Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Lucien PONS

la nation .

La meilleure arme des euroïnomanes: la dispersion des défenseurs de la nation. Par Denis Collin.

3 Avril 2019 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #"Comité pour une Nouvelle Résistance-CNR"., #La nation .

La meilleure arme des euroïnomanes: la dispersion des défenseurs de la nation. Par Denis Collin.
La meilleure arme des euroïnomanes: la dispersion des défenseurs de la nation

L’expérience montre chaque jour que la construction du « machin » nommé « Union Européenne » n’est nullement la construction d’une coopération entre les nations pour le plus grand bien des peuples, mais au contraire une machine de guerre contre les acquis sociaux, la démocratie et le bien commun. Mais pourquoi cette expérience, si douloureuse pour la majorité de notre peuple, ne trouve pas une expression politique cohérente et suffisamment ferme pour qu’on puisse envisager un rapide changement de cours? Bien que les raisons de cette situation déraisonnable soient nombreuses, une des plus sérieuses me semble être la dispersion des forces « souverainistes » et la confusion quant aux propositions politiques.

On n’en finirait pas d’énumérer les partis, organisations, mouvements, groupes, chapelles, réservoirs de pensée, etc. qui affirment la nécessité d’une rupture avec l’UE. Par un premier tri, on pourrait éliminer ceux qui agitent la question de l’UE sans jamais évoquer la sortie de l’euro ni, a fortiori, la rupture avec les structures et la discipline communautaires. Mais après ce premier tri, il reste encore beaucoup de monde!

Notre collectif (CNSJS) s’est construit pour lutter contre cet émiettement. Notre propos n’a jamais été de construire un nouveau parti (il y a en assez comme ça et pour tous les goûts!) et donc n’avons pas un programme achevé pour la France de demain! Parmi nous certains sont pour un changement radical de République (pour une sixième République) alors que d’autres pensent que c’est seulement le mauvais usage qu’ont fait les gouvernements récents de ces institutions qui est en cause. Certains se réclament de la tradition socialiste-communiste, c’est-à-dire qu’ils militent pour transformer les rapports sociaux de production pendant que d’autres estiment qu’on peut réguler le capitalisme par l’intervention de l’Etat. Nous n’avons nullement l’intention de régler ces divergences fondamentales par des discussions au sein de notre collectif. Ce sera le moment venu au peuple de décider lui-même dans quel sens on doit aller. Mais pour que le peuple puisse décider, il faut rétablir les conditions d’une véritable décision démocratique, donc les conditions de la souveraineté nationale. C’est aussi simple que cela!

Ce qui est nécessaire, ce qui est urgent, c’est donc d’engager devant tout le pays – à la mesure de nos moyens – la discussion pour sortir du carcan imposé par l’UE. C’est pourquoi nous faisons appel à tous pour fournir des analyses et arguments en vue de contrer la propagande qui se déverse à flots continus dans les médias dominants. C’est dans ce cadre que nous ouvrons largement nos colonnes aux analyses sur l’euro en vue d’organiser des réunions publiques à Paris et province autour de cette question, tant est-il que la question de la monnaie est la question du pouvoir par excellence.

le 31 mars 2019 – Denis Collin

Lire la suite

Pétition. NON au traité d’Aix-la-Chapelle entre la France et l'Allemagne !

21 Janvier 2019 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #Les Gilets Jaunes, #"Comité pour une Nouvelle Résistance-CNR"., #La nation ., #La France

Pétition:

NON au traité d’Aix-la-Chapelle
entre la France et l'Allemagne !

Propos liminaires:


Cet article a pour but d'alerter, de dénoncer, de s'opposer au traité inique d'Aix la Chapelle qui doit être signé par Emmanuel Macron le 22 janvier 2019. Ce traité a été dévoilé le 8 janvier 2019 seulement ! Les grands médias sont curieusement aux abonnés absents pour informer le public.

Voici en perspective quelques traits inquiétants, même si ce n'est pas explicitement dit:

  • Partage du siège de membre permanent au Conseil de Sécurité avec l'Allemagne. Donc à terme ce siège reviendra à l'Allemagne car nos zélites , comme en 1940, préfèrent la collaboration et la soumission avec des intérêts étrangers plutôt que de défendre les intérêts de la France et de son peuple.
  • Nier le référendum de 2013 sur le projet d'eurorégions en Alsace Lorraine où la question posée proposait la création de l’eurorégion transfrontalière avec fusion des départements du Haut Rhin, du Bas Rhin et de la région Alsace. Le non avait été majoritaire. Mais ce qui a été refusé par le peuple n'a pas d'importance, les zélites en décident autrement. C'est bien l'objectif de ce traité que de créer des "Euro Districts". Concernant l'Alsace et la Lorraine il s'agira peu à peu de revenir à la situation voulue par Bismarck en 1870 et renouvelé par Hitler en 1940 avec la signature de l'armistice par Pétain. La loi germanique s'appliquera peu à peu sur ce territoire français!
  • La soi-disant armée européenne de défense, déjà mise en chantier dans les années 1950 par la création de la CED, sera quand même soumise aux ordres de l'OTAN. Elle aura pour but de rapprocher, voire plus, les armées allemandes et françaises.  Ces dernières années les différents gouvernements sous prétexte d'obéir à "l'EUROPE", ce qui est un peu vrai, ont eu de bien curieux comportements ! les industries d'armements relevant de la sécurité du territoire national ont toutes été bradées aux puissances étrangères pour l'instant amies, USA, Allemagne,... . En fait cette armée de défense européenne sert à dissimuler la cession de l'arme nucléaire à l'Allemagne. Ceci nous sera vendu par les éléments de langage liés à notre endettement excessif, à la sacro-sainte amitié franco-allemande mise en avant seulement de ce côté-ci de la frontière et autres tares inhérentes à ce peuple gaulois qui "fume des clopes et sent le diesel". Le locataire actuel de l'Elysée est très en pointe dans ce tropisme anti-France qui pourrait s'assimiler à de la "Haute Trahison". La vente d'Alstom en 2014 lorsqu’il était ministre de l’économie et qu’il pouvait s’opposer à celle-ci, est la partie émergée de cet iceberg d'ignominies.
  • Que dire encore de l'abandon progressif de notre langue...

 

Pour conclure, je tiens à préciser que le fait de proposer une pétition contre la trahison en catimini par notre exécutif - qui est proposée actuellement à ma connaissance par ce site seulement - ne constitue en aucun cas un soutien aux autres propos et thèses développés par ce média. Mon but n'est en aucun cas de faire de la publicité pour ce dernier, mais bien d'alerter mes concitoyens sur les dangers de ce traité. J'aimerais que d'autres propositions de contestation affluent et je relaierai celles-ci également.

Bien cordialement

Lucien Pons.

 

SIGNEZ LA PETITION !

NON au traité d’Aix-la-Chapelle
entre la France et l'Allemagne !

non-traite-aix-la-chapelle

Macron est en train de jouer l’avenir de la France... dans votre dos !
Exprimez votre refus en signant la pétition et diffusez-la d'urgence avant le 22 janvier.

Madame, Monsieur,

Sans même consulter le peuple français, Emmanuel Macron va tenter de soumettre un peu plus la France à l’Allemagne, en signant un véritable Traité de Versailles à l'envers.

Un mois après avoir signé en catimini le Pacte de Marrakech sur l’immigration, Macron s’apprête à récidiver le 22 janvier prochain avec le Traité d’Aix-la-Chapelle.

Et en ajoutant au passage toujours plus de technocratie « européenne ».

Il a fallu attendre le 8 janvier, soit deux semaines à peine avant sa signature, pour que l’Élysée publie un communiqué annonçant ce traité, en prenant bien soin d'éviter de joindre le texte !

Il se fiche vraiment de la tête des Français !

De nombreux médias ont alors repris mot pour mot la propagande officielle.

Le but de cette manipulation est simple : ils veulent diaboliser tous ceux qui s’opposent au pouvoir de Macron et à la technocratie de l’Union européenne.

Pour cela, ils sélectionnent soigneusement quelques « fausses informations », comme celle évoquant la perte de l’Alsace-Lorraine. Ils focalisent tout leur discours dessus, comme si tous les Français inquiets pour l’avenir de leur pays le croyaient sérieusement, les faisant « subtilement » passer pour des débiles et discréditant par avance toute tentative d’opposition.

Si ces médias faisaient honnêtement leur travail, ils auraient pu relever à quel point ce Traité d’Aix-la-Chapelle est objectivement déséquilibré en faveur de l’Allemagne.

Sur les 28 articles qu’il contient, pas un seul ne sert avant tout les intérêts français.

Au contraire, l’article 8 engage la France à avoir pour « priorité » de faire de l’Allemagne un membre permanent du Conseil de sécurité de l’ONU. Cette exigence rappelle celle du vice-chancelier allemand Olaf Scholz en novembre dernier, quand il réclamait de la France qu’elle abandonne son siège permanent au profit de « l’Union Européenne ».

En plus de dilapider notre puissance diplomatique, le Traité d’Aix-la-Chapelle met l’armée française, 5ème du monde, au service de la sécurité allemande « en cas d’agression ». Quant à la langue allemande, bien moins rayonnante que le français à l’international, elle est pourtant placée sur un pied d’égalité et promue sur l’ensemble de notre territoire.

Plus grave encore, ce traité s’attaque à notre indépendance en tant que nation.

Sous les titres pompeux de « Conseil d’experts économiques » et « Conseil de défense et de sécurité », des organes technocratiques de contrôle franco-allemands vont être créés, avec un droit de regard sur des pans entiers de notre souveraineté. Le tout, sans que leurs membres n’aient été élus démocratiquement.

Et c’est bien vous qui allez devoir payer pour ça. Comme pour la création d’un « Fonds citoyen commun destiné à encourager et à soutenir les initiatives de citoyens ». Vos impôts, encore !

Les articles 13 et 14 du traité s’en prennent à l’unité de notre pays en encourageant la modification de « la législation » dans les régions frontalières, transformées en « eurodistricts », et le passage en force par « dérogations ».

Pendant ce temps, un ministre allemand pourra assister librement au Conseil des ministres français, coeur même de nos choix politiques et de nos décisions stratégiques…

Que reste-t-il après cela de notre liberté de peuple ?

Les Français n’ont jamais voté pour que leurs représentants agissent sous le regard, pour ne pas dire la contrainte, de dirigeants et de technocrates étrangers.

Sous couvert de coopération et de réciprocité, ce Traité d’Aix-la-Chapelle marque en réalité une entreprise de soumission de la France à l’Allemagne.

De plus en plus isolée sur la scène internationale, Angela Merkel use d’Emmanuel Macron comme d’une béquille afin de servir les intérêts allemands.

C’est une véritable capitulation historique dans laquelle Macron veut nous entraîner : dès son préambule, ce traité prévoit de « faire converger » la France avec le système allemand, au détriment de notre souveraineté et de notre liberté. Comprenez : la France va servir de marche-pied aux ambitions allemandes.

Et pourquoi s’aligner ainsi sur l’Allemagne, en laissant de côté le reste des nations européennes ?

Voilà pourquoi il est plus qu’urgent de nous mobiliser.

Avant même les élections européennes de mai prochain, nous devons faire reculer Macron dans son entreprise de rabaissement de la France et de démolition de notre souveraineté.

Signez la pétition contre le Traité d’Aix-la-Chapelle et partagez-la autour de vous !

Un grand merci pour votre action.

L’équipe Damoclès

 

 

https://damocles.co/non-traite-aix-la-chapelle/merci

Lire la suite

«J'ai un peu le cœur jaune» : Benalla consulté par Macron sur la crise des Gilets jaunes ?

2 Janvier 2019 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #Les Gilets Jaunes, #La nation .

«J'ai un peu le cœur jaune» :

Benalla consulté par Macron

sur la crise des Gilets jaunes ?

 
«J'ai un peu le cœur jaune» : Benalla consulté par Macron sur la crise des Gilets jaunes ?© Piroschka van de Wouw Source: Reuters
Un manifestant participe à la marche des Gilets jaunes à Paris le 8 décembre 2018 (image d'illustration).
 

Interviewé par Mediapart, l'ancien collaborateur de l'Elysée dit entretenir des contacts avec Emmanuel Macron qui lui demanderait conseil sur divers dossiers. Alexandre Benalla livre également des détails sur l'usage de son passeport diplomatique.

Dans une interview à Mediapart publiée le 31 décembre, Alexandre Benalla a affirmé avoir continué à échanger régulièrement avec Emmanuel Macron via la messagerie cryptée Telegram, et ce encore longtemps après son licenciement de l'Elysée au mois de juillet 2018. Dans un courrier à Patrick Strzoda, dont l'AFP avait obtenu une copie le 28 décembre, l'ancien conseiller de la présidence avait déjà déclaré entretenir des «échanges réguliers» avec «certains membres de la présidence». Pourtant, la présidence avait assuré ne plus entretenir aucun contact avec l'ancien chargé de mission. Pour sa part, le palais de l'Elysée a accusé Alexandre Benalla d'entretenir «tout un faisceau de contrevérités et d'approximations» et a estimé auprès de l'AFP que ce dernier «se venge de son licenciement pour faute grave».

Le ministère des Affaires étrangères a également dénoncé des propos «faux» et «fantaisistes» d'Alexandre Benalla. Le Quai d'Orsay a également affirmé que ce dernier n'avait «bénéficié d'aucune indulgence particulière» de sa part et que «plusieurs démarches» ont été effectuées par le ministère pour obtenir la restitution des passeports diplomatiques de l'ex-collaborateur du président Emmanuel Macron dès le 8 novembre.

Un homme de conseil ?

Quel rôle Alexandre Benalla a-t-il joué avant et après l'affaire ? L'ancien homme de confiance d'Emmanuel Macron assure en tout cas avoir livré ses conseils au chef d'Etat, notamment sur la crise des Gilets jaunes et affirme détenir des preuves de ces conversations. «Ça va être très dur de le démentir parce que tous ces échanges sont sur mon téléphone portable. Nous échangeons sur des thématiques diverses. C’est souvent sur le mode "comment tu vois les choses ?" Cela peut aussi bien concerner les Gilets jaunes, des considérations sur untel ou sur untel ou sur des questions de sécurité», explique l'ancien collaborateur du président de la République. A propos du mouvement, il lâche d'ailleurs : «J'ai un peu le cœur jaune.» Et Mediapart de préciser : «L’intéressé dit d’ailleurs avoir été consulté par Emmanuel Macron sur cette crise sociale durant le mois de décembre.»

Ces échanges avec Emmanuel Macron auraient eu lieu jusqu'aux récentes révélations du média en ligne sur l'utilisation par Alexandre Benalla d'un passeport diplomatique pour des voyages d'affaires en Afrique. «Là, le lien est coupé», explique-t-il. Après ces révélations, le ministère des Affaires étrangères a déclaré avoir saisi le procureur de la République qui a ouvert une enquête pour «usage sans droit» de passeports diplomatiques.

J'ai un peu le cœur jaune

Alexandre Benalla, qui a récemment effectué plusieurs voyages en Afrique (où il a notamment rencontré le dirigeant du Tchad Idriss Deby), et en Israël, affirme également avoir toujours rendu compte au président ou à son entourage de ses faits et gestes : «J'explique que j’ai vu telle personne, je détaille les propos qui m’ont été rapportés et de quelle nature ils sont. Après, ils en font ce qu’ils veulent. Y compris le président de la République, qui est informé en direct.»

Le Palais présidentiel avait pourtant insisté le 25 décembre sur le fait qu'Alexandre Benalla n'était «pas un émissaire officiel ou officieux» de la présidence.

L'ancien homme de confiance continue pourtant de tendre la main et de donner son avis : «Je suis un élément extérieur qui veut du bien au mec [Emmanuel Macron] qui lui a fait confiance [...] J’aurais pu claquer la porte et passer à autre chose. Mais on continue à me solliciter, alors je continue à répondre [...] Cela dérange un certain nombre de personnes, qui sont puissantes et qui font comme si le président était sous curatelle. Ils lui font faire des conneries phénoménales.»

Des passeports diplomatiques dans les cartons

Alexandre Benalla détaille aussi les conditions dans lesquelles ses effets personnels lui ont été rendus... en même temps que ses fameux passeports diplomatiques : «Je rends une partie de mes effets personnels à la suite d’un mail que j’ai reçu du général Bio-Farina [commandant militaire de l’Elysée] autour du 30 juillet, qui me demande de prendre contact avec son adjoint, un commandant. À la fin du mois d’août, je dépose tout, dont les passeports diplo. Comment peuvent-ils dire que cela n’a pas existé ? Au mois de septembre, on m’appelle pour me dire "Alex, on a encore un carton à toi avec des affaires, il faudrait que tu les récupères". Quand je me rends à l’angle de l’avenue Gabriel et de la rue de l’Elysée pour récupérer ces effets début octobre, il y a dans un sac plastique un chéquier, des clés et… les passeports diplomatiques.»

Lorsque Mediapart lui demande pourquoi cette restitution a-t-elle eu lieu dans la rue, Alexandre Benalla répond : «Parce que je suis comme un pestiféré.» L'intéressé assure par ailleurs que le salarié de l'Elysée qui lui a restitué les passeports lui aurait également conseillé : «Tu ne fais pas de bêtises avec.» Pourtant l'ancien conseiller s'étonne : «La personne qui me les rend le fait sur instruction. Qui peut donner l’instruction ? A minima le directeur de cabinet du président, ou au mieux le secrétaire général de l’Elysée.» Mediapart va plus loin : «Le président lui-même ?» Mais l'ancien conseiller esquive : «Ça, faudra leur demander.»

Quand je récupère ces effets début octobre, il y a dans un sac plastique un chéquier, des clés et… les passeports diplomatiques

Quoiqu'il en soit, Alexandre Benalla a dû y voir une invitation à les utiliser : «Si on ne veut pas que j’utilise ces passeports, il n’y a qu’à les désactiver et les inscrire à des fichiers.» Et de préciser qu'il les a utilisés pour entrer dans «une dizaine de pays» depuis l'automne : «Quand vous voyagez à l’étranger avec un passeport diplomatique, l’ambassade de France est au courant que vous arrivez.»

Fait étonnant, l'Elysée a démenti ce 31 décembre avoir remis ses passeports à Alexandre Benalla.

Lire la suite

Gilets Jaunes: la "Contagion"a atteint 22 pays dans le monde!!!

28 Décembre 2018 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #Europe supranationale, #La nation .

Gilets Jaunes: la « contagion » a atteint 22 pays dans le Monde!! ..

 

 

Le silence médiatique est assourdissant, il ne faudrait pas motiver encore plus qu’ils ne le sont déjà, les Gilets Jaunes de France.

Les Médias français se gardent bien d’aborder ce sujet: le mouvement des « Gilets Jaunes » s’exporte partout dans le monde: en Europe, en Afrique, en Amérique, en Asie… Pour contrer (à mon petit niveau) ce silence médiatique, je vous propose donc un « tour du monde des Gilets Jaunes »… 

A Taïwan, la Ligue pour la réforme fiscale et juridique (qui milite depuis décembre 2016 pour obtenir une justice fiscale), a organisé une marche de Gilets Jaunes le 19 décembre. A Taipei (capitale de Taïwan), plus de 10 000 manifestants ont répondu à l’appel (Source: Taïwan News)

En Bulgarie, les manifestants antigouvernementaux ont commencé à porter des gilets jaunes dès le 16 novembre (Source: LCI)

Au Canada, les Gilets Jaunes de l’Alberta et des provinces de la Saskatchewan protestent contre la taxe gouvernementale sur le carbone et contre la signature récente d’un pacte sur la migration (Source: CTV News)

En Croatie, le 15 décembre 2018, des Gilets Jaunes ont manifesté à Zagreb, Pula et Rijeka (Source: Index.hr)

En Égypte, un avocat a été arrêté pendant 15 jours après avoir publié une photo de lui-même vêtu d’un gilet jaune pour soutenir les manifestations en France (Source: Jerusalem Post). La vente de gilets jaunes a même été interdite en Egypte!! (Source: The Guardian)

En Allemagne, les Gilets Jaunes manifestent devant la porte de Brandebourg et à Munich (Source: Spiegel)

Manifestation de Gilets Jaunes à Munich (Allemagne)

Manifestation de Gilets Jaunes à Munich (Allemagne)

En Hongrie, des milliers de Gilets Jaunes protestent contre le gouvernement Orban dans les rues de Budapest (Source: Le Monde)

En Irak, le 5 décembre, des Gilets Jaunes ont manifesté à Bassorah pour obtenir davantage de possibilités d’emploi et de meilleurs services publics. Le gouvernement a tiré sur les manifestants à balles réelles (Source: NBC News)

En Israël, les incertitudes économiques et la corruption ont conduit à un rassemblement de Gilets Jaunes à Tel Aviv le 14 décembre (Source: Jerusalem Post)

En Italie, la manifestation des Gilets Jaunes a inspiré un mouvement pro-gouvernemental mais anti-Européen: « Nous sommes inspirés par les Gilets Jaunes français, mais nous sommes motivés par d’autres questions. Contrairement aux Français, nous soutenons notre gouvernement. Nous protestons contre l’Europe. Nous voulons que l’Europe n’interfère plus avec la politique italienne. » (Source: The Guardian)

En Jordanie, des manifestants jordaniens critiquant la situation économique dans le pays ont commencé à endosser des gilets jaunes alors que les manifestations se propageaient à l’extérieur de la capitale (Source: The National)

Aux Pays-Bas, le 1er décembre, des Gilets Jaunes ont manifesté dans des villes néerlandaises. De nouvelles manifestations ont eu lieu le 8 décembre, au cours desquelles des manifestants pacifiques ont traversé Rotterdam (Source: NL Times)

Au Pakistan, des centaines d’ingénieurs ont organisé une journée de protestation à Lahore avec des gilets jaunes (Source: Pakistan Today)

En Pologne, le 12 décembre, un groupe d’agriculteurs a bloqué l’autoroute A2 à 30 kilomètres de Varsovie, réclamant une indemnisation pour les porcs qu’ils étaient obligés d’abattre (en raison de la peste porcine africaine) et protestant contre l’importation de produits agricoles ukrainiens non étiquetés par rapport à leur pays d’origine. Le ministre de l’Agriculture, Jan Krzysztof Ardanowski, a rencontré les manifestants pour leur expliquer que le gouvernement allait satisfaire toutes leurs revendications (Source: New York Times)

Au Portugal, le 21 décembre 2018, un rassemblement de Gilets Jaunes a été organisé sous le slogan « Vamos Parar Portugal », ce qui se traduit approximativement par « Arrêtons le Portugal » (Source: Euronews)

En Russie, le 23 décembre 2018, des manifestants portaient des gilets jaunes lors d’un rassemblement contre l’augmentation des frais de stationnement à Moscou (Source: Kommersant)

En Serbie, une organisation de défense des droits civils « Združena akcija Krov nad glavom » (traduction: action combinée, un toit sur la tête) a commencé à utiliser des gilets jaunes dans le cadre de ses manifestations pour s’opposer à l’expulsion d’un habitant du district de Mirijevo à Belgrade et pour faire preuve de solidarité et d’une cause commune avec le mouvement des Gilets Jaunes français (Source: N1 Info)

En Tunisie, un groupe dérivé, les Gilets Rouges, est apparu sur Facebook, appelant à des manifestations contre la situation économique du pays (Source: Independent)

Le symbole a également été utilisé par des manifestants au Royaume-Uni, en Suède et en Grèce (Source: BBC)

En Belgique, le mouvement « Gilets Jaunes » est très actif depuis 1 mois.
La police anti-émeute à Bruxelles a été la cible de billes de billard et de pavés le 30 novembre. Elle a riposté avec des canons à eau. 60 arrestations ont été effectuées pour trouble à l’ordre public (Source)
Plusieurs dépôts de pétrole ont été bloqués en Wallonie le 16 novembre 2018 (Source). Certains Gilets Jaunes belges ont commencé à former un parti pour les élections fédérales belges prévues en 2019 sous le nom de « Mouvement citoyen belge » (Source)
Le 8 décembre, des manifestants réclamant la démission du Premier ministre Charles Michel ont tenté de franchir un barrage antiémeute, la police a utilisé des gaz lacrymogènes et des canons à eau pour disperser les manifestants. Les manifestants ont jeté des pierres, des fusées éclairantes et d’autres objets sur la police, une centaine de manifestants ont été arrêtés (Source)

Les médias se gardent bien de parler de cette contagion mondiale du phénomène « Gilets Jaunes ». Il ne faudrait pas que ça motive encore plus les Gilets Jaunes Français!! Charge à nous de faire circuler ces informations  🙂

 *

Lire la suite

Appel solennel à Jean-Luc Mélenchon - Tel un judoka, retourne à ton/notre avantage, l’agression politique qui a été perpétrée. Par VINCENT CHRISTOPHE LE ROUX

19 Octobre 2018 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #Comité pour une Nouvelle résistance, #Europe supranationale, #La France, #La nation ., #La République

Appel solennel à Jean-Luc Mélenchon - Tel un judoka, retourne à ton/notre avantage, l’agression politique qui a été perpétrée. Par VINCENT CHRISTOPHE LE ROUX

Appel solennel à Jean-Luc Mélenchon - Tel un judoka, retourne à ton/notre avantage, l’agression politique qui a été perpétrée

Vincent Christophe Le Roux·Vendredi 19 octobre 2018

« Les bouleversements historiques sont toujours des phénomènes collectifs et les grands personnages « font l’histoire » uniquement dans la mesure où ils saisissent les occasions qui s’offrent à eux.» Lu dans l’Histoire populaire de la France de la Guerre de Cent Ans à nos jours, de Gérard Noiriel aux Editions Agone, septembre 2018 (page 15).*

Jean-Luc Melenchon, il ne faut surtout pas réduire la pression sur le pouvoir. Il faut même au contraire l’accentuer encore. Jusqu’au point de basculement !

Jean-Luc Melenchon, il faut même te saisir de cet événement politico-judiciaire pour t'imposer « erga omnes » comme le recours.

Il se pourrait bien que ce soit un de ces « événements fortuits » qui mettent le feu aux poudres, ou à la plaine... Pour autant que tu donnes envie à tous - et ce dès maintenant - d'allumer leurs propres feux partout en France, pour que tous ensemble ces feux soient, pour le système contre lequel nous luttons ensemble - malgré nos divergences et parfois même, convenons-en, nos vraies disputes - un gigantesque brasier !

Jean-Luc Melenchon, cela implique, de TA part - puisque c’est bien toi le « chef», tu le rappelles clairement dans la conférence de presse de ce jour - que tu redeviennes le recours aux yeux de tous en France, que tu redeviennes l'homme d'État dont tu avais montré l'image solide l'an dernier, mais que - hélas, hélas, hélas - tu as salie et décrédibilisé ces dernières semaines avec les jeux politiciens auxquels tu t’es livré, et avec l’affadissement d’une partie de ton discours quant à l’Union européenne, sans compter l’effet dévastateur de la vidéo de ta rencontre avec Macron à Marseille sur beaucoup de gens qui étaient pourtant avec toi jusqu’ici. Personne de ton entourage ne te l’a dit ? Aucun des députés n‘a jamais entendu cela de la part des « gens » qu’ils croisent dans leurs circonscriptions ? Personne n’a eu ce genre de retour très négatif ? Ou bien les avez-vous seulement considérés avec mépris et jugés qu’ils ne reflétaient que des avis extrêmement minoritaires ? C’est une folie de rester avec de telles considérations.

Jean-Luc Melenchon, ton camp qui, pour partie, était en train de se disperser du fait de certains errements constatés depuis quelques mois, s'est sans doute reconstitué du fait de ce qui vient de se passer, quelques aigris et irresponsables mis à part.

Alors, je t’en conjure, saisis cette opportunité exceptionnelle que le pouvoir en place t'offre à son corps défendant.

Parle de nouveau fort et clair.

Enchaîne très vite sur les perspectives politiques.

Reparle nous puissamment du projet politique global que tu portais l’an dernier.

Accepte d'entendre les demandes nombreuses en vue de perfectionner ce programme de gouvernement contre le capitalisme, l’impérialisme, et la folie destructrice de notre écosystème, demandes qui aspirent à ce que ce projet soit affermi, et rendu plus ambitieux encore qu’il ne l’est déjà.

Saisis le fanal de combat qui seul fera que la majorité de notre peuple te soutiendra le jour venu.

Tu sais très bien ce qu’il faut faire. Il y a quatre questions FONDAMENTALES auxquelles tu dois répondre comme il faut, si tu veux être en situation de constituer dès maintenant une majorité présidentielle qui t’élira demain !

1/ La question de la rupture avec l’UE

2/ La question de la politique à propos des migrations

3/ La question de la laïcité

4/ La question sociale

 

1/ La question de l’UE

Il est inutile que je te redise quelle est la seule stratégie de nature à nous conduire au pouvoir mais je vais le faire quand même. C’est elle de la libération. Et celle-ci ne saurait se réduire à prétendre mettre en œuvre le processus de « l’opt-out » comme tu l’as dit aux Amphis de Marseille. Et elle ne saurait consister seulement à « faire quand même » ce qu’on nous aurait « refusé » comme tu l’as dit. Il faut faire bien plus !

Il faut au minimum revenir à l’esprit initial du plan A et du plan B et tant pis si on perd Podemos en route. Ce n’est pas Podemos qui te fera gagner l’élection présidentielle, mais le peuple français !

Donc, il te faut dire avec force que le plan A ne se limite pas à négocier avec nos partenaires une refonte des traités mais qu’il consistera aussi en la mise en place immédiate, dès ton élection, de toute une série de dispositions politiques pour commencer à mettre en oeuvre notre programme, fussent-elles contraires aux traités et, en même temps, de dispositions législatives et réglementaires de protection économique monétaire, financière, diplomatique, militaire... de la France et de son peuple, le temps que l’on négocie avec nos partenaires et que l’on cherche à organiser non pas une seulement une « renégociation des traités de l’UE » mais bien une sortie collective, si possible de tous les États du Sud, en vue de refonder un tout autre système de coopération européenne. Et ce temps de la négociation devra être enfermé dans un délai court (entre 6 et 10 mois) car il ne s’agirait pas que les autres nous fassent perdre du temps en nous enferment dans un processus de négociation qui n’aboutirait à rien. Il ne s’agit pas d’utiliser l’article 50, mantra de l’UPR et de son N°1, mais de prendre des actes de pleine souveraineté, d’effet immédiat, avec l’appui direct du peuple par référendum pour court-circuiter les évidentes violations que nous ferons du droit actuel.

Sauf que pour l’instant, tu t’y refuses. C’est une folie, sauf si tu ne veux jamais accéder à la Présidence de la République. Car pour drainer autour de toi une majorité du peuple français, il te faut absolument, impérativement, inéluctablement défendre la souveraineté de notre peuple et le faire jusqu’au bout, sans t’arrêter au milieu du gué. Et donc en accepter toutes les conséquences en termes de stratégie politique.

Frédéric Lordon, Aurélien Bernier, Coralie Delaume, Jacques Cotta, Denis Collin, Olivier Delorme, Djordje Kuzmanovic et beaucoup d’autres ne cessent de donner leurs contributions, chacun à sa façon, et de t’appeler, indirectement, à assumer cette position avant que d’autres ne le fassent avec un tout autre projet que celui qui est le tien et le nôtre.

Tant pis, Jean-Luc Melenchon, si tu perds en route quelques mous du genou du type de ceux qui se font entendre de plus en plus fortement ces derniers temps. Et je vais même te dire : tant mieux si tu les perds car eux ne te feront jamais élire ! Eux seront même pour toujours l’obstacle majeur à ton élection, et donc à notre reprise de contrôle à travers toi. Il te faut gagner non pas leur soutien à eux mais celui du peuple tout entier sinon, en France aussi, ce sera l’extrême droite qui accédera au pouvoir ! Par notre faute et par notre inconséquence ! Par notre refus obstiné d’avoir voulu porter la parole qu’exige notre peuple !

Frédéric Lordon et Aurélien Bernier pour ne citer qu’eux deux ne cessent, depuis une bonne décennie, d’appeler la Gauche à cet esprit de responsabilité qui ferait que notamment sur le sujet de l’UE, et sur celui des « migrations », tu parles clair, sans tergiverser, sans donner le sentiment d’hésiter ou de zigzaguer.

Venons-en maintenant à la question des « migrations » justement. Ce à quoi je t’appelle, à la suite de tant d’autres, n’implique en rien que tu renies les deux sublimes « discours de Marseille » que tu as délivrés en 2012 et en 2017. Ils nous rendent fiers autant qu’ils t’honorent de les avoir délivrés. Mais cela implique par contre de ne pas céder un pouce au gauchisme « No-Border ». Tu as été clair sur le sujet et tu te fais critiquer par ces gauchistes pour cela. Mais alors, pourquoi donc as-tu infligé un cinglant et cruel désaveu public à ton fidèle et loyal grognard Djordje Kuzmanovic qui ne disait pas autre chose que toi ? Cela n’aurait été compréhensible que si tu t’étais aligné sur la ligne gauchiste du « No-border » or ce n’est pas ce que tu as fait alors pourquoi ce désaveu de ton conseiller pour les questions diplomatiques et militaires ?

Sur le troisième sujet, très délicat et très passionnel, celui de la laïcité. Tu n’es pas en cause directement car toi-même n’a jamais vraiment donné de gages à ceux que nous sommes nombreux à dénoncer et à fustiger. Mais tu as, hélas, au moins donné parfois le sentiment de tolérer un certain discours pourtant intolérable. Tu devrais parler fort et clair sur ce sujet auquel des millions de Français, de toutes opinions politiques, et de toutes origines comme de toutes religions pour ceux qui en ont une, sont très sensibles. Notre laïcité à nous est honnête, elle ne dissimule aucun racisme et aucune phobie à l’égard de quiconque. Mais nous devons être intraitables quant au refus des logiques essentialistes, indigénistes, racialistes et communautaristes qui gangrènent notre société, notre « contrat social », notre « vivre-ensemble » et qui menacent de plus en plus gravement et massivement les banlieues de certaines grandes villes. Il n’y a pas que Gérard Collomb aujourd’hui, ou le salopard Valls hier, pour le dire et pour tenter d’en tirer profit. De très nombreux insoumis, tu le sais bien, vivent au contact direct de ces situations et en souffrent, plus encore que les intellectuels amis qui dénoncent, à juste titre, ces situations de plus en plus explosives, et de plus en plus antinomiques avec les principes républicains. Henri Pena-Ruiz est un de ces intellectuels et nous pouvons nous honorer de bénéficier de sa proximité. Je peux également citer Jérôme Maucourant. Mais il y en a d’autres.

Enfin, la question sociale est également de celles qui feront ou non ton élection. Certes notre projet, s’il était mis en oeuvre, améliorerait déjà sensiblement la situation de millions d’entre nous. Personne ne le conteste. Mais si certains s’en satisfont, nous, nous voulons plus. Notamment parce que, conscients et informés de l‘Histoire, nous savons bien que si nous nous limitons à des mesures intermédiaires, nous échouerons in fine. Comme nous avons échoué hier à rompre les reins du capitalisme qui a repris du poil de la bête et a presque gagné la guerre sociale. Il y a pléthore d’exemples dans notre propre histoire française, comme il y en a plein ailleurs dans le monde. Il ne s’agit pas de transformer la France en une « URSS 2.0 », ni même d’imposer un « communisme de guerre ». Par contre, il s’agit de bien comprendre ce qui se joue et donc d’opposer à nos ennemis une force au moins comparable à la leur et si possible plus forte encore. Cela implique au minimum de refaire ce que fit le CNR mais cela implique aussi d’aller plus loin cette fois. Et pour cela, un certain Bernard Friot a quelques idées sur le sujet. Tu devrais t’en inspirer grandement plutôt que de le rejeter comme tu l’as fait trop souvent lors de ta campagne présidentielle.

Jean-Luc Melenchon, tu sais tout cela sans que j’aie besoin de te le dire. Alors passe aux actes. Et n’oublie pas ce par quoi je commençais ce billet :

« Les bouleversements historiques sont toujours des phénomènes collectifs et les grands personnages « font l’histoire » uniquement dans la mesure où ils saisissent les occasions qui s’offrent à eux.» [1]

L’occasion t’est offerte. Saisis-là !

Pour notre intérêt commun, à NOUS, LE PEULE SOUVERAIN !

 

[1] Lu dans l’Histoire populaire de la France de la Guerre de Cent Ans à nos jours, de Gérard Noiriel aux Editions Agone, septembre 2018 (page 15).

 

https://www.facebook.com/notes/vincent-christophe-le-roux/appel-solennel-%C3%A0-jean-luc-m%C3%A9lenchon-tel-un-judoka-retourne-%C3%A0-tonnotre-avantage-l/2128219607432536/

Lire la suite

PERQUISITIONS chez Jean-Luc Mélenchon , aux sièges du Parti de Gauche et de la France Insoumise : Les réactions de diverses organisations politiques

18 Octobre 2018 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #Comité pour une Nouvelle résistance, #Europe supranationale, #La France, #La nation ., #La République

PERQUISITIONS chez Jean-Luc Mélenchon , aux sièges du Parti de Gauche et de la France Insoumise : Les réactions de diverses organisations politiques

Le communiqué de La France Insoumise:

Coup de force policier, judiciaire et politique contre Jean-Luc Mélenchon et La France insoumise

Cher·e·s insoumis·es,

Ce mardi 16 octobre, dès 7h, le parquet de Paris, qui agit sous les ordres directs de la ministre de la justice a déclenché une opération d’ampleur contre Jean-Luc Mélenchon, la France insoumise, le Parti de Gauche et tous les anciens assistants du président du groupe de la France insoumise.

Des hommes armés, équipés de gilets pare-balles ont fouillé des domiciles personnels de militant·e·s, dans certains cas pendant 7 heures d'affilée. Ces perquisitions sont survenues au même moment qu'un remaniement désastreux pour le Président de la République, alors que l'exécutif est totalement décrédibilisé aux yeux des Français·es.

Il n'y avait aucune urgence à cette perquisition, justifiée par des déclarations fantaisistes d'une élue d'extrême-droite. Cette élue a avoué elle-même qu’elle n’était pas sérieuse, parlant d’un "pied de nez" .

Une autre plainte a poussé à ces perquisitions : celle de François Logerot, président de la commission nationale des comptes de campagne, qui a été remercié par Emmanuel Macron d'une augmentation de salaire de 57% en juin 2018 ! Or, les comptes de campagne de Jean-Luc Mélenchon ont été validés sans aucune irrégularité.

Emmanuel Macron et ses proches n’ont pas à souffrir ces persécutions. Pourtant, ils ont bénéficié de dons irréguliers pour leur campagne présidentielle. Le président de la République a aussi profité d’importantes ristournes de ses amis pour diverses prestations. Pourquoi aucune enquête préliminaire n’a été ouverte ? Afin de prouver publiquement son honnêteté, Jean-Luc Mélenchon a demandé le 8 juin 2018 le rééxamen de tous les comptes de campagne.

PERQUISITIONS chez Jean-Luc Mélenchon , aux sièges du Parti de Gauche et de la France Insoumise : Les réactions de diverses organisations politiques

Le communiqué des communistes du PRCF :

 

Et maintenant les perquisitions contre l’opposition !

De façon spectaculaire, le parquet c’est à dire le ministre de la justice du régime Macron et non un juge d’instruction indépendant, a mené à l’aube comme s’il s’agissait d’une affaire de grand banditisme des perquisitions aux sièges de la FI, du PG, de JL Mélenchon et de certains de ses proches. La méthode, brutale, vise l’une des forces politiques d’opposition au régime Macron. Un régime minoritaire, illégitime et de plus en plus totalitaire.

Ces perquisitions sont menées par l’Office central de lutte contre la corruption et les infractions dans le cadre de deux enquêtes préliminaires. La première enquête concerne des soupçons d’emplois fictifs d’attachés parlementaires au Parlement européen.  Les enquêteurs tentent de savoir si des fonds européens ont été détournés afin de rémunérer des cadres employés à d’autres tâches au sein de leur formation politique. Dans ce cadre le parti de Mélenchon fait l’objet d’une plainte… d’une responsable du front national. La seconde enquête préliminaire, ouverte en mai 2018, porte sur les comptes de campagne de Jean-Luc Mélenchon pour la présidentielle de 2017 et des soupçons d’irrégularités.


Ce dernier a déclaré en direct lors de ces perquisitions : “Voici les débuts du nouveau ministre de l’Intérieur, et de la ministre de la Justice. Voilà ce qu’ils sont en train de faire pour intimider et faire peur. Ce n’est pas de la justice, ce n’est pas de la police. Nous ne méritons pas un déploiement pareil. On croirait l’arrestation de je-ne-sais-pas-quoi, d’un gang, d’une bande…”

 

l est vrai que ce sont des dizaines de policiers qui ont été mobilisés pour une opération dont il est difficile de ne pas supposer quelques arrières pensées politiques d’un président en chute libre dans les sondages. D’autant que la police et la justice n’ont pas fait preuve de pareil zèle dans les affaires Benalla, Pénicaud, Ferrand, Kohler ou Nyssen et…. Macron . En effet, ce dernier est sous le coup d’une enquête préliminaire, suite à une plainte, le 11 juin, déposée par des élus de droite dénonçant le rôle joué par la Ville et la Métropole de Lyon. Pour l’heure, Macron n’est ni inquiété ni perquisitionné. Pourtant les preuves, suite au scandale de l’entreprise GL Events et “ses ristournes” quand à la campagne de Macron, selon Médiapart ne semblent avoir inquiété en rien Macron. De même fin février, déjà, la  Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques avait conclu dans un rapport à des irrégularités dans le poste “donations” du compte du futur Président, le parquet de Paris n’avait alors pas donné suite. Il est vrai que les longues tractations de ces dernières semaines s’agissant des nominations à ce Parquet, impliquant directement la main de l’Elysée, montrent ce qu’il en est de ses liens extrêmement direct avec le régime Macron.

 

Pour ne citer que cet exemple, rappelons que la perquisition visant l’appartement de Benalla est restée arrêtée sur le pas de sa porte, le temps que les éléments compromettant, notamment un coffre fort dont on ignore par conséquent le contenu, soient évacués des lieux !

 

Un deux poids deux mesures qui interroge clairement, d’autant plus que cette perquisition en masse avec un déploiement de force de police important au domicile de Mélenchon, et chez les responsables, ainsi qu’au siège du mouvement a lieu le jour du remaniement présidentiel, reporté à maintes reprises. Cela sonne-t-il comme le premier acte politique du nouveau ministre de l’intérieur d’un gouvernement qui fait le choix de la fuite en avant autoritaire pour pallier sa faible base sociale et son rejet massif dans les classes populaires. ? Répression et intimidation accompagnent la régression sociale et s’inscrit dans une ambiance de fascisation du pouvoir ici comme partout au sein d’une UE de plus en plus rejetée par les travailleurs et les peuples. Une ambiance de fascisation qui voit déjà l’appareil policier et judiciaire instrumentalisé pour réprimer de façon massive le mouvement social, en visant en premier lieu les syndicalistes et les manifestants osant défendre le droit du travail, l’emploi et les salaires contre l’exploitation capitaliste. Le PRCF appelle à une vraie justice, indépendante, et exprime sa pleine solidarité à tous ceux visés par la répression du régime, à se mobiliser pour faire cesser les agissements totalitaire visant à faire taire le mouvement social progressiste, et ses organisations syndicales et politiques.

 

Le 16 octobre 2018 – Communiqué du PRCF

******

PERQUISITIONS chez Jean-Luc Mélenchon , aux sièges du Parti de Gauche et de la France Insoumise : Les réactions de diverses organisations politiques

Communiqué de la Coordination Communiste Nord-Pas-de-Calais

pour la reconstruction d'un parti communiste révolutionnaire :

En marche... vers les heures les plus sombres de notre histoire

Sur la répression politico-policière du gouvernement contre la France Insoumise  
 

Ce matin à l’aube, des perquisitions iniques se sont déroulées au domicile de Jean-Luc Mélenchon, au siège de la France Insoumise et du Parti de Gauche. Cette entrée en matière du nouveau gouvernement et de son ministre de l’intérieur Jérome CASTANER n’annonce rien de bon en termes de lutte contre les mouvements sociaux. C’est une guerre politique de classe qui est à l’œuvre. Répression syndicale, acharnement contre les militants de la lutte de l’immigration comme Cédric Herrou, de l’écologie, …, c’est le changement dans la continuité qui se profile, c’est la poursuite de la criminalisation de la lutte pour la défense de nos conquis sociaux, démocratiques, écologiques. A qui le tour demain ?

Le plus surprenant est que les comptes de campagne de la France Insoumise ont été validés par la commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques alors que la campagne de Macron est toujours entachée d’une campagne téléphonique passée à 6 millions de personnes ou des ristournes de plus de 200 000 euros effectuées sur les prestations assurées par différentes entreprises. Sans parler de l’impunité de Benalla dans ce scandale d’état sans précédent sous la cinquième République.

La justice de classe est en marche : l’indépendance du pouvoir judiciaire à la sauce macronienne, c’est son allégeance au capital. Ainsi, l’enquête est diligentée non pas par un juge d’instruction mais par le Procureur de la République de Paris inféodé au pouvoir politique car nommé de fait par Macron, celui-ci ne faisant que peu de cas de sa ministre de la justice de pacotille !

Cet acharnement contre la France Insoumise peine à dissimuler un pouvoir aux abois qui met plus de 10 jours à constituer un nouveau gouvernement aux ordres du capital. Cet acharnement montre aussi que la France Insoumise est une des forces centrales par ses actions et son orientation dans la constitution du front de résistance antilibéral qui doit se développer. Ces dérives de pratiques politiques traduisent un processus de fascisation du pouvoir qui nous ramène aux heures les plus sombres de notre histoire. Ceci est inacceptable. La fougue judiciaire doit se déverser contre les véritables criminels de notre Etat : les évadés fiscaux, les fascistes qui déversent au su et au vu de tous leur haine abjecte, les entreprises qui organisent des licenciements boursiers et celles qui pillent allègrement les ressources des pays du tiers monde les maintenant dans une situation de semi-colonie ou y semant la guerre et le chaos pour les contrôler !

La Coordination Communiste exige l’arrêt des perquisitions et autres poursuites à l’encontre de Jean-Luc Mélenchon et des militants de la France Insoumise. Elle exige aussi l’arrêt de toute procédure contre les forces de résistances aux politiques libérales, anti-démocratiques et impérialistes !

Face aux coups des suppôts du MEDEF et de Bruxelles qui tombent de toute part, nous appelons plus que jamais à la construction de l’unité de notre camp qui, seule, les fera reculer !

Coordination Communiste Nord-Pas-de-Calais

Le 16 octobre 2018

PERQUISITIONS chez Jean-Luc Mélenchon , aux sièges du Parti de Gauche et de la France Insoumise : Les réactions de diverses organisations politiques

 

Dérive austéritaire, dérive autoritaire

«  Le vieux monde se meurt, le nouveau tarde à apparaître et dans ce clair-obscur surgissent les monstres »  Antonio Gramsci.

« Nous devons empêcher ce cerveau de fonctionner pendant 20 ans » Réquisitoire du procureur fasciste au procès de Gramsci.


Mardi 16 octobre, les sièges de la France Insoumise et du Parti de Gauche ainsi que le domicile de Jean Luc Mélenchon ont été visés par une perquisition. Celle-ci a été menée par l’Office central de lutte contre la corruption dans le cadre de deux enquêtes préliminaires, l’une concernant de présumés emplois fictifs et l’autre les comptes de campagne.

 

Le MS21 n’a pas l’intention ici de se prononcer sur l‘aspect technique de ces dossiers qui ne présentaient pas de caractère d’urgence. Aucune organisation politique n’est au-dessus des lois et il est normal, dans une République, que les pratiques politiques soient conformes aux lois en vigueur. Mais nous tenons à alerter tous les citoyens soucieux du fonctionnement démocratique de notre société sur deux dérives qui semblent caractériser le pouvoir actuel incarné par E. Macron.

 

La première est la dérive « austéritaire » qui frappe l’ensemble des pouvoirs publics. Dans tous les secteurs clefs de la société - où le rôle des services publics est déterminant pour soutenir les citoyens dans leur vie quotidienne - l’argent manque, les moyens sont drastiquement réduits, le personnel est extenué physiquement et moralement. Ainsi tout le monde peut constater que les hôpitaux sont en crise mais aussi les écoles, les universités, les transports publics et l’ensemble des collectivités territoriales. La deuxième est la dérive « autoritaire » sous ses formes policières et judiciaires. Après la criminalisation de syndicalistes, de militants associatifs, de lanceurs d’alerte, ce sont maintenant des chefs d’ organisations politiques qui sont ciblés. Ainsi l’épisode de ce mardi matin doit être perçu non comme le fonctionnement ordinaire d’une démocratie à l’égard des partis politiques mais comme une tentative d’intimidation envers des opposants dont le soutien populaire vient souligner la désaffection du peuple pour le locataire de l’Élysée.

 

Ces deux dérives sont évidemment liées. L’austérité est en effet une construction politique, conséquence inévitable d’une logique néolibérale qui met comme principe d’organisation sociale le seul profit financier d’une caste dirigeante. Mais le peuple français, après s’être laissé provisoirement tromper par le discours factice du macronisme, a maintenant compris la supercherie et la fin de mandat de E. Macron menace d’être houleuse. Ne reste alors à la macronie qu’une seule tactique pour retarder une chute qui semble inévitable : neutraliser l’opposition par des méthodes violentes ou judiciaires.

 

Cette méthode n’est pas nouvelle et n’est pas spécifique à la France. Elle était en vigueur en 1910 quand le parti de la guerre discréditait le pacifisme de Jaurès, elle a resurgi en 1940 quand les députés communistes ont été qualifiés de traîtres à la patrie. Elle est présente aujourd’hui en Amérique Latine et surtout au Brésil où Lula ne peut qu’assister de sa prison à la prise du pouvoir par un nostalgique de la junte militaire.

 

Ces tentatives pour discréditer l’opposition sont une menace directe pour notre modèle républicain. Le MS21 incite les citoyens attachés à la République à les contrer rapidement avant qu’il ne soit trop tard.

 

Le Mouvement pour un Socialisme du 21ème siècle

 

En conclusion (provisoire ?) nous vous proposons

le point de vue de Jacques COTTA, journaliste et réalisateur  :

PERQUISITIONS chez Jean-Luc Mélenchon , aux sièges du Parti de Gauche et de la France Insoumise : Les réactions de diverses organisations politiques

Le Mélenchon Bashing sur le terrain politico-judiciaire…

… Ou des perquisitions qui donnent une image étrange de la démocratie.

 

Les perquisitions qui ont été effectuées au domicile de Jean-Luc Mélenchon, d’une dizaine des ses collaborateurs, ainsi qu’au local de la FI et de l’association « l’ère du peuple » ne nécessitent-elles pas une solidarité totale avec le président du groupe parlementaire de la FI et de la FI elle-même, et ne devraient-elles pas provoquer un sursaut démocratique de tous ceux pour qui la démocratie a encore un sens?

N'est-ce pas en effet la démocratie qui est visée?

Il ne s’agit pas ici de se prononcer sur le contenu d’un dossier dont on ne sait pour le moment en tout et pour tout que la dénonciation « d’emplois fictifs au parlement européen » était baptisée un peu plus tard par son auteur, l’euro député Sophie Montel, de « pied de nez » ou de « farce ».

Ce serait donc au nom d’une farce notamment que plusieurs dizaines de policiers, armés, vêtus pour certains de gilets pare-balles, ont été mobilisés dés 6h du matin pour pénétrer au domicile ou dans les locaux d’insoumis. C’est au nom d’une farce donc qu’ils auraient agi comme si une association de malfaiteurs, voire de terroristes, était visée. Mais cette interprétation moqueuse est sans doute bien loin de la réalité et dédouane les responsables politiques qui ont donné l’ordre de perquisitionner.


Comment ne pas constater un étonnant deux poids deux mesures. Il ne sert à rien d’épiloguer sur des faits déjà connu, mais un bref rappel permet d’apprécier.


Affaire récente, celle d’Alexandre Benalla, barbouze élyséen, dont le domicile doit être perquisitionné, mais qui en l’absence de clés, se voit avertir d’une remise de l’opération le lendemain, ce qui aura permis dans la nuit le déménagement d’une armoire dans laquelle se trouvaient des armes de poing liées à LREM.


Affaire moins récente, mais qui recoupe des faits très exactement identiques à ceux qui sont reprochés à Jean Luc Mélenchon, celle qui concerne le Modem, François Bayrou et Françoise de Sarnez, macronistes depuis les présidentielles, qui font l’objet d'une enquête préliminaire, ainsi que 18 de leurs confrères, pour « abus de confiance » portant sur des soupçons d'emplois fictifs d'assistants parlementaires à Strasbourg. Là, aucune perquisition, rien. Mais il est vrai que ceux là font partie des soutiens actifs de Jupiter….


Et Richard Ferrand alors qu’il était suspecté de bénéficier d’une affaire immobilière impliquant la mutuelle de Bretagne, et Muriel Pénicaud, la ministre du travail chargé de défaire jusqu’au bout le code du travail, suspectée de délit de favoritisme dans l’organisation des noubas pré-présidentielles d’Emmanuel Macron à Las Vegas…


Aucune perquisition, rien, régime de faveur?

Mais il y a mieux. Pour ce qui concerne les comptes de campagne des candidats aux élections présidentielles, l’actuel président de la république est concerné. Là encore rien. Pourtant son adresse est connue, son bureau aussi. Peut-être la justice indépendante cherche t’elle le chemin de l’Elysée? LREM est aussi concernée, comme est censée l’être la France Insoumise pour Jean Luc Mélenchon. Son patron était alors Christophe Castaner. Allez, monsieur le procureur, un effort. Il se trouve juste en face de l’Elysée, au ministère de l’intérieur place Beauvau. D’une pierre deux coups?

Tous cela relève des coups tordus dont la 5ème république est coutumière. Mais force est de constater qu’avec Emmanuel Macron, un cran est franchi. D’autant que les actions engagées sont lourdes de conséquence. Les ordinateurs saisis, les téléphones portables confisqués, ce sont les fichiers de la FI ou les contacts personnels des responsables de la FI qui passent ainsi de main en main. Dans celle de la justice, pas de problème. Mais que penser lorsque dans une vidéo diffusée de l’entrée des locaux de la FI, on voit à la porte, faisant barrage, un « policier » qui sur d’autres photos, publiées depuis sur les réseaux sociaux, apparait aux côtés du chef de l’Etat, non loin du protégé Benalla et quelques autres? Police ou barbouze?

Tout cela est aujourd’hui du plus mauvais effet et dégage des relents nauséabonds. Il ne s’agit pas de mettre les principes à des services partisans. Les principes sont les principes. Et ils sont largement bafoués. La disqualification hier de François Fillon dans l’urgence, parce que tout permet de prédire sa victoire aux présidentielles, pour des affaires qui depuis n’ont pas les prolongements attendus, les attaques en psychiatrie de Marine Le Pen mise en cause pour des photos publiées, ou du FN pour les mêmes raisons qui aujourd’hui sont reprochées à Jean Luc Mélenchon et qui devaient aboutir à l’asphyxie financière, tout cela est de même nature.

Mais pour Mélenchon il faut plus. Alors que les perquisitions qui l’ont visé semblent devoir être frappées de nullité, en l’absence de procès verbal et de la présence du responsable de « l’ère du peuple » empêché d’entrer dans les locaux, la presse s’en donne à coeur joie pour dénoncer « la violence de l’insoumis ». Et le Parquet de paris d’annoncer ce 17 octobre l’ouverture d’une enquête pour «menaces ou actes d'intimidation contre l'autorité judiciaire» et «violences sur personnes dépositaires de l'autorité publique» après les accrochages sur le terrain, notamment contre la brutalité visant une employée de la FI.

De tout cela, une chose restera, la volonté d’un pouvoir à l’agonie de tout mettre en oeuvre, y compris les méthodes les plus condamnables, pour tenter de poursuivre sa politique et de préserver son pouvoir.


Jacques Cotta
Le 17 octobre 2018

SOURCE:

La Sociale - Le Melenchon Bashing sur le terrain politico-judiciaire...

http://la-sociale.viabloga.com

Lire la suite

La braderie des barrages électriques, le vol en bande organisée continue … en toute logique. Texte d'Yves Cimbolini

15 Octobre 2018 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #Comité pour une Nouvelle résistance, #Europe supranationale, #La France, #La nation ., #La République, #La finance dérégulée, #Le capitalisme;, #Les transnationales, #l'horreur économique, #Le grand banditisme, #Services publics, #EDF

La braderie des barrages électriques, le vol en bande organisée continue … en toute logique. Texte d'Yves Cimbolini

Bonjour.

Vous trouverez ci-après le texte d’Yves Cimbolini, qui avec beaucoup d’humour s’élève contre le pillage des biens publics d’EDF que sont les barrages hydrauliques. C’est un spécialiste de ces questions, il a fait de nombreuses conférences pour démonter la logique mortifère de ce mécanisme ultralibéral destiné à permettre aux 0,1% de la population de s’approprier la richesse commune.

En PJ vous trouverez un texte du dernier PDG d’EDF, Albert Boiteux, capable d’incarner l’intérêt général.

 

Cordialement

Lucien PONS

 

La braderie des barrages électriques, le vol en bande organisée continue … en toute logique.

 

 

 

 

Texte d'Yves Cimbolini.

 

En 1946 les actionnaires des sociétés privées d'électricité qui avaient été nationalisées, allaient être indemnisés en touchant (entre autre) pendant 50 ans, 1 % des bénéfices réalisés par EDF.
Cela a donc été effectivement réalisé jusqu'en 1996.
Donc jusqu'en 1996 EDF a indemnisé ces actionnaires.
Donc les futurs acquéreurs de nos installations n'auront plus à le faire....

Soit dit en passant, des " journaleux " comme notre " cher " ami F De Closet, préféraient parler du "scandaleux" 1% du CE des agents EDF, que de celui des anciens actionnaires, qu'il passait sous silence. Certainement un oubli involontairement voulu.
Un bon chien de garde bien dressé au nonos ce FdC !

Aujourd'hui, victimes d'un hold-up commis avec la complicité de l'état, une bonne partie de nos installations hydroélectriques vont être bradées à des sociétés privés, il serait normal que ces dernières soient à leur tour obligées de reverser le 1% de leurs bénéfices à EDF.
Au minimum !
Mais bon pas la peine de rêver, la vache à lait ça sera toujours le service public. Et les De Closet et consorts, assurés d'avoir leur part de beurre, pourront continuer à tenir la trayeuse !
A nous de leur faire comprendre que "beurre mal acquis ne profite jamais" et que cela pourrait même se retourner contre eux, lors d'un dernier tango à Paris.
Je pense bien sûr à une grande manif sur Paris. Voyons voyons où aviez-vous la tête ?

Pas de ça chez nous ! https://static.xx.fbcdn.net/images/emoji.php/v9/ff6/2/16/1f609.png😉


Yves Cimbolini  alias Marlo Brandon.

Le texte d'Albert Boiteux PDG d'EDF

La braderie des barrages électriques, le vol en bande organisée continue … en toute logique. Texte d'Yves Cimbolini
La braderie des barrages électriques, le vol en bande organisée continue … en toute logique. Texte d'Yves Cimbolini
La braderie des barrages électriques, le vol en bande organisée continue … en toute logique. Texte d'Yves Cimbolini
La braderie des barrages électriques, le vol en bande organisée continue … en toute logique. Texte d'Yves Cimbolini
La braderie des barrages électriques, le vol en bande organisée continue … en toute logique. Texte d'Yves Cimbolini
La braderie des barrages électriques, le vol en bande organisée continue … en toute logique. Texte d'Yves Cimbolini
La braderie des barrages électriques, le vol en bande organisée continue … en toute logique. Texte d'Yves Cimbolini
La braderie des barrages électriques, le vol en bande organisée continue … en toute logique. Texte d'Yves Cimbolini
La braderie des barrages électriques, le vol en bande organisée continue … en toute logique. Texte d'Yves Cimbolini
Lire la suite
Lire la suite

Le Blanc : des maires rendent le portrait officiel de Macron

29 Septembre 2018 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #Comité pour une Nouvelle résistance, #Europe supranationale, #La France, #La nation ., #La République, #La réforme territoriale

Le Blanc : des maires rendent le portrait officiel de Macron

Publié le

Les élus ont rendu les portraits officiels d'Emmanuel Macron,  affichés dans leurs mairies.

Les élus ont rendu les portraits officiels d'Emmanuel Macron, affichés dans leurs mairies.

Le Blanc (Indre). De nombreux élus participent, ce vendredi soir 28 septembre, à une nouvelle action en faveur du maintien de la maternité. Les portraits officiels du président Macron ont été décrochés puis déposé devant la sous-préfecture.

Ce vendredi soir 28 septembre, Emmanuel Macron en prend pour son grade, au Blanc. À l’appel du Comité de défense des usagers de l’hôpital du Blanc, les élus du territoire avaient été invités à décrocher de leur mairie le portrait du président de la République, et à venir le déposer devant la sous-préfecture, où plus de trois cents personnes sont rassemblées.

Rendez-vous lundi

Plus d'une cinquantaine de portraits ont été déposés devant la sous-préfecture. Une nouvelle action menée dans cette journée du 28 septembre, après celle du collectif C'est pas demain la veille, dans l'après-midi, à Châteauroux. D'autres sont à prévoir, sans doute dès lundi 1er octobre, où le rapport des experts, commandé par l'Agence régionale de santé, doit être présenté aux instances de l'hôpital de Châteauroux-Le Blanc.

Le Blanc : des maires rendent le portrait officiel de Macron
Lire la suite

« On ne peut pas être de gauche et pour la mondialisation. Le vrai visage de la globalisation, c’est l’exploitation !! » L’édito de Charles SANNAT

27 Septembre 2018 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #Comité pour une Nouvelle résistance, #Europe supranationale, #La France, #La mondialisation, #La nation ., #La finance dérégulée, #Le capitalisme;, #Le grand banditisme, #Les transnationales, #l'horreur économique, #La lutte des classes

Mes chères impertinentes, mes chers impertinents,

Je regarde, j’écoute. Ce que je vois, ce sont des paradoxes nombreux. Trop nombreux. Il y a également des contradictions, terribles.

Il y a, d’un côté, les bons sentiments.

Suintants.

Dégoulinants.

De la bien-pensance en émotions livrées en palette entière.

Écœurant.

La réalité ?

Une gauche qui n’a strictement plus rien à dire tant elle est empêtrée dans toutes les invraisemblances intellectuelles qui sous-tendent ce qui lui reste de corpus idéologique.

Ne croyez pas que je m’en réjouisse.

Un pays, une nation a toujours besoin de contre-pouvoirs.

Un peuple a toujours besoin d’espoir.

La gauche est mondialiste, or la mondialisation c’est l’exploitation, la négation des valeurs humaines.

La gauche se veut « ouverte » sur le monde. En réalité, tous les « zouverts » sont les idiots utiles du totalitarisme marchand imposé à marche forcée au monde et aux peuples.

La triste réalité, c’est que nous exploitons la misère outre-mer.
Nous massacrons l’environnement, bien loin, chez les autres.

Nos cucul-gnangnans d’écolos (et que l’écologie est importante) ne peuvent bêler chez nous en ayant moult engins à moteur (suivez mon regard vers Nicolas plein de Culot) que parce que nous polluons chez les autres.

La mondialisation et l’écologie, deux « vertus » de gauche, sont en réalité les deux plus grandes hypocrisies actuelles.

Notre écologie consiste à délocaliser notre pollution chez les autres. Admirable, n’est-ce pas.

Notre mondialisation et notre ouverture aux autres, c’est pour payer pas cher et faire beaucoup de marge. Souvenez-vous.

Souvenez-vous de ces usines en Inde qui s’effondrent sur les pauvres travailleurs.

Souvenez-vous de ces usines qui prennent feu, et dont les portes sont fermées par des chaînes pour forcer les forçats modernes à travailler à la chaîne…

Pourquoi ?

Pour que quelques grandes marques puissent se gaver, et que l’électeur bien-pensant votant à gauche puisse se rendre aux urnes vêtu avec modernité et élégance…

Mais souvenez-vous, il y a cinq ans survenait le pire désastre industriel de l’histoire du Bangladesh : en avril 2013, une usine de confection textile sous-traitante de nombreuses enseignes occidentales, dont H&M, s’effondrait, enfouissant sous ses décombres plus 1 100 ouvriers et ouvrières.

Qu’est-ce qui a changé ?

Rien.

Nous avons été émus 5 minutes.

Et rien.

Rien.

C’est pour cette raison que je ne supporte plus tous les donneurs de leçons cathodiques et médiatiques ou encore politiques, qui sont des « faites ce que je dis » mais qui, le dos tourné, font l’inverse de ce qu’ils poussent les sans-dents à faire.

Les meilleurs à ce petit jeu, les plus évolués, sont les bien-pensants de gauche. Ils sont devenus les pires.

Plus grave, ils sont devenus un obstacle terrible aux intérêts des peuples qu’ils voulaient défendre.

La gauche c’est la primauté à ceux qui souffrent ! (Et la gauche n’a pas le monopole du cœur)

Être de gauche c’est évidemment avoir un grand sens du bien commun et la volonté de s’occuper des plus faibles et des plus fragiles parmi nous.

Toutes celles et ceux qui sont empathiques et réceptifs aux souffrances sont forcément un peu de gauche !!

Nous sommes tous de gauche.

Être de gauche, ce n’est pas être démagogique. Être de gauche, ce n’est pas donner sans contrepartie, être de gauche, ce n’est pas des postures. Et c’est parce que le PS est devenu un parti de postures où quelques caciques posent leur moralité et leur idéologie de bobos parisiens que ce parti est à 5 %. Autant dire que le PS a désormais l’influence d’une petite association.

Guère plus. Et il ne vaut guère mieux.

Pourtant, sur cette absence de contre-pouvoir idéologique, sur ce terrain déserté de la moralité, de la décence, se développe une mondialisation mortifère.

Mais chuuuuuut !!! Si vous critiquez la mondialisation, vous êtes un fasciste !

Pourtant, en Chine, en Bulgarie, en Turquie, en Inde ou au Cambodge, les travailleurs gagnent un salaire d’un tiers du salaire vital estimé.

En Inde, pour que nous puissions avoir nos baskets à 100 euros, raison pour laquelle je refuse à mes enfants par décence l’achat de baskets de marque, la durée est de 12 heures quotidiennes de travail au minimum.

Être de gauche, c’est lutter contre la mondialisation.
Être de gauche, c’est refuser la consommation de masse.
Être de gauche, c’est opter pour la simplicité volontaire.
Être de gauche, c’est favoriser les circuits courts, les productions locales, l’achat d’occasion ou encore la réparation.
Être de gauche c’est évidemment refuser cette mondialisation absurde, inhumaine.
Être de gauche, c’est admettre, reconnaître que oui, notre confort repose sur l’exploitation des autres, même si ces autres sont loin.
Exploiter autrui n’est pas un projet moralement acceptable.

Lorsque la gauche dira tout cela, lorsque la gauche cessera sa démagogie qui consiste à dire qu’un méchant est gentil, que tout se vaut, que tout est égal, et qu’exploiter c’est bien en habillant cela de beaux sentiments, alors la gauche pourra proposer un nouveau projet social aux Français.

Nous en sommes loin.

Très loin.

En attendant, vous reprendrez bien des fringues made in « India »… N’oubliez pas, le repli sur soi ce n’est pas bien, l’Europe c’est la paix même quand c’est la guerre en Ukraine, la mondialisation c’est tellement mieux… Ne soyez pas dupes mes amis.

Il est déjà trop tard, mais tout n’est pas perdu. Préparez-vous !

Charles SANNAT

Lire la suite
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 > >>