagements figurant dans les accords dits de Minsk II, notamment la reconnaissance de l’autonomie politique de l’Est du pays. Une mauvaise foi ukrainienne qui pourrait bien faire le jeu de Moscou, s’agace-t-on discrètement à Bruxelles.

L’extrémisme des dirigeants ukrainiens va en outre rendre plus difficile de moquer ou de tourner en dérision les discours russes qui dénoncent les « fascistes » au pouvoir à Kiev.

D’autant que, cerise sur le gâteau, la parlement ukrainien a eu l’élégance d’adopter ces textes à l’approche du 9 mai, anniversaire de l’écrasement du IIIème Reich.

D’ici la parution du premier numéro de Ruptures, le 29 mai, ce site vous propose chaque jour – gratuitement ! – une info commentée (souvent au second degré).
Mais pour assurer son lancement, Ruptures a besoin de 
et vous propose en échange un préabonnement.
Ne remettez surtout pas à demain ce que vous pouvez faire aujourd’hui !
Accueil
 
Inscrivez-vous à la lettre d'information

53 jours
avant le premier
numéro de Ruptures

Lire la suite

L’Ukraine brune, Marteau Blanc et paganisme

13 Avril 2015 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #Ukraine, #La République, #La Russie, #La France, #Europe supranationale, #le nazisme, #Le fascisme, #La guerre, #AMERIQUE, #Le grand banditisme

L’Ukraine brune, Marteau Blanc et paganisme

Les SS de Himmler avaient une grande fascination pour le paganisme qu’ils considéraient à plus d’un titre comme une possibilité de revenir aux sources premières de la civilisation germanique. Cette fascination pour une forme de mysticisme païen, s’exprima à travers l’introduction d’un folklore et le lancement de recherches à travers le projet de l’Ahnenerbe, Ahnenerbe Forschung und Lehrgemeinschaft, Société pour la recherche et l’enseignement de l’Héritage ancestral. A travers l’histoire, l’archéologie, l’anthropologie, les SS tentèrent de lancer des ponts entre leurs théories raciales et une réalité historique. Il en va de même en Ukraine où fleurissent depuis quelques années de nombreux symboles étranges connectés avec une forme revisitée de l’histoire.

Les runes scandinaves et germaniques remises au goût de la SS, se retrouvent particulièrement dans les partis néo-nazis qui fleurissent en Ukraine. Le plus puissant d’entre eux, Svoboda a entamé une mutation pour faire un nettoyage de façade de ce folklore néo-nazi prenant ses sources dans les fondements du nationalisme ukrainien. A l’exemple des nazis qu’ils servirent dans les bataillons de supplétifs entre 1941 et 1945, les Ukrainiens ont très tôt aggloméré à leur propre dialectique et rhétorique nationaliste nombre de symboles. Il en va ainsi des wolfsangels, les runes nazies, réutilisées par exemple pour créer de nouveaux symboles, comme pour le bataillon Azov, unité nationaliste non régulière qui s’est illustrée tristement dans le Donbass par des actes innommables de barbarie. Cette tradition des insignes caractérisant une unité SS a été ainsi reprise pour les bataillons ukrainiens. Le bataillon Azov a repris à l’envers le wolfsangel de la 2e division de waffen SS Das Reich célèbre pour ses exactions dans le village d’Oradour-sur-Glane. Plus loin nous retrouvons l’aigle, cher également aux nazis avec le bataillon Donbass, ce dernier plutôt relié avec le bataillon Aydar et au mouvement clairement néo-nazi du Pravy Sektor.

Le Soleil noir, l’emblème très connue et appréciée par les nazis, qui se retrouve dans le château de Wewelsburg acquis par Himmler en 1934 pour en faire une sorte de centre culturel et de quartier général de la SS, a été repris également en fond par l’emblème du bataillon Azov. Les têtes de mort ne sont pas en reste apparaissant avec le trident ukrainien, emblème nationaliste qui pourrait se comparer aux faisceaux de l’Etat Vichy, sur de nombreux insignes de militaires ukrainiens. Elles rappellent avec froideur une autre insigne nazie celle de la 3e division de waffen SS Totenkopf. Cette division était la base et le dépôt fournissant les gardiens et les officiers dévolus à la surveillance dans les camps de concentration. Ceux qui étaient choisi faisaient « des stages pratiques » dans le sinistre camp de Dachau avant d’être mutés dans d’autres camps. La tête de mort est un très ancien symbole, affectionné de longue date des Allemands et des Prussiens et qui se retrouvaient sur les uniformes des hussards à tête de mort, inspirant jusqu’à la Révolution française qui fonda également un régiment des Hussards de la Mort (qui ne compta jamais qu’un escadron et fut versé dans le 14e de Chasseurs à cheval dès 1793).

Les couleurs ont aussi leur importance, noire et rouge d’ailleurs similaires à celle utilisées par les nazis avec la croix gammée, noire et blanche chères aux runes et aux uniformes de la SS et enfin pour l’Ukraine, bleu et jaune. Le trident qui orne l’écu des armoiries de l’Ukraine est un des plus anciens symboles pré-héraldiques connus. Relié à la dynastie des Riourikides, les Varègues (Vikings de l’Est) qui fondèrent la Rus’ de Kiev, l’ancêtre commun de la Russie, la Biélorussie et l’Ukraine, nous comprenons mieux pourquoi, les nationalistes ukrainiens et la quasi généralité des partis ukrainiens ont la tentation comme les SS de puiser à la source mère. Selon les spécialistes, le trident représenterait un rapace, peut-être un faucon gerfaut en train de fondre sur sa proie en piqué. Parlons également de la Hache de Peroun également le nom d’un groupe de musique, ultra-nationaliste faisant référence aux anciens dieux slaves, Peroun étant l’équivalent de Thor pour les Varègues, le Dieu de la foudre et du tonnerre. L’insigne de l’unité ukrainienne du Corps Noir, fait également référence à la SS, notamment à la garde personnelle d’Adolf Hitler, la 1ère division de waffen SS Leibstandarte Adolf Hitler qui était surnommée, la Garde noire tandis que le parti nazi ainsi que toute sa nébuleuse, furent désignés comme L’Ordre noir.

Il en va ainsi également du Marteau Blanc, un groupe néo-nazi fondé en Ukraine par Vladislav Goranin, un activiste nationaliste né à Kiev en 1985. Le groupe du Marteau Blanc fut fondé le 4 mai 2013, dans les prémices de l’Euromaïdan. Il se donnait pour objectif : « la destruction de l’administration d’occupation de l’Ukraine, l’élimination [physique] des criminels, hommes d’affaires véreux, mafieux contrôlant les casinos clandestins, le trafic de drogue, le commerce illégal de l’alcool, des Werewolfs [comprendre les agents de la Russie infiltrés et installés en Ukraine] etc. ». Les premières actions du mouvement pour se faire la main, furent des opérations coup de poing contre des tripots clandestins de jeux d’argent et d’alcool en fracassant tout à l’intérieur et en passant à tabac, clients et patrons. Habillés de noirs, portant l’insigne du Marteau Blanc, des cagoules, des treillis et des rangers, les militants du Marteau Blanc prônaient le renouveau et la Révolution sociale, de la même manière que les Camelots du Roi faisaient la chasse aux opposants et « aux métèques » dans les années 20 et 30 en France.

A la manière des groupes nazis qui occupèrent la rue en Allemagne à la même époque, le Marteau Blanc arguant du fait que l’Etat avait failli dans ses missions ; et que cet Etat était de surcroît à solde des « Juifs et des Moskals [insulte ukrainienne pour qualifier les Russes à la manière de notre boche pour les Allemands) » ; a formé très vite des milices et des patrouilles dans l’Ouest de l’Ukraine et à Kiev. Ces patrouilles par une action directe devaient s’attaquer à tous les trafiquants, aux officines et bureaux des organisations jugées contraire à la bonne santé de l’Ukraine, comme les sectes religieuses, mais aussi aux émigrants et aux clochards dans la rue par des pressions « morales et physiques », comprendre par des lynchages et des corrections distribuées par des gros bras à coup de gourdins. Lors du 71e anniversaire de la fondation de l’Armée insurrectionnelle ukrainienne, le 16 octobre 2013, le Marteau Blanc a organisé à Kiev une manifestation qui a tourné à l’émeute et à la destruction d’un casino de jeux à quelques encablures de l’Hôtel de ville dans le centre historique. Tout naturellement le mouvement a rejoint l’insurrection de l’Euromaïdan en novembre 2013, s’illustrant par la formation de compagnies paramilitaires.

Malgré sa forte implication dans la Révolution, les membres du Marteau Blanc ont toujours clamés haut et fort qu’ils ne combattaient pas pour l’intégration dans l’Union européenne, qu’ils jugeaient décadente et nocive pour l’Ukraine mais pour se libérer de la « colonisation russe », et fonder « Une Grande Ukraine » prônant carrément l’expulsion et la déportation de tous les russophones. Durant toutes les émeutes, les membres du Marteau blanc se sont montrés à l’avant-garde du Maïdan, sagement ignorés par la presse française et occidentale comme nous pouvons l’imaginer. Ils furent pourtant de toutes les violences, n’hésitant pas à tirer avec des armes à feu sur la Police et à violenter au début du Maïdan des étudiants qui réclamaient la fameuse intégration dans l’UE. Le 28 décembre 2013, les forces anti-émeutes du Berkout ont tenté sans succès d’arrêter ces fauteurs de trouble, ayant détruit la veille un autre casino de jeux. Par la suite l’organisation du Marteau Blanc a participé à la fondation du Pravy Sektor, en compagnie du KIP, le Comité de libération des prisonniers politiques (entendre des nationalistes néo-nazis ukrainiens), de l’Association supposée caritative Trident et des supporters ultras du club de football du Dynamo de Kiev.

Vladislav Goranin fut arrêté le 21 mars 2014 sur le soupçon d’un triple assassinat de policiers durant l’insurrection du Maïdan et le vol de leurs armes. Détenus pendant deux mois, Goranin se plaindra par la suite d’avoir été « jeté dans une voiture de police, un sac sur la tête, torturé, des dents arrachées, blessé à la tête, les tympans endommagés et les yeux crevés ». Notre aveugle ouvrait ainsi la voie aux accusations fantaisistes de Caroline Fourest quelques semaines plus tard sur des tortures et des yeux crevés sur la personne de trois agents de la police politique du régime de Kiev, le SBU. Il va de soi qu’il n’eut pas les yeux crevés et qu’il bénéficia bientôt d’une totale liberté suite à une loi votée par la Rada de Kiev qui amnistiait tous les « prisonniers politiques » de tous leurs crimes supposés ou réels avant ou durant la Révolution du Maïdan. Goranin ayant retrouvé soudainement la vue forma avec les anciens membres du Marteau Blanc, un bataillon de miliciens, le fameux bataillon Aydar comprenant une section spéciale à son nom : le Marteau Blanc. Envoyé dans le Donbass dès le mois de juin 2014, Goranin et ses sbires se sont immédiatement livrés à des exactions terribles, pillages, viols, exécutions de prisonniers, de civils, enlèvements et tortures. Le bataillon fut une première fois décimé dans l’été, puis à nouveau dans la bataille de l’aéroport de Donetsk. De retour à Kiev, Goranin n’a pas hésité à déclarer à la presse que « que le fondateur de la prise de conscience nationale de l’Ukraine, c’est moi ! ».

En France, les médias continuent de seriner en boucle qu’il n’y a aucun nazi en Ukraine, malgré les preuves qui débordent de toute part. Selon nos médias, cette propagande viendrait de Russie et chercherait à inverser les valeurs. Pourtant les preuves sont là, il ne s’agit pas que de quelques activistes avinés sur une place d’un obscur village de Galicie. Ces hommes ont fait la Révolution brune du Maïdan. S’ils tenaient les journalistes qui les défendent en Occident, notamment s’ils apprenaient que ceux-là même défendent les salles de shoot, la théorie du genre et la diversité sexuelle, alors nous ne donnerions pas cher de leurs vies. Malgré cela, pour des raisons de realpolitik, l’alliance entre le journaliste français et les énergumènes affublés de symbolique païenne et nazie à un grand avenir en France. Ces journalistes mangent à leur faim, vivent confortablement dans un pays ravagé par la crise économique. L’Ukraine est loin, ils ne peuvent sentir l’odeur infecte de l’ombre de l’Ordre noir en vivant à Paris. Lorsqu’ils se couchent le soir, ils savent qu’à la fin du mois la paye sera dans une quelconque banque. Alors que demande le Peuple ? Un peu plus abruti ou un peu moins, quelle différence pour ces gens ?

Laurent Brayard

Lire la suite

L’OTAN accuse de nouveau la Russie

13 Avril 2015 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #Ukraine, #La France, #La nation ., #La République, #La Russie, #Europe supranationale, #AMERIQUE, #La mondialisation, #La guerre, #Terrorisme

L’OTAN accuse de nouveau la Russie
  •  

C’est devenu une litanie qui se renouvelle régulièrement, les responsables de l’OTAN accuse de nouveau la Russie d’augmenter ses fournitures d’armes aux autorités des deux républiques populaires du Donbass. Le journal allemand Frankfurter Allgemeine Zeitung publie que « selon des faits avérés, la Russie soutient les séparatistes en armes et en troupe », le porte-parole de l’OTAN ajoutant que « La Russie envoie des troupes dans le Sud-Est de l’Ukraine et fournit des armes à travers la frontière ouverte avec le Donbass ». Selon le journal allemand, les insurgés seraient désormais encore mieux armés qu’ils ne l’étaient avant les accords de Minsk du 12 février dernier. Ces accusations se poursuivent en indiquant que « les insurgés reçoivent des blindés y compris parmi les plus modernes avec des T-80 et des T-90, des transports blindés de troupes, de l’artillerie et également des armes de défense antiaérienne ». Selon le journal et l’OTAN ceci est une violation des accords de Minsk alors que des ministres occidentaux des Affaires étrangères doivent se réunir demain 13 avril à Berlin.

directeur-du-renseignement-militaire-photo2

Toutefois, cette affirmation a été contrebattue par le général Christophe Gomart, le 11 avril dernier. Ce jeune général est directeur du renseignement militaire français, il intervenait devant la Commission de la défense et des forces armées à l’Assemblée nationale indiquant que « les Américains donnaient de faux renseignements à l’OTAN, forçant la main de leurs alliés et ignorant leur opinion […] les troupes russes n’ont pas envahi l’Ukraine, ils n’ont même pas de tels plans ». Cette voix dissonante pose un réel problème de cohérence et de confiance dans les informations qui sont distillées des Etats-Unis et de l’OTAN à propos de l’Ukraine. Il n’y avait en effet aucune raison valable pour qu’un haut gradé français, à l’encontre de la vague de propagande occidentale qui inonde notre pays et l’Europe, vienne à l’Assemblée pour émettre un tel bémol. Une fois de plus les Etats-Unis démontrent, qu’en Ukraine mais aussi dans d’autres régions du monde, les USA ne jouent que leurs intérêts aux détriments à la fois de leurs alliés et des peuples qu’ils prétendent libérer.

L’Ukraine n’est aujourd’hui pour les Etats-Unis et l’OTAN ; dans lequel le président Nicolas Sarkozy nous avait fait honteusement entrer dans le commandement sous tutelle américaine ; qu’un terrain du grand jeu stratégique que les USA mènent contre la Russie. En poussant les Ukrainiens à l’insurrection, il apparaît bien, qu’au mépris de toutes les lois internationales, y compris celle du respect de l’indépendance des Nations, les Etats-Unis mènent une nouvelle Guerre froide extrêmement agressive contre la Russie. Cette guerre se déroule sur plusieurs fronts et a pour but avéré, d’éjecter la Russie de certaines zones de son pré carré, de s’y installer, d’affaiblir autant que faire se pourra l’influence de la Russie dans le Monde et surtout de maintenir un divorce et une séparation définitive entre l’Europe occidentale et la Russie. L’Ukraine et son peuple, ne sont au final que les marrons de la farce, excuse pour alimenter cette guerre informationnelle et déjà dans bien des domaines presque chaude.

Il est sain qu’en France, des militaires aient encore les réflexes d’indiquer que nos intérêts ne se trouvent pas aux côtés des USA, en ajoutant également de notre opinion de l’Union européenne elle-même. De sa création à nos jours, l’UE n’a cessé de démontrer son assujettissement grandissant aux Etats-Unis que prouvent le prochain traité transatlantique, le TAFTA, honteuse capitulation européenne flouant les intérêts des peuples européens dans les grandes largeurs. Pendant ce temps, les Français en pantoufles dorment d’un profond sommeil, les piqûres de rappel soporifique de la propagande des médias français ne cessant de l’endormir et de le désinformer. Lorsque le Peuple français se rendra compte du filet étroit qui l’enserre et le maintien fermement inactif, il est probablement qu’il se réveille avec une sérieuse gueule de bois et des difficultés à recouvrer ses réflexes qui avaient fait de lui un grand peuple. Mais la « matrone américaine » en position de force ne laissera sans doute pas ce dernier reprendre ses esprits, du moins tant que la classe politique française restera au garde à vous devant le « sauveur américain ».

Le 9 mai prochain, pour la célébration du 70e anniversaire contre l’Allemagne nazie, les dirigeants occidentaux ont décliné l’invitation de la Russie… Je vous laisse méditer sur cette simple information qui en dit long sur l’état démocratique de l’Occident et de la France. Le 8 mai, Français retournez à vos barbecues, l’abrutissement que l’on vous offre est d’ailleurs peut-être à la hauteur de la déconfiture d’une culture et d’une histoire, qui peut-être dans les siècles à venir ne sera plus qu’un seule ligne dans un obscur livre d’histoire : « Français, petit peuple européen occidental aujourd’hui disparu, a laissé dans l’histoire de l’Humanité quelques monuments notables (dont quelques ruines sont visitables) et quelques chefs d’œuvres de la littérature rédigés dans la langue morte française, le Peuple français était un peuple de fermiers fabricants de fromages et producteurs de vins autrefois réputés, les derniers représentants observés dans la nature le furent il y a déjà plusieurs siècles. Les scientifiques et les archéologues recherchent toujours les raisons de sa disparation ».

Laurent Brayard

avril 13th, 2015
Lire la suite

Des symboles nazis sur les télés françaises. Par Slobodan Despot.

13 Avril 2015 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #Ukraine, #Europe supranationale, #La France, #Les média, #Les transnationales, #La guerre, #La Russie, #le nazisme, #Le fascisme, #Politique étrangère

Des symboles nazis sur les télés françaises

Suite au débat sur la Russie du 13 mars dernier à Ce soir ou jamais, une téléspectatrice a attiré mon attention sur un « détail » colossal dont je ne regrette de ne m’être pas rendu compte sur le plateau en direct. Avec sa permission, je reproduis ici son message in extenso.

« Voyant le résumé d'actualités dans l'émission du 13 mars, qui était soit dit en passant très tendancieux, j'ai aperçu une séquence de LCI montrant des "chars russes en Ukraine orientale" sans préciser la source de l'information. Cette information tendancieuse provient en fait de Kiev. En regardant bien, on voit dans l'angle droit l'insigne d'Azov avec une croix gammée stylisée! J'ai vu un résumé vidéo identique sur BFM TV qui diffuse des brèves comme LCI. J'ai revu cette séquence 2-3 fois au cours de la journée. J'ai appelé directement BFMTV en demandant le rédacteur en chef. Etonnamment, il n'était pas là. Etonnamment, il n y avait aucun responsable sur BFM! Je leur ai dit que s'ils n'ôtaient pas cette séquence de leurs programme je porterais plainte pour "apologie des idées nazies". Ils ont donc supprimé la séquence. Je vois à présent que LCI fait la même chose, ce qui ne me surprend pas, car les journalistes sont notoirement des ignares superficiels, et prennent leurs informations, à de rares exceptions près, toujours dans la même cuisine, c.à.d. les agences de presse de préférence américaines ou britanniques. Je m'étonne que Frédéric Taddéi ait laissé passer cela. » (V. B.)

L’apparition visée est à 5:57 sur la vidéo intégrale de l’émission du 13 mars visible sur Youtube.

Le voici encore sur BFMTV:

Ce symbole, décidément, nous poursuit.

Commentant une étonnante opération de « relations publiques » au profit du bataillon Azov parue dans le quotidien suisse Le Matin du 24 juin 2014, je rappelais sur mon blog quelques faits historiques élémentaires :

L'emblème du bataillon Azov, une rune allemande appelée "crochet de loup" (Wolfsangel), est le même que celui de la division SS "Das Reich", connue "pour sa brutalité, ses nombreuses exactions et crimes de guerre en Europe de l'Est et en France". Son utilisation est interdite en Allemagne - n'y font exception que les armoiries municipales et écussons militaires historiques.

La nonchalance des médias francophones et occidentaux vis-à-vis de cette résurgence incontestable du national-socialisme — on se souvient de la jeune nazie mise en vedette par Elle — contraste violemment avec la vigilance quasi paranoïaque de ces mêmes médias vis-à-vis des soupçons d’apologie du nazisme en Europe de l’Ouest.

Le témoignage de V. B. corrobore mes propres expériences et me porte à conclure que les médias occidentaux se fichent complètement du nazisme tant qu’il agit dans leur camp. A ceux qui étudient les techniques de la manipulation des masses, la présence discrète mais fréquente du symbole d’Azov dans les médias audiovisuels pourrait suggérer le soupçon d’une opération de désensibilisation subliminale délibérée.

Lire la suite

Un dialogue se tisse entre les parlementaires russes et français.

12 Avril 2015 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #Ukraine, #La France, #La République, #La Russie, #La nation ., #Europe supranationale, #AMERIQUE, #le nazisme, #La mondialisation, #La finance dérégulée

Un dialogue se tisse entre les parlementaires russes et français.

Un dialogue se tisse entre les parlementaires russes et français

© Flickr/ International Transport Forum
 
Victoria Issaïeva
 
La délégation de parlementaires français invités par le président de la Douma Sergueï Narychkine, est en visite à Moscou depuis le 9 avril.
 

17 députés de tout poil (UMP, PS, UDI, MRC), Thierry Mariani en tête, se rendent, pour la plupart, pour la deuxième fois déjà en Russie. Ils ont beaucoup de dossiers à traiter avec leurs homologues russes: la situation en Ukraine, la politique de sanctions, la vente des Mistral, les perspectives des relations franco-russes. Un voyage qui suscite une polémique en France.

 

La veille du départ de ses collègues pour Moscou, le président de l'Assemblée nationale Claude Bartolone leur a adressé une lettre d'avertissement, geste perçu par les députés comme de l'intimidation. Fidèles à leurs convictions, comme l'a souligné Thierry Mariani, député des Français de l'étranger (UMP), en répondant à M. Bartolone, les parlementaires français se sont tout de même rendus en Russie.

 

Le député de l'Aube (UMP), membre de la Commission de la défense nationale et des forces armées Nicolas Dhuicq, l'un des membres de la délégation que nous avons réussi à contacter, a fait remarquer qu'il essayait de faire son devoir de député de la Nation en effectuant cette visite à Moscou. « C'est l'intérêt de la France et c'est l'intérêt de la Fédération de Russie de travailler ensemble. Parce qu'en dehors de l'amour que je porte à l'âme russe et à ce peuple, j'essaie tout simplement de faire mon devoir. C'est mon devoir d'être présent ici », a-t-il déclaré.

Les enjeux de cette visite sont très profonds, selon M. Dhuicq. « Nous sommes dans un choix civilisationnel entre deux visions de la construction du monde, face à des USA qui veulent dominer totalement la planète mais qui n'offrent que pour seule vision la consommation et un avenir à court terme. Et de l'autre côté, l'Europe qui doit s'unir, qui va de l'Atlantique à l'Oural, comme disait le Général De Gaulle », a rappelé Nicolas Dhuicq.

 

Le 9 mai, la Russie célèbre le 70e anniversaire de la victoire sur le nazisme dans la Seconde Guerre mondiale pendant laquelle quelque 27 millions de Russes ont péri. Plusieurs chefs d'Etat européens ont été invités à Moscou pour commémorer cette date. Pourtant le refus est chez eux une réponse fréquente. Ceux qui ont accepté l'invitation sont « stigmatisés » par leurs collègues européens. M. Dhuicq a fait part de ses sentiments sur ce sujet: « Je n'oublie pas les sacrifices des soldats de tsar en 1914, je n'oublie pas les sacrifices de l'Union soviétique pendant la Grande Guerre patriotique… Je pense que la génération d'élites européens qui est au pouvoir, c'est une génération qui ne connait pas l'histoire. C'est une génération qui a perdu la culture, qui a perdu la connaissance de l'histoire, qui ne comprend pas le sens symbolique de cet énorme sacrifice pour le peuple russe qu'a représenté la Deuxième Guerre mondiale ».

 

 

La situation en Ukraine n'a pas échappé à l'attention des députés français. Marie-Françoise Bechtel, député de l'Aisne (MRC), a salué la dynamique positive qu'on a réussi à atteindre ces derniers temps dans ce dossier, en se référant à l'aboutissement des négociations à Minsk dans le format Normandie. Nicolas Dhuicq a, pour sa part, qualifié la question sur l'Ukraine de « jeu par-dessus les nations européennes que jouent les USA qui utilisent l'Ukraine comme un moyen d'empêcher la Russie de redevenir une puissance… », tout en reconnaissant que les événements en Ukraine sont tragiques.

 

Les parlementaires français ont participé également au colloque « Avenir de l'Europe. Réalités et perspectives ». Plusieurs d'entre eux envisagent d'assister aux services pascaux en la cathédrale du Christ-Sauveur de Moscou ce qui peut être considéré comme encore une preuve d'une profonde amitié entre les Russes et les Français. Les visites comme celle-ci auront sans aucun doute de l'impact positif sur les relations entre les pays. Tant qu'un dialogue constructif existe, la rhétorique de la guerre ne peut pas envahir les esprits.

Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.



Lire la suite: http://fr.sputniknews.com/analyse/20150412/1015616024.html#ixzz3X78aUWWO

Lire la suite

Donbass: l'OSCE, les corrompus et l'opposition [sous-titres français]

12 Avril 2015 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #Ukraine, #La République, #La Russie, #AMERIQUE, #La France, #Europe supranationale, #le nazisme, #Le capitalisme;, #Le fascisme, #La guerre

Donbass: l'OSCE, les corrompus et l'opposition [sous-titres français]

Les observateurs de l'OSCE se sont rendus à Ouglegors dans la République populaire de Donetsk.

Le blog d'Hélène Richard-Favre.

Mais comment survivent ces femmes dont l'une raconte qu'elle a perdu son fils et que sa maison a été détruite par les forces démocratiques de Kiev, soutenues par nos gouvernements tout aussi démocratiques?

Et ce n'est pas avec les retraites non versées depuis des mois et des mois qu'elles parviendront à surmonter la misère dans laquelle la guerre les a plongées.

Avoir travaillé toute sa vie pour se voir interdire de toucher sa pension et de parler sa langue ne semble pas ébranler l'OSCE dont certains observateurs ont pourtant bien entendu les témoignages de femmes ukrainiennes.

On s'effondrait à moins, ici.

A voir, ici,cette visite de l'OSCE à Ouglegorsk:

Lire la suite

Le nazisme est la forme aboutie du capitalisme du désastre. Le laboratoire d'Ukraine peut servir dans d'autres cas! Nuland est en visite officielle en Grèce, à Chypre, en Hongrie, en Tchéquie, etc...

12 Avril 2015 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #Ukraine, #La France, #La nation ., #La République, #Europe supranationale, #La Russie, #L'OTAN., #La paix, #AMERIQUE, #le nazisme

Le nazisme est la forme aboutie du capitalisme du désastre. Le laboratoire d'Ukraine peut servir dans d'autres cas! Nuland est en visite officielle en Grèce, à Chypre, en Hongrie, en Tchéquie, etc...

Bonjour.

Le nazisme est la forme aboutie du capitalisme du désastre. Le laboratoire d'Ukraine peut servir dans d'autres cas! Nuland est en visite officielle en Grèce, à Chypre, en Hongrie, en Tchéquie, etc... En France la visite de la secrétaire d'état américaine chargée de la surveillance de l'Union Européenne est-elle nécessaire? Nous verrons bien.

Comment peut-on accepter que notre pays bafoue de la sorte l'héritage du Conseil National de la Résistance et de la France Libre?

Dans l’article ci-dessous sont exposés les différentes techniquesde captation de souveraineté. La cinquième colonne mise à jour à l’époque sombre de notre histoire est à nouveau à l’œuvre en ce moment. Il suffit d’ouvrir les yeux.

http://lesakerfrancophone.net/la-democratie-incapable-de-se-defendre-est-devenue-une-vieille-relique-condamnee/

Comme si cela ne suffisait pas, les outils modernes de communication sont autant de moyens pour ficher la population déviante en vue de l’éliminer le moment propice. C’est le cas de Facebook en Ukraine qui a renseigné les nazis sur les opposants. FB est ainsi responsable de milliers de disparitions!

Nous avons depuis longtemps alerté sur le danger ultime d’utilisation de la méthode brutale.

http://novorossia.vision/facebook-livre-des-donnees-aux-services-secrets-ukrainiens-plus-de-1000-personnes-deja-disparues/

Bien cordialement

Lucien Pons

Documentation of the EU-US-NATO NAZI Connection in Ukraine

Lire la suite

Les Etats-Unis n’accepteront aucune opposition européenne aux sanctions contre la Russie.

12 Avril 2015 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #AMERIQUE, #Europe supranationale, #Economie, #La France, #La finance dérégulée, #La République, #La Russie, #La guerre, #Ukraine, #L'OTAN.

	    Photo : Victoria Nuland et deux garde-frontières ukrainiens : les représentants officiels des deux pays les plus démocratiques du monde.

Photo : Victoria Nuland et deux garde-frontières ukrainiens : les représentants officiels des deux pays les plus démocratiques du monde.

Les Etats-Unis n’accepteront aucune opposition européenne aux sanctions contre la Russie.

 

Photo : Victoria Nuland et deux garde-frontières ukrainiens : les représentants officiels des deux pays les plus démocratiques du monde.

La Russie est sur le point d’alléger les sanctions pour certains pays de l’UE , au moment où Victoria Nuland se rend en Europe pour attiser la guerre sur le continent européen.

Les États-Unis n’acceptent aucune autre forme de démocratie que la leur. Cela signifie que les Etats-Unis, comme un parrain de la démocratie, savent tout mieux que quiconque — toujours.

Cet article a été initialement publié dans German Economic News.

La Secrétaire d’État américaine, Victoria Nuland se rendra dans les pays de l’UE qui s’opposent à des sanctions plus sévères contre la Russie. La Grèce et Chypre sont prêtes à participer à des « entretiens bilatéraux » sur la question. Évidemment, les Américains ne font pas confiance à la Commission européenne pour tenir soudés ses propres États membres.

Le Gouvernement américain s’inquiète de la possibilité que certains des membres de l’Union européenne ne soient pas fiables et qu’ils puissent ne pas vouloir fournir d’effort pour durcir la position contre la Russie. La Secrétaire pour l’Europe Victoria Nuland, a déclaré lors de l’audition au Congrès qu’elle voulait se rendre dans certains États dans les ‘’prochains jours et semaines » afin de s’assurer, dans des « entretiens bilatéraux », que ceux des États de l’UE qui avaient désapprouvé (les sanctions) dans un passé récent, acceptent d’autres directives américaines.

Les sénateurs lui ont demandé comment elle réagirait à la résistance de la Grèce, la Hongrie et Chypre. Ils n’ont pas dit dans lequel de ces États Nuland va faire des efforts de persuasion. Nuland a fait remarquer que même s’ils avaient des griefs contre les sanctions, les États susmentionnés avaient néanmoins voté à l’unanimité, lors du Conseil de l’Union européenne, pour les sanctions déjà imposées.

La Commission européenne n’a apparemment pas confiance en Nuland : il faut discuter avec la Commission afin de voir avec le Conseil lesquelles des sanctions ont un impact négatif sur l’économie de l’Europe.

Le nouveau ministre grec des affaires étrangères Kotzias a qualifié les sanctions d’injustifiées. Le Premier ministre italien Matteo Renzi au cours de sa visite à Moscou a également mentionné l’importance de relancer le partenariat avec la Russie.

On peut penser que le scepticisme des américains vis-à-vis de la Commission européenne est basé sur le fait que Federica Mogherini est une représentante de l’Union européenne italienne. Mogherini a également évité jusqu’à présent les accusations trop agressives contre la Russie dans ses discours.

Nuland, en revanche, a joué un rôle clé dans la transition du pouvoir à Kiev : les russes ont intercepté son appel avec l’Ambassadeur des Etats-Unis quand elle l’a chargé de faire d’Arseni « Jaz » Iatseniouk un nouveau leader. Lors de l’audience, Nuland a déclaré que les États-Unis n’avaient rien fait qui puisse porter atteinte à « l’intégrité » de l’Ukraine – à la très grande différence de la Russie, qui avait rompu le protocole de Budapest par ses actions. L’accord avait été conclu après la chute de l’URSS et imposait à l’Ukraine de s’abstenir d’avoir sa propre arme nucléaire.

L’audience entière a montré que la majorité des sénateurs font pression pour une position ferme contre la Russie et qu’ils sont dépités par les réticences du Président Barack Obama. Poutine a été qualifié de « criminel » et la situation a été comparée à la crise des missiles de Cuba. La majorité des sénateurs a exigé la fourniture d’armes à l’Ukraine.

Afin de soutenir sa stratégie Nuland a accusé la Russie d’autres violations de l’accord de Minsk pour la désescalade dans l’est de l’Ukraine. Elle a dit que les chars russes et autres équipements militaires lourds ont été transportés ces derniers jours à travers la frontière russe dans la région du conflit. Cela inclus également l’artillerie, des véhicules blindés et des composants de missiles. La population de l’est de l’Ukraine et la Crimée, annexée par la Russie, souffre d’un « régime de terreur », a déclaré Mme Nuland lors de l’audience.

Dans ce contexte, le ministre fédéral allemand des affaires étrangères Frank-Walter Steinmeier a appelé les Etats-Unis et l’Europe à l’unité dans la lutte contre les crises majeures en Ukraine et dans la lutte contre les milices extrémistes de l’État islamique (IS). « Nous sommes forts lorsque les liens transatlantiques sont forts, quand l’Europe et les Etats-Unis agissent ensemble, quand Berlin et Washington coopèrent », a déclaré M. Steinmeier mercredi, quelques heures avant son départ pour une visite de trois jours aux États-Unis. « Dans ces temps troublés, il faut accorder une grande attention au chaos mondial croissant sur les deux côtés de l’Atlantique ».

Steinmeier a affirmé récemment que l’Allemagne a reçu des informations erronées au sujet de la situation militaire en Ukraine, de la part des Etats-Unis et de l’OTAN.

Le Président Barack Obama ne veut toujours pas livrer des armes à l’Ukraine. « Avec plus d’armes, plus aucun progrès ne pourrait être réalisé en Ukraine », avait déclaré la chancelière allemande Angela Merkel en février lors de la Conférence de sécurité de Munich.

Steinmeier s’entretiendra avec son collègue américain John Kerry au cours d’un dîner mercredi soir à Washington. Les entretiens avec le conseiller de la sécurité nationale Susan Rice sont prévus pour le lendemain. Selon des sources diplomatiques, lors de la visite à Atlanta vendredi, les accords de libre-échange prévus avec les Etats-Unis seront abordés. Lors de l’audience dans le cadre de l’Ukraine, Nuland a également mentionné le TTIP.

Ce qui est surprenant c’est qu’ils n’en aient pas profité pour parler de la situation vue du côté russe.

Traduction Avic – Réseau International

Source : http://russia-insider.com/en/2015/03/13/4483

Lire la suite

Facebook livre des données aux services secrets ukrainiens. Plus de 1000 personnes déjà disparues !

12 Avril 2015 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #Ukraine, #L'OTAN., #la liberté, #Europe supranationale, #Le fascisme, #le nazisme, #La nation ., #La Russie, #AMERIQUE, #Terrorisme

Facebook livre des données aux services secrets ukrainiens. Plus de 1000 personnes déjà disparues !

Facebook livre des données aux services secrets ukrainiens. Plus de 1000 personnes déjà disparues !

 

Le site nachgerichtet.is informe que plus de 2000 personnes ont été mises en prison pour avoir une opinion différente de celle du gouvernement ukrainien. Ces personnes subissent des tortures. Facebook intervient pour aider les autorités ukrainiennes !

Disparitions d’habitants. Plusieurs milliers de personnes ont simplement disparu. Personne ne les a revues. Ces personnes étaient sous surveillance. Lors d’un déplacement, comme par exemple, dans une autre ville, elles ont simplement disparu et elles ne sont jamais retournées à leur domicile. Le SBU, les services secrets ukrainiens, peut arrêté qui il veut. Il suffit d’un reproche du genre, « arrestation pour avoir « liké » une page internet soutenant la Nouvelle Russie ou le Donbass sur Facebook ou simplement pour avoir en sa possession un journal de la Nouvelle Russie. « Une personne qui critique le gouvernement est un terroriste. Un voleur armé et meurtrier n’est qu’un pécheur. Les bataillons qui massacrent et violent sont des héros de la patrie », dit Vladimir Rogo à Rossijskaya Gazeta. Des similitudes entre l’Ukraine d’aujourd’hui et l’Allemagne nazie, entre le SBU et la Gestapo sont de plus en plus claires.

Un seul Like peut vous tuer ! Le tribunal de Charkiw a condamné un retraité à 3 ans de prison pour avoir eu en sa possession un tract intitulé « la Russie de l’Est ». Le retraité a été dénoncé en ligne sur le site du SBU par un voisin. La délation est activement soutenue et récompensée en Ukraine. Il existe même des articles ou des émissions avec les titres évocateurs comme « comment je peux reconnaître un séparatiste ? » ; « quand dois-je contacter la hotline ? ». Simplement pour un seul « Like » sur Facebook on peut se retrouver en prison et disparaître ! Facebook a officiellement déclaré sa volonté d’aider l’administration ukrainienne pour dénoncer les gens !

Olivier Renault pour Novorossia Vision

avril 11th, 2015
Lire la suite