Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog de Lucien PONS

Articles avec #ukraine tag

N. Vitrenko. Ukraine, Ministère de la Vérité [sous-titres français] Part 1..

1 Mars 2015 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #Ukraine, #La guerre, #L'OTAN., #Europe supranationale, #La France, #Politique étrangère, #AMERIQUE, #La Russie

Le Ministère de la Vérité fait son apparition en Ukraine. (1-ère partie).
Femme politique, docteur es sciences, fondatrice et présidente du Parti socialiste progressiste d'Ukraine (1996) Natalia Vitrenko établit un parallèle entre la propagande aujourd'hui en Ukraine et la manipulation de la conscience collective, décrite dans le roman de George Orwell "1984".
Vitrenko a souligné que la communauté internationale n'accorde aucune attention aux violations systémiques et systématiques des engagements de l'Ukraine à mettre en œuvre les normes et les principes du droit international, les garanties de la Constitution et des lois de l'Ukraine sur les droits et libertés fondamentaux de l'homme. Plus exactement le droit à l'information et sa diffusion, la liberté d'expression, l'indépendance des journalistes et des médias, l'activité des partis d'opposition.
Au cœur de ces violations se trouve le conflit entre la civilisation occidentale, dont les représentants sont au pouvoir en l'Ukraine, et la civilisation orthodoxe orientale, qui subit des persécutions en étant dans l'opposition. En plusieurs parties.

Lire la suite

Le Donbass, Hommage aux blouses blanches françaises.

1 Mars 2015 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #Ukraine, #La France, #L'OTAN., #Europe supranationale, #SolidaritéS, #La guerre

Hommage aux blouses blanches françaises

Aujourd'hui, tandis que les combattants français bouclent leur sacs à dos pour rejoindre leur futur bataillon, d'autres volontaires sont déjà au front en train de lutter contre la souffrance des malades et des blessés soignés à l'hôpital de Donetsk.

Avec Marie, qui vient d'être rejoint par Antonio et Guillaume les français renforcent le service de chirurgie thoracique au chevet des patients civils et militaires, qui témoignent dans leur chair, du martyr du Donbass.

Le service est dirigée par Natalya, qui prodigue à ses patients comme à son équipe un dévouement quasi maternel et une patiente attention.

Lorsqu'elle n'est pas dans son service, Natalya consacre ses journées de repos a visiter les infirmeries du front afin d'évaluer les malades et les blessés et réaliser elle même des évacuations vers les services hospitaliers adaptés. La force de son exemple compense la faiblesse des moyens dont souffre l'hôpital !

C'est cette femme au grand coeur, et qui parle le français, qui s'est fait un devoir d'accueillir les volontaires français venus travailler dans le domaine médical.

Marie est arrivée en même temps que moi, le 11 février dernier et a été imédiatement dirigée vers le réseau hospitalier du Donbass. Jusqu'à ce qu'ils décident de rejoindre eux mêmes Donetsk, Antonio et Guillaume ont servis aux côtés d'Unité Continentale, et malgré les déménagements successifs du groupe, ont réussi à soigner non seulement les militaires présents, mais aussi les populations civiles en assistant les médecins locaux.

Le 19 janvier 2015, l'unité médicale française, sous le feu des mortiers ukrainiens qui bombardaient la compagnie à laquelle elle était rattachée à Shirokino, a eu un comportement exemplaire, soignant les niombreux volontaires russes, brésiliens ou français blessés par les obus (il ya aura 3 tués de déplorés dans ce bombardement). Cette expérience du feu a révélé le courage et le professionalisme de ces hommes siudés par le sens du devoir.

Un peu plus loin, dans l'aile militaire, avec mes camarades français nous rertrouvons plus tard Rafaël, un des volontaires brésiliens et qui a été blessé à la colonne vertébrale devant Shirokino. Il va mieux, et a hâte que sa convalescence se termine d'ici 1 mois environ, pour pouvoir remonter sur le front.

Les français ici peuvent relèver la tête grâce à ces blouses blanches qui bénévolement, montrent chaque jour à Donetsk où est le sens du devoir et de l'humanisme, tandis que leur gouvernement finance et soutient les assassins qui bombardent les populations civiles du Donbass.

Cette femme et ces hommes soignant civils et militaires qu'ils soient novorossiens volontaires étrangers comme eux ou même ukrainiens, prennent des risques car ils opèrent sous la portée des canons ukrainiens et sont menacés par la justice de leur pays en cas de retour...

De quoi sont-ils coupables ?

D'avoir répondu à l'appel de leur coeur ! Voilà ce qui les différencie d'avec les mercenaires de l'OTAN et les nazis (cela commence à être difficile de faire la différence) qui bombardent le Donbass, répondant à l'appel du sang et de l'argent et aux ordres de Washington !

Les vrais ambassadeurs de la France sont aujourd'hui ses volontaires en Novorossiya !

Erwan Castel

OBSERVATION :

L'accueil des dons est toujours ouvert pour permettre aux français de réaliser leur mission dans les meilleurs conditions et d'assurer leur minimum vital dans le Donbass, pour nous aider, vous pouvez vous faire connaître par courriel à l'adresse suivante : alawata@gmail.com

Merci d'avance !

Lire la suite

Vladimir Poutine en 2012 : nos ennemis cherchent à fabriquer des martyrs pour nous nuire (VOSTFR)

1 Mars 2015 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #Ukraine, #L'OTAN., #AMERIQUE, #La mondialisation, #La guerre, #La République, #La Russie

Vladimir Poutine en 2012 : nos ennemis cherchent à fabriquer des martyrs pour nous nuire (VOSTFR).

Il était encore un peu tôt hier 28 février 2015 pour voir la presse mainstream se déchaîner contre Vladimir Poutine, ce qui ne va pas manquer d’arriver, suite à l’assassinat de Boris Nemtsov par ceux pour qui il était sans doute devenu plus utile mort que vivant.

Une vidéo prémonitoire de 2012 : link to youtube.com

Vladimir Poutine y mettait en garde contre ceux qui “cherchent à fabriquer des martyrs pour nous nuire”.

le 28 févr. 2015

Dans cette vidéo datant d'il y a exactement trois ans (29 février 2012), Vladimir Poutine prédisait que des attaques sous faux drapeau telle que celle dont l'opposant Boris Nemtsov vient d'être victime pourraient être menées depuis l'étranger pour nuire à la Russie. A un moment où la crise ukrainienne, façonnée de toutes pièces par les Etats-Unis et leurs vassaux européens, se traduit sur le terrain par une déroute de la junte pro-occidentale de Kiev, et sur le plan international par une victoire spectaculaire de la diplomatie russe, un tel crime ne peut profiter qu'à l'Occident. Vladimir Poutine, qui jouit d'une côte de popularité astronomique dans les sondages (86%), n'a aucun intérêt à faire abattre un opposant qui ne représente pas même 1% des suffrages, et dont l'audience est si faible qu'il n'a aucun Député à la Douma. Tout comme l'attaque contre le vol civil malaisien MH17, faussement attribué à la Russie, il s'agit d'une nouvelle opération de propagande destinée à ternir son image, dans la droite ligne de la guerre politique, économique et médiatique que mène l'Occident contre la Russie de Vladimir Poutine.

Transcription :

En ce qui concerne les provocations (sous faux drapeau) durant les manifestations et autres, j'espère que personne ne franchira cette ligne et que tout restera dans les limites légales. Et j'espère que les tentatives de provoquer les agences de sécurité pour susciter une réaction violente resteront vaines.
Car les forces que vous avez évoqué souhaitent réellement de violents affrontements. Et ils ne cessent d'essayer de les fomenter.

Ils sont même prêts à sacrifier quelqu'un afin d'en accuser le gouvernement. Je connais ces méthodes et tactiques, cela fait dix ans qu'ils essaient de les utiliser. Cette méthode est surtout utilisée par ceux qui travaillent depuis l'étranger. Je vous l'affirme car je le sais de manière factuelle. Ils recherchent même quelqu'un pour le transformer en martyr. Une quelconque personnalité connue. Ils vont le buter eux-mêmes, excusez-moi la vulgarité, puis en accuser le gouvernement. Il y a des gens qui en sont capables, je n'exagère pas du tout.

J'espère que les personnes qui organisent des manifestations pour améliorer la vie dans notre pays
et, dans cet objectif, utilisent leur droit d'assemblée, leur liberté d'expression, ne cèderont pas à ces machinations.




Courtesy : The Saker & Tatzhit Mihailovich

Traduction en français : http://www.sayed7asan.blogspot.fr

Lire la suite

Donetsk avant les bombardements qui ont débuté en avril 2014.

28 Février 2015 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #Ukraine, #L'OTAN., #AMERIQUE, #La guerre, #La France, #La République, #Europe supranationale, #La Russie

Bonjour

C'est bien connu l'OTAN envoie des bombes et massacre des populations pour mieux apporter la paix et la démocratie. Les droits de l'homme sont ainsi garantis dans ces lieux reculés de la civilisation.

Le post moderne nouveau philosophe BHL a bien apporté avec son cortège de bombes et de désolation, une paix durable en Libye, pays qui connait depuis prospérité et respect des droits de l'homme.

Même opération en Ukraine et ce pour les mêmes raisons.

Dans la vidéo ci-dessous, vous pourrez juger du degré de barbarie qui régnait à Donetsk avant l'intervention pilotée par l'Empire.

Cordialement.

Lucien Pons

Lire la suite

L’OTAN réarme l’Allemagne contre la Russie.

28 Février 2015 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #L'OTAN., #Europe supranationale, #Ukraine, #La France, #La finance dérégulée, #Le capitalisme;, #La guerre, #La Russie

L’OTAN réarme l’Allemagne contre la Russie

 

L’OTAN réarme l’Allemagne contre la Russie

Ursula von der Leyen

 

La ministre fédérale de la Défense, Ursula von der Leyen, a annoncé, ce vendredi 27 février, sa décision d’activer un bataillon de chars pour faire face à la menace russe. « Les conditions de sécurité ont changé en Europe », explique la ministre. En fait Berlin utilise la menace russe, provoquée par l’OTAN, pour réarmer son pays et reprendre aussi son statut de puissance militaire en Europe après en avoir pris la direction des opérations économiques et politiques. Cette déclaration de la ministre fédérale ne passe pas inaperçu dans cette semaine du 23 au 27 février après l’achat par Porochenko à la foire internationale, IDEX-2015, d’armes modernes, après le défilé de l’OTAN à Narva et après la déclaration de David Cameron d’envoyer des soldats en Ukraine. L’OTAN, engraisse ses caisses, réarme ses partenaires et se prépare à la guerre. En tout cas les Etats-Unis utilisent ce contexte pour assouvir toujours plus les pays se trouvant dans la zone euro. Les pays de la zone euro doivent appartenir au Traité transatlantique, pour cela l’OTAN place aussi ses soldats et la « menace russe » est bien utile à cette politique de domination.

Bataillon vide à remplir. A Bergen doit être constitué ce bataillon de chars. « Pour le moment il existe sur le papier mais des chars et du personnel doivent être mis à disposition à Bergen pour former le bataillon de chars », a déclaré la ministre de la défense. Nous assistons au début du réarmement de l’Allemagne ? Il fallait trouver une occasion. Avec Ursula von der Leyen, CDU, groupie des Etats-Unis, l’OTAN consolide ses bases. Ursula, ce petit bout de femme aux gestes un peu excités, faisant penser à une religieuse en civil, ne connaissant rien au quotidien des gens vivant dans son pays, qui a la manie de contrôler ses mots, a décidé en septembre 2014, en raison, du comportement de la Russie vis à vis de l’Ukraine, de fonder une unité d’intervention rapide. La propagande des années pacifistes en Allemagne avec des figures comme Fischer ou Cohn-Bendit sont, même si elles étaient un théâtre pour amuser les démocraties le temps pour l’Allemagne de retrouver des forces, bien terminées surtout que le parti des Grüne avait avaliser l’envoi de soldats contre la Serbie en 1999 (Parti écolo-parti de la guerre). Nous n’allons pas voir des écolos aux cheveux longs débarquer en treillis dans la caserne de Bergen mais plutôt de la viande à canon car Ursula vend la mèche quand elle dit, « nous avons trop pris l’habitude de recycler nos chars, comme des Leopard 2, qui sont de très bons engins. Dorénavant c’est fini. Nous allons activer un bataillon de chars à Bergen qui sera surtout constitué d’unités internationales. »

Le 27 février 2015.

février 27th, 2015

 

Lire la suite

La lutte contre le nazisme: « Les 300 », le symbole oublié de Zaporojié. Il vaut mieux mourir debout que vivre à genoux!

26 Février 2015 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #Ukraine, #L'OTAN., #Europe supranationale, #La guerre, #La France, #AMERIQUE, #La Russie, #Terrorisme, #le nazisme, #Le fascisme

La lutte contre le nazisme: « Les 300 », le symbole oublié de Zaporojié. Il vaut mieux mourir debout que vivre à genoux!
  •  

Le courage de ces hommes a été passé sous silence en Occident, soit mépris, soit ignorance totale des faits. Ceci s’est passé dans une ville symbole de l’Ukraine, sur la frontière historique entre ce pays et ce qui fut l’Hetmanat des Cosaques qui se soulevèrent contre les Ukrainiens et les Polonais au XVIIe siècle. Vous ne connaissez pas cette histoire ? Vous pourriez en aborder quelques-unes des facettes en lisant les lignes de Tarass Boulba du grand auteur russe et ukrainien Nicolas Gogol (1809-1852). Les Cosaques y construisirent une Sitch dans une île du Dniepr et lancèrent des raids vers l’Ouest et le Sud. C’est dans cette ville que quelques dizaines de courageux russophones ont été au cœur d’un acte à la fois sensationnel et ignoble.

Sur le Dniepr, Zaporojié est une ville de contraste, comme toutes les villes sur ce grand fleuve. Les Russophones étaient avant la guerre 57 %, les Ukrainiens seulement 42 %. Cela plante déjà le décor. Depuis toujours elle fut un lieu de passage, emprunté d’ailleurs par toutes les armées envahissants pour les uns l’Est, pour les autres l’Ouest : Polonais, Cosaques, Russes, Tatars, Allemands, Bolcheviques, Blancs, Verts, Nazis… La ville était aussi sur la fameuse ligne du Dniepr, ligne de défense qui fut le dernier espoir des Hitlériens de se maintenir en Ukraine et qui fut forcée par l’Armée rouge en octobre 1943. Elle eut beaucoup à souffrir des combats et des destructions. Ville industrielle parmi les plus grandes d’Ukraine, elle comptait plus de 760 000 habitants en 2013.

Alors que le mouvement Euromaïdan était sorti vainqueur dans sa lutte pour le pouvoir, en utilisant massivement les militants néo-nazis des Partis Svoboda et Pravy Sektor, la situation en avril 2014 était explosive en Ukraine. Ayant pris une importance capitale dans l’appareil du pouvoir en train de naître après le coup d’Etat du Maïdan, les nationalistes ultras sortirent de l’Ouest de l’Ukraine et de Kiev pour se répandre dans tout le pays. Ils furent encore une fois à l’avant-garde de toutes les manifestations russophobes, antisémites et pro-européennes. Passages à tabac d’opposants russophones, intimidations, destructions de biens privés, pillages, mises à bas de monuments et de sculptures rappelant la période soviétique : statues de Lénine, cimetières militaires, plaques commémorative des combattants de l’Armée rouge, vestiges de la Seconde Guerre mondiale, cimetières juifs ou de soldats soviétiques, porteurs de rubans de Saint-Georges (symbole patriotique soviétique et russe), tout cela fut mis à bas, détruit, saccagé, persécuté, tabassé.

Le 13 avril 2014, quelques dizaines de russophones s’étaient rassemblés à Zaporojié sur une place publique pour protester contre la tournure du Maïdan, tournure clairement néo-nazie à ce moment-là et qui allait se dévoiler par le massacre d’Odessa quelques jours plus tard. Les opposants russophones furent bientôt, comme vous le verrez sur cette vidéo, encerclés par une foule vociférant composée de fanatiques armés de bâtons, de barres de fer, de marteaux et d’autres armes contondantes, y compris des couteaux. Les opposants russophones n’étaient pas armés, ils étaient venus ici pour protester pacifiquement. Ils furent bientôt entourés par une horde véritablement hystérique, les quelques dizaines de russophones étant encerclés par des « septembriseurs » près au massacre et dix fois plus nombreux. C’est avec peine que la police, par ailleurs très molle a protégé la vie de ces hommes. Ils furent insultés pendant six longues heures, canardés de farine, d’œufs, puis de pierres, de bouteilles et d’autres projectiles. Formant un cercle de défense compacte, pour exprimer leur protestation de manière démocratique, ils ont été insultés de la pire des manières.

Les néo-nazis présents étaient venus en nombre et entrainèrent probablement la foule dans son hystérie. A un moment, les manifestants russophones pacifiques furent même atteints, certains traînés et roués de coups, avec l’intention avérée de les lyncher sans autre forme de procès. Courageusement ils firent face, devant subir les outrages d’une foule surexcitée de plus en plus nombreuse. Les fascistes lançaient des slogans et des appels au meurtre, ils promettaient la mort à ceux qui ne jetteraient pas les rubans de Saint-Georges, à ceux qui ne s’agenouilleraient pas au sol et qui ne chanteraient pas l’hymne national ukrainien. Aucun d’entre eux, même malgré l’évidence que leurs vies étaient en danger ne mit le genou à terre. L’ironie du sort est qu’ils furent finalement embarqués par la police, comme des criminels, chargés dans des paniers à salade par les forces de l’ordre et emmenés au poste. Ils furent ici interrogés, malmenés, pressés psychologiquement et fichés comme de vulgaires délinquants. Les fanatiques assoiffés de sang les avaient suivis jusque devant le commissariat de Police… où ils durent encore être exfiltrés par les policiers sous les injures…

Ces hommes ont donné à l’Europe un symbole très fort, de liberté, de refus de se soumettre, de lutte pour la Démocratie et la liberté d’expression. Il n’était pas convenable pour des journalistes de parler de leur histoire. Ils étaient russophones donc du mauvais côté. Il n’était pas convenable de les montrer en exemple, comment expliquer que le mouvement Euromaïdan n’était nullement démocratique, qu’il y avait déjà des persécutions à caractère politique et racial en Ukraine quand les médias vendaient leurs fables de la méchante Russie ? Ils furent passés sous silence. Auraient-ils été massacrés comme à Odessa que les médias français et européens auraient sans doute tronqué le sujet. C’est l’histoire de tous les civils morts en Ukraine depuis le début de l’Euromaïdan, d’abord à Kiev, puis dans toutes les villes et enfin surtout dans l’Est de l’Ukraine.

Alors toi, citoyen français qui regardera cette vidéo, demandes toi de quelle côté est la Démocratie. Demandes toi pourquoi notre gouvernement soutient les hommes qui étaient armés de matraques et de barres de fer. Ce sont les sbires de Porochenko, ce sont eux qui sont montrés comme des « héros ». Devant cette injustice, pour ne pas finir à genou, les gens du Donbass eux ont choisi de répondre, de se défendre par les armes. Des milliers d’entre eux sont déjà morts, la France a participé à leur assassinat en supportant l’Armée ukrainienne, en fournissant de l’argent avec l’Union européenne, jusqu’à faire les honneurs au chef suprême de cette « Ukraine démocratique » du Palais de l’Elysée. Est-ce cela la Démocratie des Charlie ? En voulez-vous plus citoyens français ?

Les 300 spartiates zaporogues

Les 300 spartiates zaporogues

 

Le 26 février 2015

 

Laurent Brayard pour Novorossia Vision

 
Lire la suite

Après avoir créé Al-Qaïda puis Daech : les services secrets américains instrumentalisent les néonazis.

26 Février 2015 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #Daesch, #Terrorisme, #ISIL, #L'OTAN., #Ukraine, #Europe supranationale, #La France, #Politique étrangère, #Israël - palestine - Moyen-Orient

Après avoir créé Al-Qaïda puis Daech : les services secrets américains instrumentalisent les néonazis

 
Des néonazis ukrainiens arborant la Rune du loup. D. R.
Des néonazis ukrainiens arborant la Rune du loup. D. R.

Il n'y a pas que les terroristes islamistes de Daech que l'Otan utilise pour faire ses sales guerres du XXIe siècle à sa place. Cette grande organisation terroriste mondiale qu'est devenue l'Alliance atlantique se sert aussi d'organisations néonazies en Europe de l'Est pour déstabiliser le géant russe, en attendant, peut-être, de se tourner vers d'autres puissances comme la Chine. Le journaliste Luc Michel a relevé ce fait en attirant l'attention sur une couverture de BFMTV et un message subliminal sciemment affiché par la chaîne. «Sur BFMTV, on a perdu toute pudeur», écrit-il sur son blog. Il est choqué par la diffusion hier lundi, dans le journal de 7h30, d’un reportage sonore «illustré par une vidéo de propagande du bataillon néonazi Azov, BFMTV affichant sans vergogne en plein écran les logos des néonazis : "Rune du Loup" et "Soleil noir"». Il rappelle que «la "Rune du loup", symbole SS sous le IIIe Reich, a notamment été l’emblème de la division SS Das Reich». Pour ses lecteurs français, il précise que c’est cette division qui a commis le crime de guerre d’Oradour-Sur-Glane en juin 1944 en France. Luc Michel estime que cette apologie du nazisme, inspirée par l’Otan, est justifiée par la campagne menée contre la Russie. L’instrumentalisation des groupes néonazis en Europe pour la déstabilisation de la Russie rappelle, effectivement, comment les services secrets américains ont ravivé et armé l’extrémisme islamiste pour combattre les pouvoirs arabes laïques. L’Otan n’ignore pas qu’il y a un regain d’activisme des nazis et des mouvements d’extrême droite qui leur sont proches, dans les pays européens. Ainsi, en Allemagne, les autorités alarmées par la montée du Parti national démocratique (NPD, extrême droite, ont tout fait pour l’interdire, surtout quand elles ont découvert qu'un groupe terroriste néonazi était impliqué dans les meurtres de neuf immigrés et d'une policière entre 2000 et 2007. En Grèce, le parti Aube Dorée (Chryssi Avgi), néonazi, a également fait l’objet d’une répression en tant que groupe criminel lié à des attaques contre des opposants politiques de gauche et des migrants. Le terrain de prolifération de la vermine nazie se trouve actuellement en Ukraine où le conflit créé de toutes pièces par les services occidentaux a été l'occasion pour des groupes néo-nazis fascistes, une trentaine actuellement, de multiplier leurs capacités de recrutement et d’obtenir les financements pour leurs activités criminelles. Ces milices ont commis des crimes de guerre dans le sud-est de l'Ukraine (enlèvements, torture, vols, exécutions sommaires). L'une de ces milices, le bataillon Aydar, a ouvert un camp de détention clandestin en plein centre de la ville de Severodonetsk, où les détenus étaient torturés. Le principal chef de ces groupes terroristes, le criminel Igor Kolomoïsky est, entre autres, derrière le massacre d'Odessa en mai 2014 quand des syndicalistes ont été brûlés vifs et d'autres abattus alors qu'ils fuyaient l'incendie de l'immeuble abritant leur syndicat, incendie allumé par les néonazis. Ce sont ces «libérateurs» que l’Otan utilise comme alliés pour s’en prendre à Poutine. Comme elle crée et manipule les groupes terroristes sous couvert de la religion musulmane pour plonger les pays arabes dans le chaos type libyen.
Houari Achouri
  

Lire la suite

En dépit des photos et des témoignages, l’Ukraine nie que les rebelles retirent leurs armes lourdes du front. Le Saker.

26 Février 2015 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #Ukraine, #L'OTAN., #La France, #La Russie, #AMERIQUE, #La guerre, #Europe supranationale

Y a pas photo ?

Par Jason Ditz- Le 24 février 2015 – Source Antiwar.com 

En dépit des photos et des témoignages, l’Ukraine nie que les rebelles retirent leurs armes lourdes du front

L’armée ukrainienne prétend au contraire qu’ils renforcent secrètement leurs forces.

Dimanche, les rebelles ont annoncé qu’ils retiraient leurs armes lourdes des lignes de front de la guerre civile en Ukraine, en vertu de l’accord de cessez-le feu conclu à Minsk, au début du mois.

Il y a des photos de ce retrait, et les journalistes de Reuters ont rapporté qu’ils avaient vu plusieurs convois rebelles d’artillerie et d’armes anti-aériennes quitter Debaltsevo en direction de Donetsk, la capitale. L’armée ukrainienne continue de dire que c‘est un stratagème.

Toutes les photos sont là

Les porte-paroles de l’armée ont affirmé que le retrait n’était que des paroles en l’air, et que les rebelles renforçaient en fait leurs effectifs sur la ligne de front, en dépit des apparences

Les dénégations de l’armée ukrainienne ont surtout pour objectif de justifier leur propre décision de revenir sur le retrait des armes lourdes, mais n’en reflète pas moins leur bizarre déconnexion des faits réels et des preuves. En plus de voir partout des invasions russes que personne d’autre ne voit jamais, ils prétendent maintenant que les gens ne voient pas ce qu’ils voient.

Traduit par Dominique, relu par jj pour le Saker Francophone

Lire la suite

Encore un mensonge d'état! Attentat à Kharkiv (Kharkov) en Ukraine pendant une marche

24 Février 2015 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #Ukraine, #La République, #La Russie, #AMERIQUE, #Europe supranationale, #L'OTAN.

Attentat à Kharkiv (Kharkov) en Ukraine pendant une marche.

Le 22 février, Euronews titrait "un leader de Maïdan tué lors d'une marche pacifique". Les autres restaient plus factuels en faisant référence à un attentat lors d'une marche à Kharkov, faisant état de deux tués.

- Comment cela s'est il produit?
- Pourquoi la communication officielle de Kiev laisse-t-elle
perplexe?

Toute la crise ukrainienne vue autrement:
http://www.youtube.com/playlist?list=... .

Sources utilisées pour cette vidéo:

La vidéo originale du journaliste ukrainien en exil Anatoli Shariy: http://www.youtube.com/watch?v=ht-3x0... .

La vidéo du SBU (service de sécurité d'Ukraine):
http://www.youtube.com/watch?v=RT8a0o...

Lire la suite

Méchant Assad, méchant Kadhafi et maintenant méchant Poutine : Comment l’Ouest vend ses guerres (et commet ses massacres) (Russia Insider).

24 Février 2015 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #Ukraine, #Europe supranationale, #La guerre, #La France, #La Russie, #Le capitalisme;, #La mondialisation, #La lutte des classes, #Le grand banditisme

 
Politiques de distraction et variables économiques en Ukraine - Parallèle avec la Syrie, la Libye et l'Irak.

Méchant Assad, méchant Kadhafi et maintenant méchant Poutine : Comment l’Ouest vend ses guerres (et commet ses massacres) (Russia Insider)

Alors que le conflit en Ukraine persiste et que les pourparlers de paix entre Poutine et les dirigeants d’Europe occidentale (Merkel et Hollande) continuent, il est important de s’intéresser aux acteurs / intérêts économiques qui bénéficient du conflit et du changement de régime en Ukraine, et de faire la comparaison avec la situation de pays comme la Syrie, la Libye et l’Irak.

Il y a des aspects de ces conflits, et des intérêts qui les sous-tendent, qui échappent au public parce que les médias subventionnés occidentaux les passent sous silence et que les gens, submergés par les difficultés humaines et politiques, ne pensent pas à les rechercher. Par exemple, les médias subventionnés passent tout leur temps à diaboliser un ennemi après l’autre, que ce soit Poutine du fait de la situation en Ukraine, Assad en Syrie, Kadhafi en Libye ou Saddam Hussein en Irak, etc., au lieu d’enquêter sur la manière dont des acteurs externes exploitent ou renforcent ces conflits et ces situations pour en tirer des profits politico-économiques, comme l’accès au pétrole, l’obtention de prêts du FMI aux conditions d‘octroi destructrices ou l’interruption de politiques nationales qui nuisent aux intérêts économiques et à l’influence de puissances étrangères.

Les médias occidentaux, ont une approche binaire aussi trompeuse que dangereuse, qui veut que l’opposition aux priorités impérialistes et entrepreneuriales occidentales par une région donnée revienne à soutenir des "méchants" comme Poutine ou Kadhafi. Cela fait partie de ce que j’appelle la politique de distraction ou la politique de confusion, aux termes de laquelle l’opposition aux politiques néolibérales et impériales – par exemple aux prêts du FMI assortis d’une exigence d’austérité qui ravage et appauvrit une nation, son peuple et son agriculture – est confondue avec le soutien à certains tyrans (désignés comme tels par l’occident).

Dans le cas du changement de régime, et du conflit qui s’en est suivi en Ukraine, les médias occidentaux sont tellement obsédés par la diabolisation du président russe Vladimir Poutine à cause de l’annexion de la Crimée que peu d’attention est accordée à ce que JP Sottile appelle "l’annexion de l’Ukraine par les multinationales." Sottile note à propos du plan économique du pays que, "pour les entreprises étasuniennes comme Monsanto, Cargill et Chevron, l’agro-business et l’exploitation de l’énergie en Ukraine sont une véritable mine d’or."

Certains législateurs européens considèrent le conflit en Ukraine comme un écran de fumée pour permettre aux multinationales de l’agrochimie et de la biotechnologie agricole financées par le FMI, la Banque mondiale, la Banque européenne pour la Reconstruction de voler les terres agricoles très fertiles et très convoitées de l’Ukraine.

La politique de distraction qui enveloppe le conflit ukrainien – par exemple, la mise en scène de l’ouest contre le méchant Vladimir Poutine – cache la réalité des massives appropriations de terres agricoles qui enrichiront grandement les entreprises agro-alimentaires de l’Ouest tout en ouvrant la voie à des politiques et des pratiques toxiques telles que le culture des OGM.

Après avoir évincé Yanoukovitch, le nouveau gouvernement en Ukraine a accepté des réformes d’austérité en échange de "l’aide" du FMI et de la Banque mondiale. En plus de l’impact dévastateur de ces réformes sur la pauvreté et le niveau de vie des Ukrainiens, les mesures d’austérité permettront également aux sociétés agro-alimentaires occidentales de contourner les mesures européennes très restrictives sur la culture d’OGM. Comme l’explique Lendman, l’Ukraine a longtemps été le "panier à pain" de l’Europe. "Sa riche terre noire est très appréciée" et "idéale pour la culture des céréales." Avec un tiers des terres agricoles de l’Europe, le potentiel agricole de l’Ukraine est vaste, ce qui en fait une cible idéale pour les géants agro-industriels occidentaux qui cherchent à amasser des profits énormes en modifiant génétiquement et en empoisonnant les ressources alimentaire de la région. Pour de nombreux analystes, ces motifs économiques sont à l’origine du conflit Ukraine.

Ce n’est pas sans rappeler les motifs économiques qui ont présidé à l’invasion de l’Irak par les États-Unis en 2003 et à la "guerre contre le terrorisme." Tout le monde sait maintenant que l’administration Bush a menti à propos des armes de destruction massives de Saddam Hussein – l’ancien allié et complice des États-Unis dans le crime (de guerre) devenu ennemi public numéro un – pour avoir le prétexte d’envahir le pays. Comme je l’explique dans un livre à paraître, les motifs de la guerre en Irak ont été principalement économiques ; les multinationales étatsuniennes ont obtenu des contrats énormes – en grande partie payés par les contribuables étasuniens – pour "reconstruire" un pays (infrastructures, privatisations de services publics, etc.) que l’armée étasunienne venait de détruire. En plus des contrats de développement, les firmes pétrolières comme Halliburton et Chevron ont réalisé d’énormes profits. Halliburton, dont le PDG était autrefois nul autre que l’ancien vice-président Dick Cheney, aurait réalisé 39,5 milliards de dollars de profit grâce à la la guerre en Irak, à elle toute seule.

De même, l’implication de l’OTAN en Libye avait principalement des motifs économiques. Comme Saddam Hussein, Kadhafi était un allié – et un ancien ennemi – de l’ouest qui était tombé en disgrâce avant la rébellion de 2011 contre lui. Alors que les Etats-Unis ont hypocritement affirmé que l’implication de l’OTAN en Libye était humanitaire, de nombreux analystes pensent qu’elle avait plus à voir avec le pétrole et la protection du système monétaire international. En effet, comme Alex Newman l’explique, le régime de Kadhafi est passé de "modèle" et "d’allié important" de l’Ouest à ennemi à abattre en l’espace de seulement quelques années. Ce revirement soudain a très probablement été causé par le projet de Kadhafi "d’arrêter de vendre le pétrole libyen en dollars américains" – un projet qui aurait été "particulièrement dévastateur pour l’économie américaine et le dollar américain".

De même, on peut dire que le plan d’intervention en Syrie était et est toujours motivé par des intérêts pétroliers, et non par des préoccupations humanitaires. Dans son analyse globale de la situation, Nafeez Ahmed explique que la violence et le meurtre de civils – dans les deux camps – sont "exploités dans le seul but géopolitique de contrôler le pétrole du Moyen-Orient" et les pipelines de gaz. Son rapport s’appuie sur de nombreuses sources officielles, y compris des fuites de documents gouvernementaux, des fonctionnaires retraités de l’OTAN et l’ancien ministre français des Affaires étrangères Roland Dumas, pour montrer comment la situation en Syrie est liée au désir ancien des occidentaux de contrôler le pétrole du Moyen-Orient et les pipelines ; depuis 2011, les États-Unis et le Royaume-Uni entraînent des forces d’opposition syrienne pour provoquer l’effondrement du régime syrien "de l’intérieur."

L’appropriation du pétrole par l’Ouest est le facteur déterminant en Irak, Libye et Syrie (en plus, dans le cas de la Libye, de protéger le dollar et les banques européennes), mais en Ukraine, il s’agit principalement d’accaparer les terres riches et fertiles du pays pour la culture des OGM par les multinationales de l’industrie agro-alimentaire occidentale, introduites grâce à un prêt conditionnel du FMI de 17 milliards. Il est intéressant de noter, avec Joyce Nelson, de The Ecologist, qu’à la fin de 2013, Viktor Yanoukovitch, alors président de l’Ukraine, a rejeté un accord d’association avec l’Union européenne lié à un prêt du FMI de 17 milliards de dollars, lui préférant un plan d’aide russe de 15 milliards de dollars incluant un rabais sur le gaz naturel russe. Comme l’explique Nelson, "sa décision a été le principal facteur déclencheur des manifestations meurtrières qui ont suivi et qui ont conduit à son renversement en février 2014 et à la crise actuelle." Cela signifie que le prêt d’aujourd’hui du FMI – et la voracité de ses clauses – était sur la table bien avant l’éviction de l’ancien président Yanoukovitch, et que le changement de régime dans le pays a commodément permis au prêt de prendre racine.

En plus d’ouvrir les riches terres agricoles de l’Ukraine aux géants occidentaux de l’agrobusiness et à la production d’OGM, les prêts du FMI sont généralement accompagnés des conditions de restructuration économique strictes sous la forme de programmes d’ajustement structurel (PAS). Ces programmes obligent essentiellement la nation emprunteuse à restructurer son économie en réduisant les dépenses publiques et les subventions dans des domaines comme l’emploi, le soutien du pouvoir d‘achat, la santé et l’éducation ainsi qu’à privatiser des services (auparavant accessibles) tels que la santé. Si les conditions du FMI sont appliquées en Ukraine, cela va rabager et appauvrir le pays.

Malgré leur importance, ces projets politico-économiques dont l’Ukraine fait les frais, sont rarement traités en profondeur, voire pas du tout, dans les médias mainstream occidentaux. Alors que le conflit en Ukraine se poursuit et que les grands médias occidentaux se concentrent principalement sur les drames humains et politiques du conflit et de l’accord de cessez-le-feu de Minsk 2, on peut seulement espérer que le peuple de l’Ukraine n’aura pas à subir sur le long terme le même sort politique et économique que les peuples d’Irak, de Syrie ou de Libye.

Ghada Chehade

Traduction : Dominique Muselet

»» http://russia-insider.com/en/2015/02/21/3724
URL de cet article 28050
Lire la suite