Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog de Lucien PONS

Articles avec #l'allemagne tag

Le Vel d’Hiv et la faute d’Emmanuel Macron, par Jacques Sapir

23 Juillet 2017 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #Comité pour une Nouvelle résistance, #Histoire, #La nation ., #Europe supranationale, #La France, #La République, #L'Allemagne

La déclaration d’Emmanuel Macron du dimanche 15 juillet, lors de la commémoration de la rafle du Vel d’Hiv, attribuant à la France la responsabilité de cet acte atroce choque et scandalise. Elle va à l’encontre de ce que dit le droit constitutionnel sur ce sujet. Or, le Président de la République est l’un des garants de ce droit. Elle constitue une faute politique grave et jette au-dessus des moulins une grande partie des principes de notre droit constitutionnel.

Il convient de savoir que le point de la soi-disant « responsabilité » de la France ou de la République dans les actes commis par le régime de Vichy a été souvent abordé. Les ouvrages d’historiographie abondent[1], tout comme les textes envisageant cette question sous l’angle du droit constitutionnel et du droit public. Bertrand Renouvin a écrit sur son blog un texte très clair sur ce sujet[2]. Mais, on ne peut se contenter d’une lecture purement juridique de cette question, même si une telle lecture est, bien sur, importante. Il y a aussi naturellement la dimension politique et émotionnelle d’un tel sujet, qu’avait illustré le magnifique film « Les guichets du Louvre » en 1974[3].

Une faute politique

Il est clair qu’il n’y a nulle continuité entre la République et le régime de fait qui se nommait « Etat Français » et était situé à Vichy. Les textes ici abondent. Il y a bien entendu l’ordonnance du 9 août 1944 qui constate, dans son article 2 que sont « nuls et de nul effet tous les actes constitutionnels législatifs ou réglementaires, ainsi que les arrêtés pris pour leur exécution, sous quelque dénomination que ce soit, promulgués sur le territoire continental postérieurement au 16 juin 1940 et jusqu’au rétablissement du Gouvernement provisoire de la république française »[4]. En fait, le débat en droit constitutionnel porte sur trois choses.

  • L’acte « unique » votant à Pétain les pleins pouvoirs est anticonstitutionnel car le droit public français interdit la délégation d’une compétence sans disposition expresse. En effet, si la loi constitutionnelle du 25 février 1875, qui sert de base au jugement sur la délégation des pouvoirs, accorde au Parlement réuni en Assemblée nationale l’exercice du pouvoir constituant dérivé (et l’autorise donc à réviser la Constitution), elle ne l’autorise nullement à déléguer un tel pouvoir[5]. Cet acte l’a transformé en Tyrannus ab Exercitio tandis que Pétain, en conséquence, était un Tyrannus absque Titulo.
  • Plus généralement, les responsables de la France Libre, et le Général de Gaulle à leur tête, on dès l’été 1940 contesté la légalité du régime de Vichy. Ainsi, dans son manifeste de Brazzaville, le 27 octobre 1940, le général de Gaulle avait proclamé : « […] il n’existe plus de gouvernement proprement français» et « L’organisme sis à Vichy et qui prétend porter ce nom est inconstitutionnel et soumis à l’envahisseur [6]», tout en éditant, le même jour, la première Ordonnance de la France libre établissant le Conseil de défense de l’Empire qui organisait « les pouvoirs publics dans toutes les parties de l’Empire libérées du contrôle de l’ennemi […] sur la base de la législation française antérieure au 23 juin 1940 »[7]. Puis, l’ordonnance n°16 du 24 septembre 1941 créant le Comité national français confirme cela.
  • Un grand juriste, René Cassin, qui avait rejoint le général de Gaulle à Londres et qui après la guerre oeuvra pour la naissance des Nations Unies, a montré dans divers textes la non-constitutionnalité du régime de Vichy[8].

La question est donc juridiquement tranchée. Selon Éric Conan et Henri Rousso, qui sont les auteurs d’un gros ouvrage consacré à la postérité du régime de Vichy dans la mémoire française et dont une nouvelle édition de 1996 traite spécifiquement de cette question[9], le Président Jacques Chirac, lors de son discours du 16 juillet 1995, prononcé pour la commémoration de la rafle du Vel’ d’Hiv’, s’est contenté de reconnaître la « responsabilité de l’État français » concernant les persécutions racistes et antisémites de Vichy, parlant de « faute collective » mais aussi disant : « Cette France n’a jamais été à Vichy ». L’ambiguïté est née de ces formules.

Responsabilité légale, responsabilité morale

Mais, dire que la responsabilité de la République n’était pas engagée, que la République était à Londres puis à Alger et non pas à Vichy, ne règle pas le problème moral même s’il règle la question de droit. Si le régime de Vichy a pu se targuer d’une apparence de légalité, c’est bien en raison de la démission et de la trahison d’une partie de l’élite politique française, qui vota les « pleins pouvoirs » à Pétain[10]. Ce point est connu et, des partis alors représentés à l’Assemblée Nationale, aucun n’est sorti indemne. Ce sont des individus qui ont refusé de voter, les fameux « 80 »[11], mais non des partis[12]. La faillite de cette élite politique pose le problème de sa responsabilité et, au-delà, de comment nous, Français, nous affrontons ce problème.

La démission d’une partie des élites politiques, de ceux qui prétendaient représenter le peuple, en juin 1940 est un problème que l’on doit donc affronter. Car, continuer le combat était possible. Nous pensons, avec les collègues du « projet FTL » et à travers les deux livres pour l’instant publiés[13], avoir montré qu’une poursuite de la guerre eut alors était possible, avec un transfert des forces militaires en Afrique du Nord. Le coût moral de la démission et du processus qui conduisit au régime de Vichy est immense et se fait encore sentir de nos jours. Il explique pourquoi une partie de l’élite française n’a plus confiance en la France.

Cette démission pose aussi, au-delà de la responsabilité d’hommes et de femmes, et l’on pense à Maurice Papon, à René Bousquet, celle d’une partie de la population française qui n’a pu ou n’a su protéger une autre partie, mais aussi ceux qu’elle avait accueillis. Car, l’un des principes de la civilisation est bien le respect des lois de l’hospitalité. Bien entendu, cette responsabilité doit aussi se mesurer à l’aune des réalités historiques, et cela sans anachronismes.

La responsabilité des alliés, de la Grande-Bretagne et des Etats-Unis, qui ont concentré les bombardements stratégiques sur les villes allemandes et les industries, sans beaucoup de résultats, alors que des attaques systématiques sur les voies ferrés et sur les sources d’énergie auraient été bien plus efficaces et auraient empêché, ou à tous le moins considérablement diminué, les déportations, est largement plus importante[14]. Et ce d’autant plus que la réalité et l’ampleur du projet exterminateur des nazis est connu dès l’été 1943, voire avant.

C’est pour cela que l’on peut admettre sans difficultés qu’il y ait une responsabilité morale, non de la République mais des citoyens et de l’élite politique dans les crimes du régime de Vichy. Cette responsabilité, elle est diffuse, elle est imprécise, elle ne se mesure pas et ne se compare pas, mais elle existe néanmoins. C’était en partie ce que Jacques Chirac voulait dire lors de son fameux discours de 1995 et même si certaines des formulations sont fausses[15], l’idée générale était juste. La rafle du Vel’ d’Hiv fut un crime commis en France, par des français qu’ils aient agi sur ordre de l’occupant ou de leur propre initiative, et non par la France. Mais, parce que nous sommes français, nous ne pouvons détourner les yeux.

Légalité et Légitimité

Dans sa déclaration, Emmanuel Macron nous donne une nouvelle preuve que lui, le Président de la République, ne maîtrise pas la distinction entre Légalité et Légitimité, une distinction qui est pourtant au cœur même des principes du droit constitutionnel. Il nous donne aussi une nouvelle preuve qu’il est prêt à sacrifier sur l’autel de la communication et de l’émotion ces dits principes. Ce faisant, Emmanuel Macron a commis une faute grave. Quand on ne sait pas distinguer le Tyrannus absque titulo du Tyrannus ab Exercitio on court le risque, même si on est arrivé au pouvoir de manière légale et légitime, de se transformer en tyran.

 

Notes

[1] Éric Conan, Henry Rousso, Vichy, un passé qui ne passe pas, éd. Fayard, Paris, 1994 ; nouvelle édition Gallimard, coll. « Folio histoire », Paris, 1996, 513 p. Ferro Marc, Pétain, Paris, Fayard, 1987 (réimpr. 2008), 789 p..

[2] www.bertrand-renouvin.fr/marine-le-pen-vichy-et-le-veldhiv-chronique-136/

[3] https://www.senscritique.com/film/Les_guichets_du_louvre/473330

[4]https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=LEGITEXT000006071212&dateTexte=20090620

[5] Berlia G, « La loi constitutionnelle du 10 juillet 1940 », Revue de Droit Public, 1944 ; G. Liet-Veaux, « La fraude à la Constitution », RDP, 1943 ; Nguyen Quoc Dinh, « La loi constitutionnelle du 2 novembre 1945 portant organisation provisoire des pouvoirs publics », RDP, 1946

[6] Cité dans : Éric Conan, Henry Rousso, Vichy, un passé qui ne passe pas, op. cit., p. 71.

[7] Journal officiel de la France libre (Brazzaville), n 1, 20 janvier 1941, p. 3.

[8] Cassin René, « Un coup d’État, la soi-disant Constitution de Vichy », La France Libre, Londres, vol. 1, n° 2, 16 décembre 1940 et n 3, janvier 1941

[9] Éric Conan, Henry Rousso, Vichy, un passé qui ne passe pas, éd. Fayard, Paris, 1994 ; nouvelle édition Gallimard, coll. « Folio histoire », Paris, 1996, 513 p.

[10] Voir, Journal Officiel des débats parlementaires, n 43, du 11 juillet 1940.

[11] Malroux Annie, Ceux du 10 juillet 1940, le vote des quatre-vingts, L’Harmattan, Paris, 2006

[12] Epstein Simon, Un paradoxe français – Antiracistes dans la collaboration, antisémites dans la Résistance., éd. Albin Michel, Paris, 2008, coll. « Bibliothèque Histoire », 621 p.

[13] Sapir Jacques (avec F. Stora et L. Mahé) Et si la France avait continué la guerre…T1 et T2, Tallandier, Paris, 2010, 2012.

[14] http://www.anesi.com/ussbs02.htm

[15] « Allocution de M. Jacques Chirac Président de la République prononcée lors des cérémonies commémorant la grande rafle des 16 et 17 juillet 1942 (Paris) » (http://www.elysee.fr/elysee/francais/interventions/discours_et_declarations/1995/juillet/allocution_de_m_jacques_chirac_president_de_la_republique_prononcee_lors_des_ceremonies_commemorant_la_grande_rafle_des_16_et_17_juillet_1942-paris.2503.html )

Source : Russeurope, Jacques Sapir, 16-07-2017

Lire la suite

Avec la crise grecque, l'Allemagne a gagné plus d'1,3 milliard d'euros grâce à ses prêts à Athènes

20 Juillet 2017 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #Comité pour une Nouvelle résistance, #Europe supranationale, #La dette, #Grèce, #Le grand banditisme, #L'Allemagne

Avec la crise grecque, l'Allemagne a gagné plus d'1,3 milliard d'euros grâce à ses prêts à Athènes

Avec la crise grecque, l'Allemagne a gagné plus d'1,3 milliard d'euros grâce à ses prêts à Athènes
Illustration ©Marko Djurica/Reuters
 

A la suite d'une demande des Verts allemands, opposés à la politique intransigeante d'Angela Merkel à l'égard de la Grèce, le ministère des Finances allemand a dû rendre public les gains effectués en prêtant de l'argent à Athènes.

Les Grecs n'ont pas fini de se mordre les doigts d'être entrés dans la zone euro et de payer le maquillage de leurs comptes public que leurs dirigeants ont confié à la banque Goldman Sachs au début des années 2000. Grâce à une demande expresse des Verts allemands, très critiques quant à l'intransigeance de la chancelière allemande Angela Merkel à l'égard de la Grèce, le ministère des Finances allemand a été contraint de livrer les chiffres des intérêts perçus sur les prêts accordés à Athènes. Selon le quotidien Süddeutsche Zeitung, les gains s'élèvent à 1,34 milliard d'euros depuis 2009, année où la Grèce, frappée de plein fouet par la crise financière de 2007, demandait l'aide de l'Union européenne, invoquant la «solidarité» entre les Etats membres.

Aide conditionnée à l'obéissance

Une solidarité sur la base de laquelle, les Européens s'étaient engagés à reverser les intérêts des prêts accordés à la Grèce afin de tenir le pays la tête hors de l'eau. Mais, depuis le bras de fer entre la Troïka européenne et le Premier ministre grec Yanis Varoufakis, et le référendum de 2015, l'Allemagne refuse de les payer. La Kreditanstalt für Wiederbau (KfW), une institution financière publique, a ainsi touché depuis 2009 quelque 393 millions d'euros d'intérêts sur un prêt consenti à Athènes de 15,2 milliards d'euros.La Bundesbank – la Banque centrale allemande – a pour sa part a touché 952 millions d'euros dans le cadre du programme de rachat européen de titres de dette souveraine de pays dont les finances étaient exsangues après le renflouement public de banques privées.

Moyen de pression contre les Grecs

Dans ce qui ressemble fort à un chantage, Berlin conditionne la rétrocession des intérêts à l'assiduité avec laquelle la Grèce se conforme aux recommandations des ministres des Finances européens de l'Eurogroupe, et du Fonds monétaire international (FMI), un autre de ses créanciers dur en affaires. Et pourtant, après le baroud d'honneur de Syriza en 2015, la Grèce se montre bonne élève. En mai 2017, le Parlement grec adopte de nouvelles mesures de rigueur, afin de satisfaire ses créanciers, l'Union européenne et le Fonds monétaire international (FMI). Et aussi dans l'espoir d'attendrir Angela Merkel et d'obtenir un allègement de sa dette, plus de 320 milliards d’euros, soit près de 180 % de son produit intérieur brut en 2017.

Sven Christian Kindler, représentant les Verts à la commission budgétaire du Parlement allemand résume ainsi la situation : «L'approche allemande de la crise grecque peut certes sembler légale. [Mais] elle est illégitime d'un point de vue moral et en terme de solidarité.»

Lire aussi : Grèce : accord de la zone euro pour débloquer 8,5 milliards d'euros

 

https://francais.rt.com/economie/41138-crise-grecque-allemagne-interets-dette-gain

Lire la suite

Macron : “C'est bien la France qui organisa" la rafle du Vél' d'Hiv'...Alors, précisons ce qu'était "la France" de 1940 à 1944 ( par Jean Lévy )

17 Juillet 2017 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #Comité pour une Nouvelle résistance, #Europe supranationale, #La France, #La République, #La nation ., #le nazisme, #l'Allemagne

Macron : “C'est bien la France qui organisa" la rafle du Vél' d'Hiv'...Alors, précisons ce qu'était "la France" de 1940 à 1944 ( par Jean Lévy )

 

Bousquet, le chef de la police de Vichy et les dignitaires SS préparant la rafle du Vel d'Hiv du 16 juillet 1942

Ce qu’était « la France » de 1940 à 1944

par Jean Lévy

Ainsi, le président de la République confirme les propos tenus avant lui par Jacques Chirac (et François Hollande) :

« Alors oui, je le redis ici, c'est bien la France qui organisa la rafle puis la déportation et donc, pour presque tous, la mort des 13.152 personnes de confession juive arrachées les 16 et 17 juillet à leur domicile. »

Emmanuel Macron est catégorique et fustige toute autre interprétation historique, celle du général de Gaulle, en particulier. Le chef de la France Libre estimait que c'était lui « la France » à cette époque, et que, de ce fait, le gouvernement de Vichy n'était que l'administration en langue française des autorités d'occupation. Ce qui n'était pas faux durant ces années noires.

Aussi, affirmer comme l'a fait aujourd'hui l'actuel chef de l'Etat : « C'est bien la France qui organisa la rafle puis la déportation » de la population juive , pose à la fois, la responsabilité des Français qui ont géré l'intendance de la mort de ceux qui allait être l'objet d'un massacre systématique dans les camps d'extermination, mais aussi celle des donneurs d'ordre, les Allemands.

Il ne faudrait pas oublier ceux-ci, par souci de ne pas gêner madame Merkel. Car, il est bon de s'en souvenir, les grands industriels allemands - qui ont porté Hitler au pouvoir -  ont sucé le sang des déportés, car cette main-d'oeuvre gratuite servait à multiplier leurs dividendes. Et ces konzerns n'ont guère été inquiétés après guerre : Ils sont restés à la tête de l'économie allemande, toujours assoiffés d'Europe comme du temps du Führer.

Le dire ferait-il tache aujourd'hui ?

Ce rappel ne doit pas exonérer la responsabilité de ceux qui, en France,  ont préparé la défaite  et commis le coup d'Etat du 10 juillet 40 en installant la dictature - l'Etat français - , Pétain a sa  tête. Mais, rappelons-nous : le maréchal, comme nombre de ses ministres, faisait partie du dernier gouvernement de la Troisième République aux côtés de banquiers et de politiciens véreux et d'extrême-droite.  Ce coup de force a été validé par 569 députés et sénateurs, alors que seuls 80 parlementaires osèrent braver la consigne, les élus communistes étant déjà en prison ou en clandestinité.

Il s'agit donc d'un choix de classe  - plutôt Hitler que le Front populaire - qui a présidé à l'installation du gouvernement de Vichy, portant au pouvoir les hommes qui allaient servir l'Occupant, offrant à celui-ci police et justice pour commettre  les crimes dont on honore les victimes aujourd'hui..

De cela, le président de la République n'en a soufflé mot.

 

J.L.

sur son blog:

Macron : "C'est bien la France qui organisa" la rafle du Vél' d'Hiv'...Alors, précisons ce qu'était "la France" de 1940 à 1944, par Jean LEVY - Ça n'empêche pas Nicolas

http://canempechepasnicolas.over-blog.com/2017/07/macron-c-est-bien-la-france

 

http://www.communcommune.com/2017/07/macron-c-est-bien-la-france-qui-organisa-la-rafle-du-vel-d-hiv.alors-precisons-ce-qu-etait-la-france-de-1940-a-1944-par-jean-levy.ht?utm_source=_ob_email&utm_medium=_ob_notification&utm_campaign=_ob_pushmail

Lire la suite

APPEL du 18 juin 1940 : le général de Gaulle entre en RÉSISTANCE

18 Juin 2017 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #Comité pour une Nouvelle résistance, #Histoire, #La nation ., #Europe supranationale, #La France, #AMERIQUE, #L'OTAN., #La République, #La guerre, #l'horreur économique, #L'armée française, #l'Allemagne, #le nazisme, #Le fascisme

Appel du 18 juin 1940 - DIscours enregistrée le 22 juin 1940 par le Général de Gaulle

« Canempechepasnicolas » se souvient :

Dès le 17 juin 1940, le jour où Pétain demande l’armistice - celui-ci acceptera les conditions humiliantes de l'Allemagne - Charles de Gaulle refuse la capitulation et entre en résistance. Il est bien seul parmi les représentants de sa classe à prendre le chemin de la dissidence. Il sera quelques semaines plus tard condamné à mort par les tribunaux de Vichy...pour trahison !

Et à Montoire, en octobre 40, Pétain rencontre Hitler et « entre dans la collaboration », appuyé par les industriels et financiers qui, pour maintenir leurs profits, acceptent de travailler pour l'Allemagne.

A l'opposé, les premières manifestations populaires hostiles à la Collaboration se développent à l'appel de syndicalistes et de communistes entrés en clandestinité. La répression commence dès cet été 40 à l'encontre des « saboteurs » d'installations allemandes et nombre de militants PCF, dont 27 seront fusillés un an plus tard à Chateaubriand...

Depuis Londres, le général de Gaulle prononce, le 18 juin 1940 sur les ondes de la BBC, un appel à la résistance invitant les Français à refuser la défaite et à combattre. Celui-ci n'a pas été enregistré, les techniciens de la BBC étant alors trop occupés à préparer l'enregistrement du discours de Winston Churchill, Premier ministre britannique. Retrouvez ci-dessous les circonstances et le texte exact du discours du 18 juin 1940 du général de Gaulle.

 

APPEL du 18 juin 1940 : le général de Gaulle entre en RÉSISTANCE

Le contexte

Le 16 juin 1940 suite à la démission du Président du Conseil, Paul Reynaud, le général de Gaulle décide de partir le lendemain pour l'Angleterre afin de poursuivre le combat.
Accompagné de son aide de camp, le lieutenant Geoffroy de Courcel, il s'installe provisoirement dans un appartement prêté par un Français, près de Hyde Park, au centre de Londres, au numéro 6 de Seymour Place.

Il y rédige le texte de l'Appel qu'il prononce le 18 juin 1940, vers 20 heures, sur les ondes de la B.B.C. Dans ses Mémoires de Guerre le Général décrit les circonstances qui ont entouré l'Appel.
« La première chose à faire était de hisser les couleurs. La radio s'offrait pour cela. Dès l'après-midi du 17 juin, j'exposai mes intentions à M. Winston Churchill.

Naufragé de la désolation sur les rivages de l'Angleterre qu'aurais-je pu faire sans son concours ?

Il me le donna tout de suite et mit, pour commencer, la B.B.C. à ma disposition. Nous convînmes que je l'utiliserais lorsque le gouvernement Pétain aurait demandé l'armistice. Or, dans la soirée même, on apprit qu'il l'avait fait. Le lendemain, à 18 heures, je lus au micro le texte que l'on connaît. »

SOURCE :

Lire la suite

L’Allemagne retire les enfants aux parents pour des publications considérées comme racistes. Par Olivier Renault

22 Janvier 2017 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #Europe supranationale, #La France, #L'OTAN., #l'Allemagne

Lire la suite

L’Allemagne, prête à flirter avec la bombe française, par Ben Cramer

5 Janvier 2017 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #Comité pour une Nouvelle résistance, #Europe supranationale, #La France, #AMERIQUE, #L'OTAN., #La Russie, #l'Allemagne

L’Allemagne, prête à flirter avec la bombe française

05 janvier 2017

 

 

L’Allemagne, prête à flirter avec la bombe française, par Ben Cramer

Avec Don­ald Trump, le réveil des chers ‘alliés’ de l’Amérique est bru­tal. En Alle­magne aussi, on s’interroge sur la valid­ité d’un para­pluie OTAN qui n’est plus une assurance-​vie, d’autant plus que Trump con­sid­ère que l’institution OTAN est ‘obsolète’. De quoi brouiller les cartes géopoli­tiques.

Selon les proches de Merkel, dont les pro­pos sont relayés par ‘Der Spiegel’ ce mois-​ci, le moment est venu de revis­iter l’Europe. Pre­mière étape ? Con­va­in­cre les voisins et parte­naires de l’Allemagne que le sauve­tage de l’UE ne passe plus par l’union moné­taire. Arrê­tons de faire marcher les essuie-​glaces à la même vitesse, selon les direc­tives de la Com­mis­sion de Brux­elles, arrê­tons de faire marcher la planche à bil­lets selon les direc­tives de la Banque Cen­trale européenne et essayons plutôt de propulser des mis­siles à la même cadence. Voici la recette pré­con­isée pour remet­tre l’UE sur les rails : en emprun­tant le filon mil­i­taire, on reprend le flam­beau d’une Com­mu­nauté Européenne de Défense (CED).

Séduisant, non ? L’Allemagne est de retour et le tim­ing est par­fait car le pays n’est plus un nain mil­i­taire et les clichés sur un peu­ple de paci­fistes bêlants qui rêvent de fin­lan­di­s­a­tion est dépassé. N’en déplaisent à Chevène­ment ou Mélen­chon, Berlin sait con­cur­rencer Paris pour fig­urer au hit-​parade des marchands de canons et sous-​marins. Merkel va relancer son bud­get de la défense et réin­tro­duire le ser­vice mil­i­taire oblig­a­toire. Reste une étape à franchir : négocier l’européanisation de la dis­sua­sion française.

Com­bien de doigts sur la gâchette nucléaire ?

Comme l’écrit le rédac­teur en chef de la FAZ, il va fal­loir penser à ce qui relève de l’impensable : un flirt alle­mand avec la bombe. Est-​ce pos­si­ble ? L’histoire nous donne des pistes : dans les années 50, l’un des gourous de la dis­sua­sion française, le Général Pierre-​Marie Gal­lois, ren­con­tre le min­istre de la défense Franz Jozef Strauss, pour ten­ter de ‘dealer’ avec ce Bavarois nos­tal­gique d’Adolf…les con­di­tions d’une con­cer­ta­tion nucléaire en échange de pré­cieux marks pour l’usine d’enrichissement de l’uranium de Tri­c­as­tin. En 1975, l’Allemagne rat­i­fie à contre-​coeur le Traité de non pro­liféra­tion, (TNP), l’équivalent à ses yeux du Traité de Ver­sailles.

Pour retomber sur ses pieds, elle négo­cie avec Ure­nco qui est le con­cur­rent d’Eurodif, signe des con­trats avec les Brésiliens et les Sud-​Africains et rajoute au bas de sa sig­na­ture (du TNP) que l’existence d’un pro­gramme nucléaire n’est pas con­traire à ses engage­ments s’il s’inscrit dans le cadre d’une entité européenne plus ou moins fédérale. Bref, les élites à l’est du Rhin jalousent l’aventure nucléaire française. On l’avait oublié. En juin 1984, lorsque les mis­siles Plu­ton et Hadès ciblent l’Allemagne de l’Est (RDA), Hel­mut Schmidt pro­pose une forme de co-​gestion pour le recours à la bombi­nette. Mais Mit­ter­rand, coincé par son aligne­ment sur l’OTAN, fait la sourde oreille en esti­mant que les fameux ‘intérêts vitaux’ de la France ne se parta­gent pas. A par­tir de 1990, les mil­i­taires de la US Air Force expliquent aux Russes qu’une Alle­magne unifiée non bridée par l’OTAN et sans la base de Büchel où sont entre­posés les bombes B-​61, serait un feu vert pour l’avènement d’un nou­vel acteur nucléaire sur le théâtre européen.

L’Allemagne, prête à flirter avec la bombe française, par Ben Cramer

La base de Büchel, où seraient entreposées une vingtaine de bombes B-61

Vers un nucléaire décomplexé

Le passé nous rat­trape. Le ‘poids lourd’ du con­ti­nent est prêt à jouer une nou­velle par­ti­tion européenne en mari­ant sa puis­sance économique avec la bombe ‘made in France’.

L’Allemagne, prête à flirter avec la bombe française, par Ben Cramer

Impens­able mais plau­si­ble : Grâce à Trump, une dis­sua­sion ‘éten­due’, évo­quée jadis par Juppé, pour­rait devenir une bouée de sauve­tage pour notre arse­nal de 300 ogives nucléaires. Une occa­sion inespérée de sat­is­faire les ambi­tions de moins en moins cachées de l’Allemagne et, du même coup, redonner à la ‘force de frappe’ une légitim­ité qui lui fait défaut depuis l’effondrement du Mur de Berlin. On com­prend mieux pourquoi le 6 sep­tem­bre, à l’université d’été de la défense, Le Drian et ses com­parses ont décidé de dou­bler les crédits pour l’armement nucléaire, sans con­sul­ter le moin­dre des députés, au risque de faire hurler des per­son­nal­ités comme Paul Quilès, l’ancien min­istre de la défense.

Et pen­dant ce temps-​là, Japon­ais et Sud-​Coréens, bien con­scients que leur para­pluie nucléaire améri­cain est un peu troué envis­agent de plus en plus de boucher les trous par leurs pro­pres moyens, quitte à élargir le club des adeptes de la bombe. Quant au com­mun des mor­tels, rien ne dit qu’il sera motivé, mobil­isé et sac­ri­fié pour une Europe-​puissance-​nucléaire-​décomplexée.

Ben Cramer

Merci à Charlie Hebdo
Source: http://athena21.org/polemologie-irenologie/proliferations-nucleaires/164-l-allemagne-prete-a-flirter-avec-la-bombe-francaise

via: http://www.tlaxcala-int.org/article.asp?reference=19596

 

Ben Cramer

Ben Cramer

Ben Cramer

Journaliste indépendant français spécialisé dans les questions nucléaires civiles et militaires, Ben Cramer est chroniqueur depuis 2010 à Charlie Hebdo.

Détenteur d'un diplôme de la Paix, Ben s’initie à la polémologie avant d’étudier la sociologie de la Défense à l'Ecole des Hautes Études en Sciences Sociales, puis à Bradford, au Department of Peace Studies. On lui doit alors (1985) un rapport sur l'armée de milice suisse – réalisé pour le compte de la Fondation pour les Études de Défense Nationale. Tout en publiant dans 'The Ecologist' en passant par ‘Science & Vie’, il contribue à un ouvrage sur les bases américaines en Europe (‘The Sun Never Sets’). Il écrit sur l'esprit de défense avec l'ancien rédacteur en chef de la revue "Projet", couvre (à l'époque) la conférence sur le désarmement chimique pour l'hebdo 'Témoignage Chrétien' avec feu Paul-Marie de la Gorce, et publie aussi dans 'Médecine & Guerre Nucléaire', ou encore des belles feuilles dans 'Utopie Critique'.

Après avoir animé la rubrique ´"Veille Diplomatique" de 'Courrier International', il est nommé en 1992 responsable des questions de désarmement au sein de Greenpeace International, une ONG qu’il quitte en participant à la réalisation de ‘La face cachée de la Bretagne ‘, documentaire de 13' sur la base d’Ile Longue, commercialisé par la société Impossible Production, présenté au Festival International des Films sur l'Environnement, Lille. Puis, il devient producteur de l'émission 'Fréquence Terre ' entre 1996 et 2002, sur les ondes de Radio France International (RFI). C’est alors l’occasion de préparer des émissions (Paroles d’Acteurs) pour l’AFD, d’être sélectionné par le Peace and Human Security Media Festival, New York, en Septembre 2002 pour son entretien avec Ted Taylor dans l’émission “Voices » ; de contribuer à l'Atlas Mondial du développement Durable, d’A.M. Sacquet, édité par Autrement, ; avant d’être animateur pour SBS – Special Broadcasting Service, à Sydney.

Après avoir écrit le pamphlet "Le nucléaire dans tous ses États", – Les enjeux nucléaires de la mondialisation', aux éditions Alias (2002), il cherche à populariser le concept de « sécurité écologique » - comme conférencier, comme consultant auprès de Green Cross International sur la sécurisation des désarmements nucléaire et chimique, et comme reporter avec l’ouvrage sur le projet d’enfouissement des déchets de Bure ‘(La Descente aux enfers, co-auteur C. Saïsset, Esprit Frappeur, 2004). Il co-anime dès 2008 le premier débat au Parlement Européen sur le thème de ‘Sécurité Collective et Environnement’. Chargé de recherches au CIRPES, chercheur associé au GRIP (Bruxelles), il participe en 2008 à un groupe de réflexion sur la lutte contre la prolifération nucléaire, dans le cadre du Centre d’Etude et de Recherche de l’Enseignement Militaire, le CEREM. Sous l’égide du Bureau International de la Paix, à Genève, il publie en 2009 l’ouvrage Nuclear Weapons: at what cost ?, traduit (depuis) en finlandais, dans le cadre d’une campagne avec l’ONG ‘Frères des Hommes’ qui milite sur le front ‘Désarmer pour combattre la pauvreté’ avec Ekta Parishad en Inde. Il contribue à deux ouvrages du GIPRI, le dernier paraissant en été 2013. Depuis 2011, il enseigne la géopolitique du développement durable dans le cadre d’un master à la Faculté de Sciences Sociales et Economiques de l’ICP à Paris.

Principales publications

 

Lire la suite

Deutsche Bank va payer 95 millions de dollars aux Etats-Unis pour fraude fiscale. Le Monde.fr

5 Janvier 2017 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #Comité pour une Nouvelle résistance, #Europe supranationale, #l'Allemagne, #AMERIQUE, #La mondialisation, #Terrorisme, #Le capitalisme;, #Le grand banditisme, #l'horreur économique

Deutsche Bank va payer 95 millions de dollars aux Etats-Unis pour fraude fiscale

La banque a reconnu avoir mené des actions destinées à éviter des impôts lors de l’acquisition d’une holding états-unienne en 2000.

Le Monde.fr avec AFP |

image: http://s2.lemde.fr/image/2017/01/05/534x0/5057840_6_40cd_2016-01-28-6a43165-5153808-01-06_0cf5b0f5aa9ae1856660f8659d45ac70.jpg

Le siège de la Deutsche Bank à Francfort, en Allemagne, en janvier 2016.

La première banque allemande, Deutsche Bank, a accepté de payer 95 millions de dollars aux autorités américaines pour solder des accusations de fraude fiscale, a annoncé mercredi 4 janvier le procureur chargé de l’affaire. La justice a fait reconnaître à l’établissement financier qu’il « avait mené des actions destinées à éviter des impôts et lui a fait accepter de payer [cette somme] aux Etats-Unis afin de répondre de ces agissements », a détaillé Preet Bharara, l’un des procureurs de l’Etat de New York.

 

Poursuivie depuis 2014

Les faits remontaient à 2000, à la suite de l’acquisition par la banque allemande d’une holding américaine, Charter, qui détenait notamment des actions du laboratoire pharmaceutique Bristol-Myers Squibb. Charter avait réalisé une importante plus-value sur ses titres, mais Deutsche Bank aurait dû payer plusieurs millions de dollars d’impôts si elle les avait revendus.

La banque avait donc créé une société fantôme à qui la firme états-unienne avait été cédée avant d’être liquidée. La société en question avait ensuite revendu les actions Bristol-Myers Squibb à Deutsche Bank, puis avait déclaré au fisc américain ne pas disposer d’assez de fonds pour régler les impôts sur cette transaction.

M. Bharara a précisé que Deutsche Bank avait reconnu avoir planifié ces actions pour ne pas payer d’impôts, la banque étant poursuivie depuis 2014 dans le cadre de cette affaire.

Soulagement des marchés

Cette amende marque une nouvelle étape dans la résolution des litiges de Deutsche Bank aux Etats-Unis, même si, à moins de 100 millions d’euros, le montant est minime par rapport aux 7,2 milliards de dollars qu’elle a accepté début décembre de régler pour son rôle dans la crise des subprimes. Cette somme était tout de même bien moindre que prévu par les marchés, qui ont marqué leur soulagement sur les perspectives du groupe allemand et, au-delà, l’ensemble de la finance mondiale.


 
Lire la suite

Ukraine: "AZOV" - nouvelle force politique est née. Par Yelena Delville

22 Octobre 2016 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #Comité pour une Nouvelle résistance, #Europe supranationale, #Ukraine, #La Russie, #le nazisme, #Le fascisme, #AMERIQUE, #L'OTAN., #l'Allemagne, #La mondialisation

Non, toujours pas de nazis en Ukraine.
Non, l'Europe ne les voit toujours pas.
J'aimerais que le parlement européen VOTE EN FAVEUR de l'ouverture des frontières (c'est bientôt je crois) avec l'Ukraine.
Et on les verra de très près.

 
Ajoutée le 18 oct. 2016

A vous de juger ...
Le 14 octobre 2016, Azov, sous l'égide d'Andriï Biletski, annonce la création d'un nouveau parti appelé Corps National dont l'ambition affichée est de « prendre le pouvoir et reconquérir les territoires "
Mémo: A la base, le bataillon, puis régiment « Azov" est un des bataillons dits volontaires qui avaient participé à l'opération punitive dans le Donbass. Avec les bataillons Aïdar, Donbass, Dnepr-1 et Dnepr-2, il était financé par l'oligarque Igor Kolomoïsky. Après la décision des autorités ukrainiennes de liquider toute formation armée illicite, ces régiments ont été invités à rejoindre les troupes du ministère ukrainien de la Défense
Wiki: Le Régiment Azov (ukrainien : Полк « Азов »), jusqu'à septembre 2014 bataillon Azov (en ukrainien : Батальйон « Азов ») connu aussi sous le nom des « hommes en noir »1 est une unité paramilitaire spéciale formée de volontaires ukrainiens intégrée à la garde nationale ukrainienne. Il est placé sous le commandement du ministère de l'intérieur d'Ukraine, et intégré aux « forces de défense » par l’État-major ukrainien. Ce bataillon chargé de lutter contre l'insurrection armée pro-russe à l'Est, a été formé le 5 mai 2014, d'abord à Marioupol pour garder les bâtiments administratifs2. Ensuite le bataillon a été basé à Berdiansk. Il doit son nom à la mer d'Azov. Il était composé d'environ 800 volontaires fin 2014 mais vit ses effectifs rapidement décuplés en raison de sa popularité croissante durant l'année 2015, portant le nombre de combattants potentiels à plus de 3000 fin 2016. Les combattants, venus surtout de l'Ouest de l'Ukraine proviennent aussi du centre et de l'est de l'Ukraine. Le régiment compte également dans ses rangs de nombreux combattants issus des pays voisins ainsi qu'un contingent d'Europe occidentale jusqu'en 2015 d'apparence plus minoritaire. En 2015, Azov s'est doté d'une branche politique activiste avec la création d'un corps civil divisé en plusieurs branches à travers toute l'Ukraine et qui se charge de coordonner des actions militantes pour le compte du régiment

Lire la suite

Quand la firme Bayer achetait « des lots de femmes » à Auschwitz par Yannis Youlountas ·

13 Octobre 2016 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #l'Allemagne, #le nazisme, #Le fascisme, #Terrorisme, #Histoire, #Comité pour une Nouvelle résistance, #Chroniques du fascisme ordinaire

Quand la firme Bayer achetait « des lots de femmes » à Auschwitz

par Yannis Youlountas · 11/10/2016

Le capitalisme pue la mort et son histoire est une rivière de sang. Voilà, par exemple, le vrai visage de la firme colossale Bayer qui vient de se payer Monsanto pour 59 milliards d’euros :

QUAND LA FIRME BAYER ACHETAIT « DES LOTS DE FEMMES » À AUSCHWITZ

Sous le régime nazi, Bayer, alors filiale du consortium chimique IG Farben, procéda à de nombreuses expériences médicales sur des déportés qu’elle se procurait dans les camps de concentration.

Voici des extraits de cinq lettres adressées par la Maison Bayer au commandant du camp d’Auschwitz, publiées dans le numéro de février 1947 du Patriote Résistant.

Les lettres, trouvées à la libération d’Auschwitz par l’Armée rouge, datent d’avril-mai 1943.

Première lettre :
» En vue d’expérimenter un soporifique, vous serait-il possible de mettre à notre disposition quelques femmes et à quelles conditions, toutes les formalités concernant le transfert de ces femmes seront faites par nous. »

Deuxième lettre :
» Nous accusons réception de votre lettre. Considérant le prix de 200 marks exagérés, nous offrons 170 marks par sujet, nous aurions besoin de 150 femmes. «

Troisième lettre :
» D’accord pour le prix convenu. Veuillez donc faire préparer un lot de 150 femmes saines que nous enverrons chercher très prochainement. «

Quatrième lettre :
» Nous sommes en possession du lot de 150 femmes. Votre choix est satisfaisant quoique les sujets soient très amaigris et affaiblis. Nous vous tiendrons au courant du résultat des expériences. «

Cinquième lettre :
» Les expériences n’ont pas été concluantes. Les sujets sont morts. Nous vous écrirons prochainement pour vous demander de préparer un autre lot. «

IG Farben, le consortium de Bayer, a également fournit aux nazis le Zyklon B utilisé dans les chambres à gaz, et a massivement exploité la main-d’œuvre concentrationnaire dans ses usines.

Condamnée pour crimes contre l’humanité à Nuremberg, puis à la dissolution, IG Farben possède toujours un statut juridique, malgré son démantèlement entre les sociétés Bayer, BASF et Hôchst.

Et maintenant, à quand le Nuremberg du capitalisme ?

Y.Y.

Sources :
http://www.cbgnetwork.org/163.html
et http://bellaciao.org/fr/spip.php?article152015
(merci Annie Chalmeton)

N&B – Paroxysme du pouvoir.

Lire la suite

10 Octobre 2016 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #La France, #l'Allemagne, #La Russie, #AMERIQUE, #Europe supranationale, #L'Italie., #La guerre, #La Syrie - La Libye - l'Iran -, #Ukraine

Publié par El Diablo

<a title="Le général Mark Milley, chef d'État-Major de l'Armée de Terre américaine (source :Fawkes News ) Le Chef d'État-Major de l'armée américaine menace violemment la Russie: " class="permalink" data-cke-saved-href="http://www.communcommune.com/2016/10/danger-de-guerre-le-chef-d-etat-major-de-l-armee-us-menace-la-russie.html" href="http://www.communcommune.com/2016/10/danger-de-guerre-le-chef-d-etat-major-de-l-armee-us-menace-la-russie.html" l'avez..."="" ne="" vous="" que="" durement="" plus="" battre="" allons="" nous="" et="" stopper=""> DANGER DE GUERRE – Le Chef d'État-Major de l'armée US menace la RUSSIE

 

Le général Mark Milley, chef d'État-Major de l'Armée de Terre américaine (source :Fawkes News )

Le général Mark Milley, chef d'État-Major de l'Armée de Terre américaine (source :Fawkes News )

Le Chef d'État-Major de l'armée américaine menace violemment la Russie: "nous allons vous stopper et nous allons vous battre plus durement que vous ne l'avez jamais été auparavant"

https://www.youtube.com/watch?v=-wCwJ8pfXXo&feature=youtu.be

La rhétorique anti-russe est très en vogue ces derniers temps, surtout Outre-Atlantique mais aussi en Europe. Mais celle-ci est sans précédant et dépasse tout entendement. A défaut de sortir de la bouche d'un président sortant, cette déclaration sonne en tout point comme une réelle déclaration de guerre de l'armée américaine à l'attention de la Russie.

Ces mots ont été prononcés dans ce discours prétentieux et va-t-en-guerre du Chef d'État-Major de l'Armée américaine qui voudrait clairement embarquer la Russie dans un conflit ouvert. Il cite également une déclaration qu'aurait fait un ambassadeur russe que je n'ai pourtant trouvé nulle part sur la toile (intox?). Milley ne cite aucune référence précise sur les circonstances de cette déclaration choc. Il s'en sert néanmoins pour justifier sa rhétorique guerrière bien rodée.

Aujourd'hui, « Nous n'avons jamais été aussi proche d'une 3ème guerre mondiale », c'est un fait. Si la tension ne redescend pas rapidement, nous aurons beaucoup de chance si l'année se termine sans encombre. Les mondialistes veulent une guerre mondiale à tout prix et ils semblent très décidés à l'obtenir. Bien évidemment, en cas de guerre avec la Russie et en vertus des traités de l'OTAN, la France devra sans sourciller se ranger du côté des Etats-Unis et ses citoyens devront se résoudre à mourir pour la gloire de l'impérialisme américain et quelques psychopathes mondialistes. Sentez-vous venir l'odeur du souffre?

-------

Mardi (04/10/2016), le Chef d'État-Major de l'armée américaine a émis un avertissement sévère à l'encontre des menaces potentielles comme la Russie et a promis que l'armée vaincra tout ennemi dans un combat au sol.

"La volonté stratégique de notre nation, les États-Unis, est remise en cause et nos alliances sont testées de manières auxquelles nous n'avons pas été confrontées depuis de nombreuses décennies", a déclaré le général Mark Milley, Chef d'État-Major de l'Armée de Terre à son auditoire lors de la réunion annuelle de l'Association of the United States Army à Washington, DC.

«Je veux être bien clair avec ceux qui veulent nous faire du mal ... l'armée des États-Unis - en dépit de tous nos défis, en dépit de notre tempo opérationnel, en dépit de tout ce que nous avons fait, nous allons vous stopper et nous allons vous battre plus durement que vous ne l'avez jamais été auparavant. Ne vous méprenez pas à ce sujet".

Les commentaires de Milley viennent au cours d'une année électorale où les électeurs vont décider d'un nouveau président et d'un commandant en chef et une période d'augmentation de l'activité militaire des concurrents quasi-pairs, y compris la Russie et la Chine.

L'armée a lutté pour reconstruire sa volonté après plus d'une décennie d'opérations de combat prolongées en Irak et en Afghanistan. Le service a considérablement réduit la taille de sa force depuis la guerre froide et a diminué son budget de modernisation dans la dernière décennie, affirme Milley.

"Alors que nous nous sommes concentrés sur la lutte anti-terroriste, d'autres pays comme la Russie, l'Iran, la Chine, la Corée du Nord nous ont étudié" a-t-il dit. "Ils ont étudié notre doctrine, nos tactiques, nos équipements, notre organisation, notre formation, notre leadership. Et, à leur tour, ils ont révisé leurs propres doctrines, et ils modernisent rapidement leurs armées aujourd'hui pour éviter nos forces dans l'espoir de nous vaincre à un certain moment dans l'avenir. "

Milley a également cité un haut responsable russe qui aurait déclaré publiquement: «L'ordre mondial établi subit un bouleversement fondamental" et que "la Russie peut maintenant mener une guerre conventionnelle en Europe et la gagner."

Le général a averti que la guerre future avec un adversaire quasi-pair sera "hautement létale, contrairement à ce que notre armée a connu au moins depuis la Seconde Guerre mondiale."

"Nos formations devront probablement être petites; nous devrons nous déplacer constamment," a-t-il dit. "Sur le champ de bataille future, si vous restez dans un endroit pendant plus de deux ou trois heures, vous serez mort."

Malgré les défis, Milley a déclaré que l'Armée de Terre s'adaptera pour survivre sur un champ de bataille aussi dangereux.

« C'est un défi de taille, pour sûr, de projeter sa puissance dans des théâtres contestés, combattre dans des zones urbaines très peuplées, pour survivre et gagner sur des champs de bataille intensément létaux et éparpillées et de créer des meneurs et des soldats qui peuvent l'emporter. Ce sera difficile? Oui, mais impossible? Absolument pas ", a déclaré Milley.

"Ne vous méprenez pas à ce sujet, nous pouvons maintenant et nous allons ... conserver la capacité de nous déployer rapidement," a-t-il dit, "et nous allons détruire tout ennemi ou qu'il se trouve et en tout temps."

SOURCE:

Le Chef d'État-Major de l'armée américaine menace violemment la Russie: "nous allons vous stopper et nous allons vous battre plus durement que vous ne l'avez jamais été auparavant"

http://www.fawkes-news.com/2016/10/le-chef-detat-major-de-larmee.html

VISIONNEZ AUSSI CETTE VIDÉO :

Vladimir POUTINE: « L'OTAN nous pousse vers un conflit nucléaire »

Le président russe Vladimir Poutine parle aux journalistes des agences de presse du monde, lors de la deuxième journée (le 17 juin 2016) de St. Petersburg International Economic Forum de la Russie (de SPIEF).

https://www.youtube.com/watch?v=3Cme9Ur579s&feature=you

[PÉTITION] Pour la dénonciation par la France du traité de l’Atlantique Nord et le retrait de ses Armées du commandement intégré

Lire la suite
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>