Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Lucien PONS

Olga Vassilieva: la nouvelle ministre de l'enseignement et de la recherche en Russie qui redonne espoir. A quand la même chose en France?

2 Septembre 2016 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #La France, #La Russie, #La République, #Ecole, #Europe supranationale, #La mondialisation

vendredi 2 septembre 2016

Olga Vassilieva: la nouvelle ministre de l'enseignement et de la recherche en Russie qui redonne espoir

Alors que #Hollande annonce la prochaine mise à mort du Lycée, que l'enseignement en #France ressemble de plus en plus à une farce de mauvais goût ou à une usine à #propagande, la #Russie met un terme aux expérimentations #néolibérales qui destructurent sa politique d'enseignement et de #recherche depuis 20 ans. La nomination d'Olga #Vassilieva au ministère de l'éducation et de la recherche redonne en fin espoir. Qu'il est agréable de pouvoir annoncer une bonne nouvelle de cette ampleur!

 

Картинки по запросу ольга васильева финансирование науки
 
Olga Vassilieva, nouvelle ministre de l'enseignement et de la recherche fait partie de ces rares personnalités que l'on sent capable de rester droite au milieu d'une tempête et d'en ressortir sans avoir été décoiffée. Et elle aura besion de toute cette force de caractère et de conviction pour remettre en place un ministère crucial, malmené par ses prédécesseurs séduits par les charmes des réformes expérimentales. Un virage politique est pris, l'éducation et la recherche sortent de la sphère d'influence des néolibéraux. Ce qui ne va pas se passer simplement.
 

 
La presse dite "libérale" crtique, sans toujours se cacher derrière des formules de politesse, cette nouvelle ministre qui ose ne pas rejeter en bloc l'enseignement soviétique et soumettre à un esprit critique les expérimentations récentes. Il faut dire que d'un pays, l'Union soviétique, qui garantissait un niveau de formation général non égalé, la Russie est tombée, de réforme post-moderne en réforme néo-libérale à un système destructuré ne permettant ni l'apprentissage, ni la réflexion et difficilement la recherche.
 
Exemples pour illustrer l'étendue des dégâts:
 
  • Fin des compositions écrites et des examens oraux, le tout remplacé par des tests à choix multiples, auxquels les élèves sont préparés dès le primaire; 
  • introduction de matière inconsistante comme "le monde qui nous entoure" où l'on peut trouver comme question au test de fin d'année pour l'équivalent du CM1 "quel shampoing est meilleur pour les enfants?" et dont le programme passe du Bénélux (sans avoir appris la géographie de l'Europe) aux règles de circulation automobile; 
  • la mise sous tutelle des instituts de recherche de l'Académie des sciences qui doivent justifier l'intérêt scientifique de  programmes de recherche devant des fonctionnaires qui "gère le patrimoine" de l'Académie, puiqu'ils n'ont plus de budget;
  • la composition du salaire des enseignants fortement dépendant de facteurs extérieurs: primes, fonds etc Ce qui les pousse à inscrire les enfants à toute une série de concours inutiles organisés on ne sait par qui, par exemple.
  • Désengagement de l'Etat dans le financement de la recherche, laissé aux entreprises et diverses fondations;
  • Destructuration de l'enseignement professionnel et technique.
La liste peut être longue, c'est pourquoi l'ancien ministre Livanov, qui a réussi à mettre à genoux l'Académie des sciences, fondée sous l'Ancien régime, qui a introduit ce fameux test de fin d'études constituant en une suite de croix à mettre dans des cases, qui a destructuré les programmes scolaires, notamment en histoire, en favorisant la démultiplications des manuels et cahiers, cet individu  a réussi a faire l'unanimité - des parents et des chercheurs - contre lui. Il était en revanche plutôt bien vu dans les milieux dits "progressistes".
 
Ces mêmes milieux qui ont immédiatement voué une haine à la nouvelle ministre de l'éducation et de la recherche. Et son parcours et ses positions dérangent.
 
Olga Vassilieva a une formation en culturologie, en histoire et en relations internationales. Sa thèse avait porté sur la question des relations entre l'Eglise orthodoxe et le pouvoir soviétique dans les années 43-48. La question religieuse a toujours occupé son esprit et explique aussi son parcours d'enseignant-chercheur, thème récurrent dans ses publications scientifiques. Elle entre ensuite à l'Administration présidentielle en 2012 et va s'occuper de la mise en place d'un nouveau manuel d'histoire et de la restructuration du programme. Elle fait également partie de l'association internationale de l'histoire des religions et du comité scientifique de plusieurs revues comme Religion et sciences.
 
Cet intérêt non caché qu'elle porte à la religion orthodoxe, au fondement de la culture russe et de la construction de l'Etat en Russie, dérange ces nouveaux "progressistes", dont l'attitude est plus empreinte de bolchévisme à l'égard du religieux que de tolérance. Elle reçoit alors l'estampillage "conservateur", ce qui vaut bannissement pour ces milieux.
 
Et son discours confirme en effet leurs pires craintes, nous redonnant par la même espoir. En ce qui concerne l'enseignement, le ton change. Le système de test automatique auquel les élèves sont formés au long des années pour arriver, comme elle le souligne, dans un état qui ne leur permet pas d'écrire, d'argumenter et de réfléchir à l'Université doit être remis en cause. Si les tests peuvent, dans une certaine mesure être gardés, des compositions et des oraux doivent être réintégrés, ainsi que des exercices dans les sciences dures. D'une manière plus générale, l'idée de développer l'enseignement on-line est abandonnée, les salaires des enseignants et des chercheurs vont être revalorisés et les problèmes budgétaires ne peuvent être invoqués, l'Etat a la charge de l'enseignement et de la recherche, il faut relancer l'enseignement professionnel en étroite colaboration avec les entreprises, etc. Le temps est arrivé où l'on affirme enfin que le succès de ce domaine dépend surtout de la qualité des hommes et pas uniquement de la quantité d'ordinateurs dans la salle de classe, du tableau électronnique ou de la construction d'une piscine dans l'école.
 
Il s'agit bien d'un tounant profond dans la politique intérieure russe et dans le discours du Gouvernement. Un tournant qui était grandement attendu et redonne espoir. Comme O. Vassilieva l'affirme, il ne s'agit pas de tout rejeter, il faut bien analyser ce qui a été fait et prendre de chaque système, du système soviétique et des inovations récentes, ce qu'il y a de meilleur pour former cette nouvelle génération, qui est l'avenir du pays.
 
Enfin un discours constructif et sain. Espèrons qu'il fera tâche d'huile au sein d'un Gouvernement qui en a bien besoin.
 
 
 
 

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article