Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Lucien PONS

la guerre

Comment l’Italie a conquis le statut de « grand pays ». Par Manlio Dinucci.

1 Avril 2019 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #L'OTAN., #La guerre, #La Yougoslavie, #L'Italie

Comment l’Italie a  conquis le statut de  « grand pays ». Par Manlio Dinucci.
Comment l’Italie a
conquis le statut de
« grand pays »

 

et

 

Colloque à Florence, le
7 avril

 

Manlio Dinucciil manifesto – 22.3.2019

Traduction : Marie-Ange Patrizio

 

 

Massimo D’Alema est entré dans l’histoire en faisant participer son pays, l’Italie, au crime de l’Otan contre l’ex-Yougoslavie. Le monde était devenu unipolaire et plus personne en Occident ne se souciait de violer le droit international et de mener une guerre contre l’avis du Conseil de sécurité. Le même D’Alema est aujourd’hui actif pour la création d’une Grande Albanie incluant l’actuel Kosovo.

Le 24 mars 1999, la séance du Sénat italien reprend à 20 h 35 avec une communication de l’honorable Sergio Mattarella, alors vice-président du gouvernement D’Alema (Ulivo, Pdci, Udeur) : « Honorables sénateurs, comme informé par les agences de presse, à 18 h 45 ont commencé les opérations de l’Otan ».

À ce moment-là, les bombes des F-16 du 31ème escadron US, qui avaient décollé d’Aviano (Frioul), ont déjà frappé Pristina et Belgrade. Et sont en train d’arriver de nouvelles vagues de chasseurs-bombardiers US et alliés, partis d’autres bases italiennes.

De cette façon, violant la Constitution (articles 11, 78 et 87), l’Italie est entraînée dans une guerre, dont le gouvernement informe le Parlement après les agences de presse, quand désormais elle a commencé.

Vingt jours avant l’attaque contre la Yougoslavie, Massimo d’Alema —comme il le racontera lui-même dans une interview à Il Reformista (24 mars 2009) – avait été convoqué à Washington où le président Clinton lui avait proposé : « L’Italie est tellement proche du scénario de guerre que nous ne vous demandons pas de participer aux opérations militaires, il suffit que vous mettiez à disposition vos bases ».

D’Alema lui avait orgueilleusement répondu : « Nous prendrons nos responsabilités à égalité avec les autres pays de l’Alliance », c’est-à-dire que l’Italie allait mettre à disposition non seulement ses bases, mais aussi ses chasseurs-bombardiers pour la guerre contre la Yougoslavie. 54 avions italiens participeront en effet aux bombardements, attaquant les objectifs indiqués par le commandement US.

« C’était moralement juste et c’était aussi la façon d’exercer pleinement notre rôle », explique D’Alema dans l’interview. « Pour le nombre d’avions nous n’avons été seconds que par rapport aux USA. L’Italie est un grand pays et on ne doit pas s’étonner de l’engagement montré dans cette guerre », avait-il déclaré en juin 1999 en habit de président du Conseil, soulignant que, pour les pilotes, cela avait été « une grande expérience humaine et professionnelle ».

L’Italie joue ainsi un rôle de première importance dans la guerre contre la Yougoslavie. Ce sont des bases italiennes que décolle la plus grande partie des 1.100 avions qui, en 78 jours, effectuent 38.000 sorties, larguant 23.000 bombes et missiles (beaucoup à l’uranium appauvri) sur la Serbie et l’actuel Kosovo.

Ainsi est activé et testé tout le système des bases des USA et de l’OTAN en Italie, préparant sa montée en puissance pour les guerres à venir. La suivante sera celle contre la Libye en 2011.

Alors que la guerre contre la Yougoslavie est encore en cours, le gouvernement D’Alema participe à Washington au sommet de l’OTAN des 23-25 avril 1999, qui rend opérationnel le Nouveau concept stratégique : l’OTAN est transformée en alliance qui engage les pays membres à « mener des opérations de riposte aux crises non prévues à l’article 5, en-dehors du territoire de l’Alliance ».

De là commence l’expansion de l’OTAN à l’Est. En vingt années, après avoir démoli la Fédération Yougoslave, l’OTAN s’étend de 16 à 29 États (30 si on englobe maintenant aussi la Macédoine), s’étendant de plus en plus au bord de la Russie.

Aujourd’hui, l’« aire atlantique-nord » s’étend jusqu’aux montagnes afghanes. Et les soldats italiens sont là-bas, confirmant ce que D’Alema définissait avec orgueil « le nouveau statut de grand pays », conquis par l’Italie il y a vingt ans en participant à la destruction d’un pays qui n’avait ni attaqué ni menacé l’Italie ou ses alliés.

 

 

 

 

La guerre contre la Yougoslavie sera un des thèmes du Colloque international sur les 70 ans de l’OTAN

Le thème « Yougoslavie : il y a 20 ans, la guerre fondatrice de la nouvelle OTAN » sera traité, y compris avec documentation vidéo, dans le Colloque international « Les 70 ans de l’Otan : quel bilan historique ? Sortir du système de guerre, maintenant », qui se déroule dimanche 7 avril à Florence (Cinema Teatro Odeon, Piazza Strozzi, 10 h 15-18 h). Parmi les autres thèmes « L’Europe en première ligne de la confrontation nucléaire ».

Intervenants : Michel Chossudovsky, directeur de Global Research (Canada) : V. Kozin, expert politico-militaire du Ministère des Affaires Étrangères (Russie) ; Ž. Jovanović, président du Forum de Belgrade (Serbie) ; Diana Johnstone, essayiste (USA) ; Paul Craig Roberts, éditorialiste (USA). Parmi les intervenants italiens : A. Zanotelli, G. Strada, F. Cardini, F. Mini, G. Chiesa, A. Negri, T. Di Francesco, M. Dinucci.

Organisateurs : Comitato No Guerra No Nato et Global Research, avec Pax Christi, Comboniani, Wilpf et autres associations. Pour participer au Colloque (entrée libre) communiquer nom et lieu de résidence à :

 

G. Padovano

Email giuseppepadovano.gp@gmail.com  /

Tél. portable. 393 998 3462

Source
il manifesto du 22 mars 2019

Via : https://www.voltairenet.org/article205760.html

Lire la suite

Quand les Etats-Unis découvrent les camps d'entraînement militaires pour les enfants en Ukraine. Par Karine Bechet Golovko

20 Novembre 2018 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #AMERIQUE, #Comité pour une Nouvelle résistance, #Europe supranationale, #La France, #La Russie, #La guerre, #Ukraine

mercredi 14 novembre 2018

 
Quand les Etats-Unis découvrent les camps d'entraînement militaires pour les enfants en Ukraine
 
 
 
 
L'Associated Press vient de sortir un reportage sur un camp d'entraînement militaire pour enfants en Ukraine. Sans vraiment le condamner, car, en substance, "les nationalistes ont joué un grand rôle lors du Maïdan contre la Russie". Mais quand même, la chape de silence a été levée, les gens peuvent se faire une opinion sur ce que la Russie dénonce depuis 2014, accusée par l'Occident de mensonge et de propagande anti-ukrainienne. Or, voici la dérive nationaliste guerrière de l'Ukraine en image. Comme les médias français sont restés très discrets sur le sujet, aidons-les.
 

 
Voici le reportage diffusé par l'Associated Press:
 
 
Les journalistes américains ont eu accès à un camp tenu par des nationalistes, qui assure une formation militaire aux enfants. 
 
 
 
 
 
 
 
Sur le plan idéologique, alors que les pays de l'Union européenne et cette partie bobo de l'Amérique soutiennent justement ce régime ukrainien post-Maïdan, les groupes extrémistes sur lesquels repose le pouvoir sont totalement à contre-courant : anti-gender, anti-LGBT, etc. Le plus jeune a 8 ans, mais en général, ce sont des adolescents. L'instructeur leur apprend à tirer à balle réelle, à ne pas penser qu'il y a un être humain en face, comme ça, ils pourront tuer (sic). Tuer qui? Les Russes. Extrait:
Their instructor offers advice: Don’t think of your target as a human being.
So when these boys and girls shoot, they will shoot to kill. 
The camp has two purposes: to train children to defend their country from Russians and their sympathizers — and to spread nationalist ideology. “We never aim guns at people,” instructor Yuri “Chornota” Cherkashin tells them. “But we don’t count separatists, little green men, occupiers from Moscow, as people. So we can and should aim at them.”
 
Apprendre à tuer, certes, "ce n'est pas bien", mais comme ces mouvements ont joué un rôle important dans la chute de l'Ukraine et continuent à maintenir la terreur lorsque cela est nécessaire, aucun jugement n'est porté:
 
 
 
La fin justifie les moyens. 
 
Pour se rappeler ce qu'est ce groupe nationaliste Azov, qui est le plus connu dans ce domaine de "l'éducation" - voir notre texte ici. Les atrocités commises par ce groupe ont notamment été relevées par l'ONU (voir notre texte ici).
 
Ceci est son insigne, assumant parfaitement et ouvertement son culte du nazisme:
 
 
Et ce camp, présenté par l'AP, est loin d'être le seul. Le camp des azovtsev , créé en 2015, prévoit même une réduction pour les enfants des membres de l'ATO, ça devient une affaire de famille. Il est possible de s'inscrire sur le net à toute une série de camps, répartis dans toute l'Ukraine libre et pro-européenne, qui forment aux techniques de combat, il y en a même une liste ici : le camp militaire extrême "carabine" (9 à 13 ans), le camp "zachitnik" (défenseur) (10 à 17 ans), le camp militaire casaque (8 à 18 ans), le camp "razvedchik" (renseignement) (9 à 18 ans), etc. Vous y trouvez également différentes formules - en immersion totale, ou pour la journée.
 
Bref, c'est tout un système de déformation de la jeunesse qui est mis en place par l'Etat ukrainien avec l'aide des groupes nationalistes. Chacun y trouve son intérêt : l'Etat a de plus en plus de mal à mobiliser - dans le sens premier du terme - les jeunes hommes en âge de partir vers le Donbass, il est donc fondamental de les préparer psychologiquement en avance par une sorte de lavage de cerveau ; quant aux groupes nationalistes, ils sont ainsi financés par l'Etat, voient un moyen lucratif de remplir leurs rangs, ce qui leur permet de devenir une force politique potentielle avec laquelle il faut compter.
 
 
 
Humainement, ça fait mal au coeur de voir ces petits patapoufs pris dans les griffes de la folie d'adultes qui les mettent en danger au lieu de les protéger, de voir ces enfants auxquels on vole leur enfance et leur innocence, qui percent encore avec l'inquiétude dans le regard d'une petite fille. Ce sont les visages des victimes de l'Ukraine post-Maîdan, de l'hypocrisie de l'Europe, du cynisme de ces dirigeants qui ont pris ces petites bouilles en otage.
 
 
Les journalistes français étant particulièrement silencieux sur ce scandale, certainement peut-on les aider à devoir ouvrir les yeux?
 
Lire la suite

Note de la Russie à l’Otan : vous n’éliminerez pas nos missiles sans guerre

7 Octobre 2018 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #Comité pour une Nouvelle résistance, #Europe supranationale, #La France, #AMERIQUE, #L'OTAN., #La Russie, #La guerre

Note de la Russie à l’Otan : vous n’éliminerez pas nos missiles sans guerre

2015-05-21_11h17_05Par Moon of Alabama – Le 2 octobre 2018 – Source moonofalabama

Aujourd’hui, l’ambassadeur américain auprès de l’OTAN a menacé de “détruire” un nouveau type de missiles russes :

L’envoyé américain auprès de l’OTAN a déclaré mardi que la Russie devait mettre fin au développement de nouveaux missiles pouvant transporter des ogives nucléaires et a averti que les États-Unis pourraient «supprimer» le système s’il devenait opérationnel.


Les Etats-Unis et la Russie sont en désaccord depuis quelque temps sur le traité INF. Le Traité sur les forces nucléaires de portée intermédiaire a été signé en 1987 entre le Secrétaire général soviétique Gorbachev et le Président américain Reagan. Il interdit les systèmes à capacité nucléaire basés à terre (et non en mer) ayant une portée de plus de 500 kilomètres et moins de 5 500 kilomètres. L’accord est intervenu après que les Soviétiques eurent installé des missiles SS-20 en Europe de l’Est. L’OTAN a répondu par le déploiement de Pershing II. Le problème avec ces missiles était le faible temps d’alerte. Tirés à une distance relativement courte, ils menaçaient de submerger une des parties avant qu’elle ne puisse réagir. Les missiles ont ainsi détruit l’équilibre garanti par la destruction mutuelle assurée (MAD). Le traité INF a interdit ces missiles.

La Russie a déclaré pendant des années que les États-Unis avaient violé l’accord INF en installant des systèmes de défense antimissile en Europe destinés à détruire des missiles intercontinentaux nord-coréens et iraniens. Les missiles de défense antimissile pourraient éventuellement être armés d’ogives nucléaires et pourraient également être utilisés en mode sol-sol. (Les missiles US de défense aérienne Nike-Hercules précédemment déployés avaient de telles capacités.)

Les États-Unis nient que leurs systèmes de défense antimissile enfreignent l’INF et accusent la Russie d’enfreindre le traité en testant une version lancée depuis le sol de ses missiles Kalibr lancés en mer. La Russie nie avoir testé quelque chose qui n’est pas compatible avec le traité INF. S’il existe une version lancée du sol, elle est probablement confinée à une portée inférieure à 500 km et donc conforme à l’INF. La version lancée en mer a une portée de 2.500 kilomètres. Une variante d’exportation est limitée à 300 kilomètres. La version éventuellement lancée par voie terrestre est censée avoir une portée plus courte que le missile Kalibr original. Pour autant que le public soit informé, les missiles sont dotés d’ogives nucléaires.

Kay Baily Hutchinson, ambassadrice des États-Unis auprès de l’OTAN, est une femme politique républicaine depuis longtemps mais elle est sans expérience militaire. Son choix de mots lors de la conférence de presse d’aujourd’hui était manifestement peu professionnel :

Question : […] Madame, pouvez-vous être plus précise sur le type d’informations nouvelles que vous apportez au débat concernant la violation du traité INF ? Et plus explicitement aussi, quel type de contre-mesures envisagez-vous ?

Ambassadeur Hutchison : Les contre-mesures consisteraient à supprimer les missiles développés par la Russie en violation du traité. Donc, ce serait finalement la contre-mesure. Nous essayons de ne rien faire qui puisse violer le traité de notre côté, qui autorise la recherche, mais pas le développement, et nous maintenons soigneusement les exigences du traité INF de notre côté, pendant que la Russie les viole. …

Les journalistes présents dans la salle ont été déçus par cette formulation agressive et ont poursuivi :

Question: Merci, ambassadeur. Lorne [Inaudible], Associated Press. Juste pour préciser un peu, quand vous avez parlé d’éliminer les missiles en développement, vous nous avez un peu excités ici. Voulez-vous dire que ceux-ci soient retirés ? Vous ne voulez pas réellement les éliminer de manière plus [inaudible] ?
Ambassadeur Hutchison: Eh bien, retirés, oui. Les amener à se retirer serait notre choix, bien sûr. Mais je pense que la question était : que feriez-vous si cela continuait à un point tel que nous sachions qu’ils sont capables de les utiliser ? Et à ce moment-là, nous examinerions alors la possibilité de détruire un missile qui pourrait frapper l’un de nos pays européens et l’Amérique par l’Alaska. C’est donc dans l’intérêt de tous, et du Canada également, je suppose. Nous avons donc notre risque nord-atlantique ainsi que le risque européen.

Alors, que va faire l’ambassadeur ? Bombarder la Russie après un désaccord sur les spécifications techniques d’un nouveau missile potentiel qui n’est même pas encore déployé ?

Cette absurdité survient quelques jours à peine après que le secrétaire américain à l’Intérieur, Ryan Zinke, a suggéré que la marine américaine impose un blocus à la Russie pour entraver son commerce de l’énergie.

Lorsque le traité INF a été signé, l’OTAN était loin de la frontière russe. Maintenant elle est directement dessus. Le gouvernement russe prend ces menaces au sérieux. Son porte-parole n’était pas amusé (traduction automatique du russe) :

La porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova, a déclaré mardi que l’Alliance de l’Atlantique Nord ne se rendait pas compte de ses responsabilités et des dangers d’une rhétorique agressive.

“Il semble que les personnes qui font de telles déclarations ne se rendent pas compte de leurs responsabilités et des dangers d’une rhétorique agressive. Qui a autorisé cette femme à faire de telles déclarations ? Le peuple américain ? Les Américains ont-ils conscience du fait que leurs soi-disant diplomates sont payés pour agir de manière agressive et destructrice ? Il est très facile de tout casser et détruire. Il est plus difficile de réparer. La diplomatie américaine a beaucoup à faire pour se remettre des conséquences de ses erreurs congénitales “, a déclaré Mme. Zakharova à la presse.

On espère que l’ambassadrice a dérapé dans sa réponse “sans appel “, sans quoi la Russie envisagerait probablement d’éliminer les armes anti-missiles que les États-Unis ont déployé en Europe, ce qui produirait certainement beaucoup de grain à moudre pour la catégorie “Troisième guerre mondiale” de la presse à sensation britannique.

Moon of Alabama

Traduit par jj, relu par Wayan pour le Saker Francophone

Note du Saker Francophone

Depuis que Moon of Alabama a écrit ce texte, Hutchinson a fait marche arrière en déclarant dans un tweet : "je ne parlais pas de frappe préventive contre le Russie. Je parlais de la nécessité pour la Russie de respecter l'INF sinon nous aurons à équilibrer notre puissance pour protéger les intérêts des États-Unis et de l'OTAN"
Lire la suite

Oliver Stone: « J’ai combattu ces gens qui mènent des guerres, toute ma vie. C’est un travail épuisant »

24 Septembre 2018 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #Comité pour une Nouvelle résistance, #La mondialisation, #La guerre

Oliver Stone: « J’ai combattu ces gens qui mènent des guerres, toute ma vie. C’est un travail épuisant »

 

 Les 3 minutes les plus honnêtes de l’histoire de la télé

« Dans les 13 guerres que nous avons déclenchées au cours des 30 dernières années et les 14 billions de dollars que nous avons dépensés et les centaines de milliers de vies qui ont péri sur cette terre, rappelez-vous que ce n’était pas un leader, mais un système, à la fois républicain et démocrate ».

Lire la suite

2018 et 2019. Années de tous les dangers pour la paix mondiale par Pierre, Agoravox

24 Septembre 2018 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #Comité pour une Nouvelle résistance, #Europe supranationale, #La France, #AMERIQUE, #L'OTAN., #La Russie, #La guerre

2018 et 2019. Années de tous les dangers pour la paix mondiale
 
 
En 2011, Anatoly Serdioukov, le ministre russe de la Défense de l'époque, lança le programme d'armement 2011–2020.

L'information suscita peu d'intérêt en Occident, sans doute parce que le délai semblait lointain et que peu d'experts croyait que la Russie avait les moyens technologiques, logistiques et budgétaires pour moderniser son armée et la rendre capable de rivaliser avec les armées occidentales.

                  Manœuvres « Vostok 2018 »

 

L'objectif.

La guerre de Géorgie de 2008, gagnée par la Russie en cinq jours grâce à l'efficience de ses forces terrestres, avait révélé des faiblesses qui auraient été fatales face à une armée occidentale.

Il faut savoir que les Forces armées russes ont perdu plus d'avions et que plus de soldats sont morts en cinq jours qu'en trois ans d'intervention en Syrie. 1

Après les bombardements illégaux de l'OTAN sur la Serbie de 1999 qui laissèrent la Russie impuissante à venir en aide à son alliée et les cafouillages des guerres de Tchétchénie, la direction russe comprit qu'elle devait porter une attention particulière à ses forces conventionnelles. Se reposer sur la dissuasion nucléaire n'est pas suffisant pour se protéger d'ennemis aussi retors que les États-Unis et leurs satellites.

La guerre de Géorgie a été l'élément déclencheur de la décision de remise à niveau de l'Armée russe. L'objectif était de faire de la Russie une des trois premières puissances militaires du monde en 2020.

 

 

La situation actuelle.

Le programme de réarmement est en avance sur les prévisions et nous pouvons constater qu'il y a eu un saut qualitatif sans équivalent à l'Ouest. Les armes stratégiques de nouveau type sont nombreuses et certaines utilisent des principes physiques nouveaux suivant les déclarations de Vladimir Poutine devant les corps constitués de la Fédération de Russie le 1er mars dernier

La partie militaire de ce discours avait plutôt porté sur les armes stratégiques nouvelles tandis que les nouvelles armes conventionnelles étaient testées sur les champs de bataille de Syrie 2 et d'Ukraine.

                   Ogive du missile "Sarmat."

Les manœuvres « Vostok 2018 » en Sibérie qui ont rassemblé 300.000 soldats, 36.000 véhicules blindés et autres, 80 bâtiments de guerre, plus de 1.000 avions, hélicoptères et drones viennent de se terminer avec succès. 3

Ces vastes manœuvres, d'ailleurs analysées avec un ton léger en Occident, avait deux buts. 4

 

  • Préparer l'Armée russe à des opérations de grande ampleur sur son territoire ou dans son étranger proche

  • Démontrer à certains de ses proches voisins et aux Occidentaux que la Russie a les moyens de défendre ses intérêts et sa sécurité.

 

Je ne suis pas sûr que ce dernier message ait bien été entendu.

 

 

Bluff ou pas bluff ?

 

L'inventaire des nouvelles armes russes dressé par le président Poutine lors de son discours du 1er mars dernier a laissé pas mal d'experts militaires perplexes.

Leurs avis étaient partagés entre l'étonnement et la mise en doute des paroles du président russe.

Les élites occidentales en étaient pour la plupart restées aux clichés bien imprimés dans leur esprit d'une armée russe déclinante dans un pays qui d'une manière ou d'une autre finira par rendre gorge. 5

 

L'existence de ce nouvel arsenal stratégique ne fait aucun doute mais est-il réellement opérationnel à 100 % ?

Est-il produit en quantité suffisante pour détenir une supériorité sur l'armée étasunienne ?

La partie militaire du discours était clairement un avertissement destiné aux Occidentaux mais il est possible que Vladimir Poutine ait amplifié la force réelle de l'armée russe pour dissuader les États-Unis d'intervenir directement en Syrie ou ailleurs où des intérêts vitaux de la Russie sont en jeu.

En tout cas, beaucoup d'experts militaires le considèrent ainsi.

En ce qui me concerne, je n'ai aucune certitude (et même pas une opinion personnelle) quant au niveau réel des actuelles armées russe et étasunienne.

Ce que je sais par contre, c'est que Vladimir Poutine ne bluffe généralement pas mais ici, la crise est suffisamment grave pour qu'il puisse faire une exception pour faire douter ses adversaires.

 

 

2018-2019.

La tentation est grande pour les États-Unis de se confronter militairement à la Russie dans le cadre d'un conflit régional comme la Syrie ou l'Ukraine par exemple.

La grande majorité sinon presque la totalité des hommes politiques étasuniens sont persuadés de la supériorité militaire, économique et morale de leur pays.

Même le président Obama, pourtant censé être bien informé par ses conseillers, traita la Russie de puissance régionale en 2014. 6

Samantha Power, l'ancienne ambassadrice étasunienne auprès de l'ONU, prétendit que comme la Russie a perdu la guerre froide, elle ne doit plus avoir le droit de défendre ses intérêts. 7

                  L'ex-ambassadeur russe à l'ONU, Vitaly Churkin, et Samantha Power.

Les déclarations méprisant la Russie sont nombreuses et dénotent bien ce concept d'exceptionnalisme qui règne parmi les élites aux États-Unis.

Les militaires, plus réalistes, savent qu'ils ne doivent pas sous-estimer l'adversaire mais ils peuvent penser qu'ils gardent encore un grand avantage tout en sachant qu'il se réduira inéluctablement dans le futur.

Ils pourraient croire qu'ils ont une dernière fenêtre de tir qui leur permettrait de sortir vainqueur d'une courte confrontation conventionnelles contre la Russie.

De leur coté, les stratèges russes ont bien assimilé le traité de stratégie militaire « De la Guerre » de Carl von Clausewitz et adaptent bien la citation suivante : «  Quand la supériorité absolue n'est pas possible, vous devez rassembler vos ressources pour obtenir la supériorité relative au point décisif.  »

Cela pourrait compenser l'infériorité quantitative de l'arsenal russe en armes de dernière génération.

Une partie non négligeable du haut commandement russe pense que le moment est venu pour une confrontation militaire avec les États-Unis et ils pensent que le président Poutine est trop prudent et que son attentisme est une faiblesse. Pour eux, les opérations de Géorgie et de Crimée ont été des succès parce que les Russes avaient pris l'initiative.

Pour la première fois de leur histoire, l'industrie de l'armement des États-Unis est vulnérable et il n'est pas garanti qu'elle sorte indemne d'une confrontation avec la Russie comme lors des deux guerres mondiales. De plus, avec les nouveaux vecteurs russes, le territoire des États-Unis n'est pas sanctuarisé.

Toute la question est de savoir si un conflit régional avec la Russie est possible, s'il peut être circonscrit à un théâtre d'opération restreint et être limité dans le temps

L'histoire nous a appris que ce genre de calcul s'avère souvent faux comme pour les deux guerres mondiales par exemple.

 

2020 et après.

Le programme de modernisation de l'Armée russe de Anatoly Serdioukov est sur le point d'être terminé. Il reste à achever le rééquipement de l'armée russe à 70 % de matériel nouveau comme programmé mais il semble que la Russie est en avance et que ce sera vite réalisé.

Certains programmes marquent le pas comme le SU-57 (qui ne faisait pas partie du programme de Anatoly Serdioukov). C'est un programme coûteux qui n'est peut-être pas utile si les avions de génération 4++ arrivent à rivaliser avec les avions étasuniens de génération 5 comme la plupart des experts le croient. La furtivité n'est plus une option importante depuis que les nouveaux systèmes de détection radar ont fait un bon en avant et ont quasi annihilé cet avantage.

De plus, depuis que l'Inde a opté pour le Rafale français, elle est moins intéressée à développer cet avion avec la Russie comme initialement prévu.

Ce programme pourrait bien rester en « standby ». L'expérience acquise ne sera pas perdue, le programme d'armement nouveau 2018-2025 (qui ne sera pas une modernisation d'armes anciennes comme le programme 2011-2020) fera appel à de nouveaux types d'armes qui utiliseront l'intelligence artificielle. Il ne s'agira pas d'armes télécommandées (comme les drones par exemple) mais d'armes autonomes qui, une fois lancées, prendront leurs décisions (tirer, brouiller, espionner) toutes seules sans intervention humaine.

A mon avis et même si c'est généralement démenti (et interdit par le traité de l'espace déjà mis à mal par le SPACE Act étasunien de 2015), on peut aussi s'attendre à une militarisation de l'espace sous une forme impossible à définir maintenant.

C'est une évolution assez effrayante qui attend l'humanité.

Voila pourquoi 2018 et 2019 seront sans doute les dernières années de vulnérabilité de la Russie et qu'il n'est pas impossible que des « Dr Strangelove » du Pentagone convainquent le chef de l'exécutif étasunien de se confronter militairement à la Fédération de Russie.

Conclusion.

La sécurité dans le monde voudrait que l'on tienne compte de la nouvelle puissance militaire russe et qu'on arrête d'essayer de la réduire à une réserve de matières premières dans laquelle les multinationales occidentales pourraient se servir à leur seul bénéfice.

Certains politiques européens ont déjà fait des déclarations pour établir un dialogue constructif avec Vladimir Poutine mais ils sont encore bien seuls pour le moment. La majorité des dirigeants européens sont dans une position suiviste des décisions politiques étasuniennes.

Beaucoup de déclarations inconsidérées ont été faites en Occident et cela rend le retour vers le réalisme difficile : après avoir introduit des sanctions pour l'adhésion de la Crimée à la Fédération de Russie, il est difficile de les retirer maintenant sans rien obtenir en échange et avoir définitivement perdu le marché russe des produits alimentaires par exemple ou d'admettre le maintien du président Assad comme autre exemple.

                  L'embargo russe sur les produits alimentaires touche aussi l'Ukraine.

Les sujets de désaccords restent nombreux mais il en va de notre intérêt et de notre sécurité d'avoir des accords réalistes avec la Russie sur les points les plus dangereux que sont la Syrie et l'Ukraine.

Une fuite en avant, que ce soit en Ukraine où on pourrait pousser à une reprise de la guerre civile ou en Syrie où la tentation d'intervention aérienne est grande, nous rapprocherait inéluctablement de cette troisième guerre mondiale qui devrait être redoutée de tous.

Vladimir Poutine ne s'humiliera jamais à céder devant la menace mais ce n'est pas un va-t-en guerre. Le compromis trouvé avec le président Erdogan pour sortir de l'impasse à Idlib est une démonstration de la volonté russe d'éviter les bains de sang inutiles.

Ce qui est inquiétant, c'est l'indifférence ou plutôt l'apathie des citoyens du monde occidental presque totalement conditionnés par les principaux médias aux mains d'oligarques qui ont des intérêts à préserver.

Cette conclusion ne sera sans doute qu'une goutte de bon sens dans l'océan de propagande belliciste actuelle mais comme dans le colibri de la légende amérindienne, il est une petite part du travail pour prévenir une catastrophe universelle et mettre fin à cet insupportable sentiment de supériorité morale de notre système libéral occidental.

 

 

1. Si on excepte les avions accidentellement perdus en Syrie.

 

2. https://fr.sputniknews.com/defense/201608201027367190-russie-armements-syrie/

 

3. 300.000 soldats, 36.000 véhicules blindés, 1.000 engins volants ! C'est exactement la force nécessaire pour atteindre le Dniepr et les rives de la mer Noire (Ukraine) en une semaine.

 

4. Des manœuvres de cette ampleur sont un événement majeur qui devrait être correctement analysé. A-t-on, peur en Europe de reconnaître son infériorité où a-t-on peur de d'effrayer les citoyens ?

 

5. Il s'agit dans ce cas de contraindre la Russie de rendre la Crimée et Sébastopol à l'Ukraine et de la forcer à renoncer à toute influence en Ukraine grâce à des pressions économiques, des pressions militaires, des pressions sur les oligarques etc.

 

6. Barack Obama révisa son jugement deux ans plus tard et admit que la Russie est une grande superpuissance.

Un article plein d'ironie à prendre au second degré.

http://www.pravdafrance.com/news/international/18-11-2016/1303836-INTERNATIONAL-0/

 

7. http://russiepolitics.blogspot.com/2014/11/qui-perdu-la-guerre-froide.html

 


Lire la suite

Syrie: pourquoi la Turquie, la France, Israël et d'autres soignent les terroristes? Par Karine Bechet Golovko

19 Septembre 2018 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #Comité pour une Nouvelle résistance, #Europe supranationale, #La France, #AMERIQUE, #L'OTAN., #La Russie, #La Syrie - La Libye - l'Iran -, #La guerre, #Daesch

mercredi 19 septembre 2018

Syrie: pourquoi la Turquie, la France, Israël et d'autres soignent les terroristes?
 
 
 
La Syrie reste décidément au coeur de l'actualité. Ainsi, nous apprenons que dans la région de Kuneitra, sur le plateau du Golan, libérée des terroristes par l'armée syrienne, les soldats y ont trouvé un hôpital suréquipé et rempli de médicaments provenant d'Israël, de France, de Turquie, d'Arabie Saoudite ... Hôpital qui était à l'usage exclusif des groupes armés. Cela ne fait-il pas réfléchir à ce qui s'est passé ces derniers jours, entre l'accord avec la Turquie sur Idlib et l'avion militaire russe abattu en raison des attaques israéliennes? Mais il semblerait que la priorité soit d'éviter les conflits ... Simplement, les "conflits", eux, ne sont pas au courant ... Alors ils s'accumulent. Et il faudra bien les affronter.
 
 
L'agence russe d'information RIA Novosti annonce que l'armée syrienne a trouvé dans la région de Kuneitra, sur la plateau du Golan (donc à la frontière entre la Syrie et Israël), et plus précisément dans la petite ville de Bureika, un hôpital parfaitement équipé et avec des stocks conséquents de médicaments, ce qui est un trésor dans la région. Des médicaments provenant de France, d'Israël ou encore des Etats-Unis par exemple. Mais l'on trouve également de l'appareillage médical et d'autres médicaments provenant du Qatar, de Turquie, d'Arabie Saoudite. 
 
Le trésor, et le mot n'est pas faible, n'est pas négligeable. L'on y trouve des antibiotiques, des vaccins, des antidouleurs, des appareils neufs d'imagerie médicale, des salles d'opération parfaitement équipées. Les habitants ont montré aux soldats un beau véhicule médical jaune, équipé pour la réanimation, avec des numéros britanniques et le volant à droite.
 
Et ce trésor était réservé aux groupes armés et à leur famille, aucun civil n'a eu le droit d'y être soigné. Ainsi les pays de l'OTAN, si inquiets de catastrophe humanitaire, n'apportent qu'une aide réelle aux groupes armés? Pour les civils, les opérations de comm semblent suffisantes.
 
Donc la France, la Turquie, Israël, les Etats-Unis, la Grande-Bretagne soignent les groupes armés?
 
Et après l'on parle d'un "accord historique" sur la démilitarisation d'Idlib (voir notre texte) qui permettra aux groupes "rebelles" de garder les territoires qu'ils occupent, sans que l'armée syrienne, en Syrie, n'ait le droit de récupérer le contrôle de son territoire. L'on apprend que les "rebelles" d"Al Nusra seront évacués. Leurs sponsors pourront tranquillement les récupérer?
 
Et d'ailleurs le journal Le Monde ne s'y trompe pas, les grands gagnants de cette opération sont avant tout les "rebelles", comme les pays soutenant la coalition américaine aiment à appeler les groupes terroristes qui ont le bon goût de lutter contre Assad:
 
 
 
Après l'on apprend qu'un avion militaire russe a été abattu selon le ministère russe de la défense suite à une attaque de la Syrie des avions israéliens, qui se sont protégés par la frégate française et ont mis en danger (volontairement?) l'avion militaire russe qu'ils ne pouvaient pas ne pas voir, provoquant la réaction automatique du système de défense aérien S-200 syrien:
Dans cette affaire, Moscou estime que l'aviation israélienne a délibérément créé une situation "dangereuse" dans le secteur de Lattaquié, alors que l'avion russe s'apprêtait à atterrir sur la base de Hmeimim, située dans la province du même nom. "Nous considérons comme hostile cette initiative de l'armée israélienne", a dit Igor Konachenkov, porte-parole du ministère. "Du fait des actes irresponsables de l'armée israélienne, 15 militaires russes ont trouvé la mort. Ce n'est absolument pas conforme à l'esprit du partenariat russo-israélien."
"Nous nous réservons le droit de réagir par des mesures équivalentes", a-t-il poursuivi dans une déclaration sur la télévision russe.
Mais pour autant, la presse française ne s'y trompe pas, immédiatement une manière d'éviter le conflit est recherchée. Le Président russe, joue sur la communication, parlant à la fois "d'une suite de concours de circonstances déplorables" et se référant aux déclarations du ministère de la défense qui ont été validées par lui. Ceci est pourtant une tragédie dans laquelle 15 hommes, remplissant leur devoir pour leur patrie et à la demande de leur patrie, ont trouvé la mort.
 
Et l'on trouve un hôpital flambant neuf, remplis de médicaments venant de Turquie, d'Israël, de France, réservé aux terroristes et à leur famille.
 
N'y a-t-il pas une certaine contradiction?
 
Pourquoi lorsque les Etats-Unis, la Turquie, Israël, la France frappent des forces militaires étrangères, un pays souverain, personne ne s'inquiète des risques de guerre qui pourraient en découler? En revanche, il est absolument impensable à la Russie de répondre réellement et pas en suspendant les tomates turques, sans, soi-disant, provoquer un risque de guerre mondiale ...

Si le conflit est postmoderne, il doit l'être pour tous. Ou bien cette postmodernité n'est qu'un écran cachant des intérêts et des manoeuvres bien réels.
 
Etrange, non?
 
Lire la suite

Israël utilise un avion militaire russe comme bouclier. Le Réseau Voltaire

19 Septembre 2018 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #Comité pour une Nouvelle résistance, #Europe supranationale, #La France, #AMERIQUE, #L'OTAN., #La Russie, #La Syrie - La Libye - l'Iran -, #La guerre, #Daesch

Israël utilise un avion militaire russe comme bouclier
 
+

Le 17 septembre 2018, vers 22h (heure locale), un turbo-propulseur Il-20 militaire russe a disparu des écrans radars en Méditerranée, à environ 35 kilomètres des côtes syriennes. Il retournait à la base aérienne d’Hmeymim avec 14 personnes à son bord.

L’incident est survenu alors qu’une bataille faisait rage dans la zone. Quatre F-16 israéliens attaquaient depuis les eaux internationales l’Institut des industries techniques de Lattaquié. La défense anti-aérienne syrienne est parvenue à détruire en vol plusieurs missiles ennemis.

Israël attaque désormais tous les centres de recherche scientifique liés aux armées. Il s’agit de poursuivre le programme d’assassinat des scientifiques militaires non-Israéliens du Moyen-Orient, tel qu’il a été déjà mené en Iran et en Iraq.

L’attaque israélienne a été précédée par l’intrusion d’un avion Torpedo britannique.

Les États-Unis ont accusé la Syrie d’avoir détruit l’avion russe par inadvertance dans le feu de l’action.

Cependant, la Syrie accuse la frégate française l’Auvergne d’avoir participé à la bataille, ce que Paris nie comme à son habitude.

De nombreux satellites ont observé la bataille du 17 septembre et en conservent des enregistrements.

L’Iliouchine Il-20 était un quadrimoteur à hélices qui menait une mission d’observation des forces occidentales dans la zone et des drones des jihadistes au moment où la bataille a débuté.

L’étude des enregistrements montre que (1) la France a bien tiré des missiles sur la Syrie (2) un des avions israéliens s’est caché derrière l’appareil russe, de sorte qu’un tir syrien le visant a atteint l’Il-20.

Le fait d’utiliser un avion d’un pays tiers pour se protéger de la DCA ennemie constitue un acte de guerre. C’est ce qu’a fait Israël à l’encontre de la Russie.

Lire la suite

Un avion militaire russe abattu par les missiles français?

18 Septembre 2018 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #Comité pour une Nouvelle résistance, #Europe supranationale, #La France, #AMERIQUE, #L'OTAN., #La Russie, #La Syrie - La Libye - l'Iran -, #La guerre, #Daesch

Mardi 18 Septembre  2018 2:54 du matin
La base aérienne russe Hmeimim en Syrie ©AFP
La base aérienne russe Hmeimim en Syrie ©AFP

Des cibles russes à Lattaquié ont été attaquées, lundi soir, par Israël secondé par la France. 

Des dernières informations, en provenance de la Syrie, font état d'une attaque balistique conjuguée France/Israël contre des cibles russes à Lattaquié. Selon le ministère russe de la Défense, peu après des frappes aux missiles, depuis quatre F-16 israéliens, contre la banlieue de Lattaquié, une frégate française a visé un avion russe au dessus de la Méditerranée avec 14 militaires à bord.

L'appareil, un II-20 a perdu tout contact avec la base aérienne russe Hmeimim vers 00h23 (Heure locale) après que la frégate française Auvergne a tiré des missiles. Il survolait la Méditerranée à 35 km de la côte syrienne. Pour la première fois depuis le début de la guerre contre la Syrie, Israël se fait accompagner de l'un des membres de l'Otan, la France pour frapper non seulement des sites militaires syriens mais aussi des cibles russes.

Le ministère russe de la Défense a affirmé dans un communiqué, émis le 17 septembre, que l’attaque de missiles sur la ville syrienne de Lattaquié a été réalisée depuis la mer parallèlement au tir de missiles israéliens contre des cibles russes à Lattaquié.

Le commandement central de l’armée syrienne a annoncé, dans un communiqué, que les chasseurs du régime israélien ont attaqué lundi soir un établissement des industries techniques à Lattaquié. L’attaque a causé des dégâts matériels et tué deux personnes qui étaient sur place.   

« L’ennemi veut ainsi rehausser le moral chez les groupes terroristes échoués à Idlib face aux victoires fulgurantes de l’armée. Cela affirme encore une fois de plus qu’Israël soutenait directement les terroristes en Syrie », indique le communiqué.

L’agence d’informations syrienne SANA a annoncé plutôt que les systèmes de défense antiaérienne de l'armée syrienne avaient repoussé lundi une attaque de missiles menée depuis" air et mer "contre la banlieue de la ville de Lattaquié.

Selon les premières informations, sept personnes ont été blessées dans cette frappe de missiles. La DCA syrienne a violemment repoussé cette attaque qui a visé la base aérienne de Hmeimim et le village de Boulad à Homs soit des cibles militaires et civiles, a annoncé l’agence SANA, ce lundi. 

Samedi 15 septembre, la défense antiaérienne syrienne a intercepté plusieurs missiles aux abords de l'aéroport international de Damas. Le raid a été effectué par deux avions israéliens depuis l'espace aérien libanais.

À suivre.....         

Nous vous proposons cet article afin d’élargir votre champ de réflexion.

Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions ce point de vue.

La rédaction du blog

Lire la suite

Il-20 russe: des F-16 israéliens ont dévoyé les S-200 syriens à dessin

18 Septembre 2018 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #Comité pour une Nouvelle résistance, #Europe supranationale, #La France, #AMERIQUE, #L'OTAN., #La Russie, #La Syrie - La Libye - l'Iran -, #La guerre, #Daesch

Mardi 18 septembre 2018. 9:14 du matin
Il-20 russe: des F-16 israéliens ont dévoyé les S-200 syriens à dessin

Le danger d'une confrontation frontale avec la Russie a frôlé la "Macronie" : dans la matinée de mardi 18 septembre, un communiqué du ministère russe de la Défense pointait de doigt la France pour avoir tiré un missile en direction d'un avion Il-20 russe qui a disparu depuis des radars. Terrorisé à l'idée d'avoir à subir une riposte russe, l'état-major des armées françaises a aussitôt démenti, en affirmant n'être pour rien dans l'incident. Un nouveau communiqué du ministère russe de la Défense vient de tomber affirmant que l'appareil a été abattu par des systèmes syriens S-200 en raison des actions «irresponsables» et «provocatrices» d'Israël. Pourquoi "irresponsables" et "provocatrices"?

 

Le porte-parole du ministère russe de la Défense, Igor Konachenkov, répond : "Menant des frappes en Syrie, des pilotes israéliens se sont abrités derrière l'avion russe Il-20 qui s'est retrouvé sous le feu des systèmes de défense aérienne syriens S-200". Le haut gradé a qualifié cette action de l'armée israélienne de «provocation» avant de poursuivre : "Nous considérons ces actions provocatrices d'Israël comme hostiles. À la suite des actes irresponsables de l'armée israélienne, 15 militaires russes ont perdu la vie. Cela ne correspond absolument pas à l'esprit du partenariat russo-israélien".

De tout évidence ce partenariat qui n'a jamais réellement existé, vient de briser en mille morceaux : "Via la ligne rouge, l'armée israélienne a prévenu la Russie d'une opération militaire en Syrie seulement une minute avant de mener les frappes, ce qui n'a pas permis de faire revenir l'Il-20 dans une zone sécurisée".  

Dans l'imbroglio qu'est la stratégie syrienne d'Israël, ce dernier vient à nouveau de tomber dans son propre piège. À preuve, groggy, l'ambassade d'Israël à Moscou a refusé de commenter les déclarations de ministère russe de la Défense surtout que "la Défense russe affirme se réserver le droit à une réponse adéquate après les actions hostiles d'Israël en Syrie, a souligné le porte-parole du ministère russe".

 

S'il est vrai que la "Macronie" a bien échappé à une riposte russe presque par miracle, ce ne serait plus le cas du régime de Tel-Aviv : Hésitant depuis le début du conflit, la Russie est désormais en droit de créer une zone d'exclusion aérienne en Syrie à l'aide de ses S-300 et de ses S-400. Cette zone no-fly pourrait aussi impliquer des escadrons de SU-35 ou de MIG-35 dotés d'imparables missiles lesquels pourront clouer au sol non pas seulement l'armée de l'air d'Israël mais aussi l'armada USA/OTAN. Les manœuvres russes en Méditerrané ont déjà prouvé les capacités de Moscou à créer une zone d'exclusion aérienne en Méditerranée au-dessus des bases britanniques de Chypre. Le méga faux-pas de Tel-Aviv pourrait accélérer les choses. Le temps de l'immunité pour la bande guerrière de Tel-Aviv est révolu. Gare aux USA, au président Macron ou encore à la PM britannique... 

 

Nous vous proposons cet article afin d’élargir votre champ de réflexion.

Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions ce point de vue.

La rédaction du blog

Lire la suite

Folie criminelle occidentale cette nuit en Syrie. Supplément à La lettre du MMJ. Marc Jutier.

18 Septembre 2018 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #Comité pour une Nouvelle résistance, #Europe supranationale, #La France, #AMERIQUE, #L'OTAN., #La Russie, #La Syrie - La Libye - l'Iran -, #La guerre, #Daesch

SPÉCIAL N° 1 (18/09/18): Folie criminelle occidentale cette nuit en Syrie. Supplément à La lettre du MMJ

Supplément à La lettre du MMJ / SPÉCIAL N° 1 (18/09/18)

 

 

Le 17 septembre, vers 22h00 heure de Paris, tout contact a été perdu avec l'équipage de l'appareil russe Il-20 qui était de retour sur la base aérienne de Hmeimim, à 35km de la côte syrienne, avait annoncé le ministère russe de la Défense. La perte de tout contact avec l'appareil a coïncidé avec les frappes de l'aviation israélienne contre la Syrie et le tir de missiles depuis un navire français, précise le département militaire.

 

Au cours de la journée de mardi, le ministère russe de la Défense a déclaré que le Il-20 disparu en Syrie avait bel et bien été abattu par des systèmes syriens S-200, en raison des actions «irresponsables» et «provocatrices» d'Israël.

 

Cette nuit, les israéliens et les français ont mené une attaque de missiles aériens et maritimes contre des objectifs militaires et civils sur le sol syrien. Alors que la Russie et la Turquie venaient de négocier la démilitarisation partielle d'Idlib permettant le désarmement, l'évacuation de groupes djihadistes de zones résidentielles, la Syrie a subi dans la soirée du 17 septembre 2018 des bombardements importants dans le secteur de Lattaquié par des missiles "provenant de la mer" sur plusieurs installations militaires, à priori du hezbollah, et civiles dont l'Institut des industries techniques.

 

Vers 20h00 GMT le 17 septembre, la frégate lance missiles française FS Auvergne, positionnée au large des côtes syriennes a tiré plusieurs missiles de type SCALP.

 

Immédiatement après, un avion de surveillance électronique russe de type EW Il-20, avec à son bord 14 membres d'équipage et opérateurs, qui surveillait l'espace aérien syrien a disparu des radars.

 

Vers 22h00 GMT, 4 chasseurs bombardiers israéliens ont tiré des salves de missiles sur le secteur syrien de Lattaquié. La défense antiarienne syrienne appuyée des S400 russes ont détruit de nombreux missiles mais des explosions importantes ont été entendues aussi au sol.

 

Tel Aviv, comme à son accoutumée ne fait aucun commentaire, Washington accuse la défense syrienne de la destruction de l'avion russe.

 

Moscou avait averti que la défense antiaérienne russe riposterait à toute nouvelle attaque contre la Syrie et viserait les lanceurs aériens ou navals des bombardements.

 

Cette attaque par les forces occidentales constitue une très grave escalade de la guerre en Syrie, d'autant plus que,même si ce sont des objectifs du hezbollah qui ont été officiellement ciblés à priori, Lattaquié est aussi la zone syrienne où se trouvent les bases russes de Tartous et Hmeymim.

 

Netanyahou est un psychopathe … heureusement que Vladimir Poutine est un homme responsable et de sang froid, autrement, cela pourrait rapidement dégénérer en un conflit beaucoup, beaucoup plus grave !!

 

A suivre donc !

 

18/09/2018.

CNN critiquée sur le Net pour avoir diffusé des «fake news» sur l’avion russe disparu - sptnkne.ws/j84s (mis à jour 10:24 18.09.2018)

La Défense russe dévoile qui a abattu le Il-20 en Syrie - sptnkne.ws/j84R (mis à jour 10:12 18.09.2018)

Un avion russe disparaît des radars en Syrie, la France «dément toute implication» - sptnkne.ws/j83T

Des tirs de missiles enregistrés depuis une frégate française en Méditerranée - sptnkne.ws/j8wS

Un avion militaire russe abattu par les missiles français - presstv.com/DetailFr/2018/09/18/574460/Un-avion-militaire-russe-abattu-par-les-missiles-franais

La DCA syrienne repousse une attaque de missiles dans les alentours de Lattaquié (vidéos) - sptnkne.ws/j8tJ

La France ou Israël ont-ils abattu un avion militaire Russe? - rusreinfo.ru/fr/2018/09/la-france-ou-israel-ont-ils-abattu-un-avion-militaire-russe/

 

17/08/2018. Escalade en Méditerranée orientale. Doublement des navires de guerre russes et américains - numidia-liberum.blogspot.com/2018/09/escalade-en-mediterranee-orientale.html

 


 
18/09/2018
Lire la suite
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 > >>