Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog de Lucien PONS

Articles avec #la france tag

Interdit en Allemagne et aux Pays-Bas, le meeting pro-Erdogan aura bien lieu en France

12 Mars 2017 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #La France, #Europe supranationale, #AMERIQUE, #La Turquie

Interdit en Allemagne et aux Pays-Bas, le meeting pro-Erdogan aura bien lieu en France

 Interdit en Allemagne et aux Pays-Bas, le meeting pro-Erdogan aura bien lieu en France Source: AFP
Si l'Allemagne ou les Pays-Bas ont interdits la tournée de meetings européens des ministres d'Erdogan, la France ne s'y oppose pas.
 

Le chef de la diplomatie turque tiendra meeting à Metz en faveur de la réforme constitutionnelle promue par le président Erdogan. Des meetings similaires ont été interdits en Suisse, en Autriche, aux Pays-Bas et en Allemagne.

Mevlüt Cavusoglu, ministre des Affaires étrangères turc, tiendra un meeting de campagne à destination de la diaspora turque en France ce dimanche 12 mars à 13h au Centre des congrès de Metz Métropole.

 
Interdit en Allemagne et aux Pays-Bas, le meeting pro-Erdogan aura bien lieu en France

Alors qu'une série de meetings pro-Erdogan ont déjà été interdits en Autriche, en Suisse, aux Pays-Bas ou encore en Allemagne, la France semble ne pas emboîter le pas à ses partenaires européens. «Nous avons pour mission de nous assurer qu'il n'y a pas de menaces à l'ordre public. Il n'y en a pas», a déclaré à Reuters le secrétaire général de la préfecture de Moselle, Alain Carton. Des effectifs de police et de gendarmerie seront mobilisés «afin d'assurer la sécurité des lieux», a-t-il ajouté.

En pleine campagne électorale en faveur de la réforme constitutionnelle soumise à référendum du 16 avril prochain, le gouvernement du président Recep Tayyip Erdogan accorde une importance particulière au vote des millions de Turcs établis en Europe et multiplie les interventions dans les pays européens. Néanmoins, plusieurs meetings similaires ont déjà été interdits, notamment en Suisse, en Autriche, aux Pays-Bas et en Allemagne.

Des meetings interdits en Allemagne et aux Pays-Bas notamment

Le ton s'est durci entre Ankara et plusieurs pays européens après différentes annulations de réunions publiques. Le 11 mars, l'avion de Mevlüt Cavusoglu a été interdit d’atterrissage sur le sol des Pays-Bas après que le ministre avait menacé d’imposer des sanctions sur le gouvernement néerlandais s’il ne lui permettait pas d'organiser un rassemblement pro-Erdogan à Rotterdam. Le même jour, en pleine crise diplomatique, Amsterdam a expulsé vers l'Allemagne la ministre turque de la Famille pour les mêmes raisons – celle-ci avait pourtant été prévenue à l'avance qu'elle n'était pas la bienvenue aux Pays-Bas.

Des meetings du même genre ont également été interdits en Allemagne. Le président turc Recep Tayyip Erdogan avait alors assimilé à des «pratiques nazies» l'annulation des ces rassemblements durant lesquels devaient s'exprimer certains de ses ministres, faisant encore monter d'un cran les tensions entre les deux pays. Ankara ne cesse de répéter que l’annulation de ces événements viole les droits des ministres qui doivent y participer. «Vous nous faites des leçons de démocratie, puis vous empêchez les ministres de notre pays de s'exprimer chez vous», avait déclaré le chef de l'Etat turc Recep Tayyip Erdogan, le 5 mars.

Le projet de réforme constitutionnelle turque a pour objectif, selon ses promoteurs, de renforcer la stabilité et la modernité des institutions. Elle prévoit notamment la synchronisation des élections législatives et présidentielles, l'allongement des mandats présidentiel et parlementaires de quatre à cinq ans et la dissolution des tribunaux militaires. Ses opposants redoutent qu'elle n'accentue en réalité la présidentialisation du régime.

Lire aussi : Les Pays-Bas dénoncent une visite «irresponsable» de la ministre turque

Lire la suite

Voter le 23 avril, pour quoi faire ? Par Bruno Guigue.

12 Mars 2017 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #Comité pour une Nouvelle résistance, #Europe supranationale, #La France, #AMERIQUE, #L'OTAN., #La mondialisation, #La finance dérégulée, #Le capitalisme;, #Economie, #Les transnationales, #La lutte des classes, #l'horreur économique, #La dette

 
 
Voter le 23 avril, pour quoi faire ?
 
Voter le 23 avril, pour quoi faire ? Si les élections servaient vraiment à quelque chose, disait Coluche, il y a longtemps qu'on les aurait interdites. Avant d'aborder les enjeux du futur scrutin, il faut sans doute en passer par cette cure de réalisme. Car, on le sait d'expérience, il n'y a pas grand-chose à espérer des élections, elles ont rarement changé le cours des événements, et elles se résument souvent à un rituel où le peuple s'imagine qu'il a le choix. Cette illusion de la démocratie formelle est entretenue par ceux qui en tirent bénéfice, le simulacre électoral ayant pour principal effet de nous faire prendre des vessies pour des lanternes.
A la limite, le processus électoral pourrait passer pour un acte de souveraineté si les dés du jeu politique n'étaient pas pipés. Il exprimerait la volonté du peuple si cette volonté pouvait se formuler, librement, au terme d'une délibération collective digne de ce nom. On peut toujours rêver qu'il en soit ainsi, mais ce n'est pas le cas. Les médias de masse sont les larbins du capital, le débat démocratique s'apparente aux jeux du cirque et la confrontation des idées est dénaturée par les intrigues politiciennes. Dans ces conditions, la question se pose : faut-il céder, une fois de plus, le 23 avril, au fétichisme du bulletin de vote ?
On dira aussi, à juste titre, que c'est le mouvement populaire, et non le scrutin électoral, qui a arraché les principales avancées collectives qui ont fait de la France un pays doté d’un indice de développement humain élevé. C'est vrai. Sans les grèves massives et les occupations d'usines de 1936 et 1968, la condition des couches populaires serait pire. Sans la démonstration de force de la classe ouvrière organisée, dans ce grand moment fondateur que fut la Libération, nous n'aurions ni sécurité sociale, ni services publics, ni droits des travailleurs.
Or sa puissante volonté de changement, dans ces circonstances historiques, le peuple l'a également manifestée dans les urnes. Avec un PCF à 28%, en 1945, le rapport de forces était favorable. Le patronat collabo rasait les murs, la droite était aux abois, Maurice Thorez était vice-président du conseil et l'ouvrier Ambroise Croizat, ministre communiste, créa la “Sécu”. Présidé par de Gaulle, ce fut le meilleur gouvernement que la France aie connu. Il accomplit les réformes de structure dont le pays avait besoin, ces mêmes réformes qui subissent les assauts des forces réactionnaires depuis un quart de siècle.
En accompagnant le mouvement des masses, il arrive donc que le vote lui donne une traduction politique. On peut toujours vanter les charmes du spontanéisme (il a sa noblesse), on peut dénoncer la mascarade électorale, mais s'abstenir au moment crucial revient à laisser l'adversaire dicter ses conditions. Voter ou ne pas voter, au fond, c'est surtout une affaire de circonstances, de conjoncture politique. La question n'est donc pas : faut-il s'abstenir aux élections ? Elle est plutôt : en s'abstenant le 23 avril, obtiendra-t-on un résultat plus intéressant qu'en allant voter ?
Comme disait Yvon Gattaz, père et prédécesseur de l'actuel président du MEDEF dans les années 70, on ne fait pas la même politique économique et sociale avec un PC à 10% et un PC à 25%. Si nous en doutons parfois, les détenteurs de capitaux, eux, le savent bien. Une élection n'est jamais qu'un moment d'un processus plus vaste, et même si l'essentiel se joue ailleurs, elle contribue à cristalliser un rapport de forces. En appliquant cette maxime patronale à la situation actuelle, on voit bien qu'un vote significatif en faveur de la « France insoumise » ferait peser la balance du bon côté. Car le programme de Jean-Luc Mélenchon, certes, n'a rien de révolutionnaire, sans mouvement social il est voué à l’échec, mais il ouvre des perspectives intéressantes.
A y regarder de près, c'est le seul programme qui entend consolider les défenses immunitaires de ceux qui vivent modestement de leur travail, qu'ils soient ouvriers, employés, artisans, paysans, fonctionnaires, chômeurs ou retraités. Ce n’est pas un programme communiste, loin de là, mais un projet keynésien de gauche, à contenu fortement redistributif, qui associe relance par la demande, investissement public et rétablissement des droits sociaux. Son financement au moyen d'une réforme fiscale audacieuse, à rebours des pratiques libérales, en fait un programme socialement progressiste.
Là où le bât blesse, c'est que ce projet n'est réalisable qu'en dehors de la zone euro, voire de l'UE, et que le candidat ne le dit pas clairement. Selon lui, le plan A consistera à renégocier le contenu des traités européens et on appliquera le plan B (sortie de l'UE) si cette négociation échoue. Or il faudrait parvenir à s'extraire du monde réel pour parier sur le succès d'une telle négociation. Elle supposerait en effet que 26 Etats, subitement, se mettent à satisfaire les demandes françaises. Cette fausse alternative est donc une erreur, car elle brouille le message du candidat et entretient le doute sur ses intentions.
Cette ambiguité est d'autant plus regrettable que Jean-Luc Mélenchon se réclame à juste titre d'un « indépendantisme français » et préconise la rupture de la France avec l'OTAN. Contrairement à MM. Fillon, Macron et Hamon, il prend au sérieux l'héritage gaullien, il milite pour une diplomatie souveraine et stigmatise le suivisme d'un François Hollande qui a mis la France à la remorque des intérêts américains. En refusant de prôner explicitement le Frexit, la « France insoumise », par conséquent, manque de cohérence politique.
Sur ce plan, c'est François Asselineau qui a raison. On ne peut restaurer la souveraineté nationale - condition expresse de la souveraineté populaire - qu'en rompant les amarres avec l'OTAN et avec l'UE. Il faut sortir de l'OTAN, cette machine de guerre dont la raison d'être est de servir les ambitions impérialistes de Washington. Mais il faut aussi rompre avec l'UE, car la fonction de cette instance supranationale est de soustraire la politique économique à la délibération démocratique. Ni plan A, ni plan B. La seule réponse, c'est le Frexit. Et le seul moyen d'y parvenir, c'est le référendum.
Marine Le Pen, dira-t-on, veut aussi restaurer la souveraineté nationale. Mais son programme renoue avec l'ADN droitier du FN dès qu'il s'agit d'expliquer ce qu'on entend faire, une fois au pouvoir, de cette souveraineté rétablie. Son programme n'inclut ni redistribution des revenus, ni nationalisation des banques, ni contrôle des mouvements de capitaux, ni rien qui fâche de près ou de loin les possédants. Le rétablissement du franc ne manque pas de panache, mais ce changement restera purement cosmétique s'il ne s'accompagne de réformes de structure. Mme Le Pen n'en a prévu aucune. Pas plus qu'il ne conteste les hiérarchies sociales, le FN n'entend faire plier les puissances d'argent.
Comme l'expérience l'a montré, le FN prétend défendre les travailleurs, mais il les abandonne en chemin lorsque l'oligarchie s'attaque à leurs droits. Lors des grèves contre la Loi-Travail, Mme Le Pen réclamait l'intervention de la police contre les grévistes. Si elle est élue, le discours à tonalité sociale de Florian Philippot ne résistera pas deux mois. Il est stupide de qualifier ce projet de fasciste. En fait, c'est un projet banalement réactionnaire. On ne peut mener une politique progressiste qu'en sortant de l'UE, c'est vrai. Mais ce n'est pas parce qu'on veut sortir de l'UE qu'on va mener une politique progressiste !
Son discours monomaniaque contre l'immigration, bien sûr, offre au FN une rente de situation électorale. Comme s'il suffisait de mettre fin aux flux migratoires pour créer des emplois, le FN répète cette formule magique comme un mantra. Caresser dans le sens du poil l'islamophobie ou la xénophobie ambiante, toutefois, ne fait pas une politique. On se demande si ses électeurs croient vraiment aux fabuleuses économies que permettrait de réaliser la suppression de la prétendue facture migratoire, tant la ficelle est grosse. Pour séduire l'électorat populaire, en tout cas, le parti a besoin d'entretenir cette mythologie vieille comme le monde.
Du coup, non seulement il oppose les Français entre eux, mais il les berne en leur faisant croire qu'il y a un trésor de guerre, quelque part, dont il suffirait de se saisir. La stratégie du bouc-émissaire, chez Le Pen, est à double emploi. Elle fournit un dérivatif aux hantises et aux frustrations des victimes de la mondialisation. Mais, en même temps, elle masque les incohérences d'un projet qui entend redistribuer aux ouvriers sans toucher aux intérêts des possédants. La mono-causalité immigrée réconcilie tout le monde ! Véritable martingale, elle permettra d'augmenter les salaires tout en baissant les charges, et de financer de nouvelles dépenses régaliennes sans augmenter les impôts sur les riches.
Cette quadrature du cercle lepéniste, au fond, est la figure inversée du cercle carré des eurobéats (Macron, Fillon, Hamon) qui veulent perpétuer à tout prix la tutelle des marchés sur les Etats. Mme Le Pen veut la souveraineté sans la redistribution tout en prétendant le contraire, ce qui est à la fois incohérent et réactionnaire. M. Fillon, lui, ne veut ni la souveraineté ni la redistribution, ce qui est à la fois cohérent et réactionnaire. M. Hamon veut la redistribution mais pas la souveraineté, ce qui est absurde. M. Macron veut tout et son contraire, et d'ailleurs il se moque des programmes. M. Mélenchon veut la redistribution, mais il devra imposer la souveraineté (plan B) pour y parvenir. Car une chose est sûre : les marchés ne lui offriront pas l'opportunité de temporiser.
 
Lire la suite

SOS ! Les commandes ne répondent plus ! Régis Chamagne

12 Mars 2017 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #Comité pour une Nouvelle résistance, #Europe supranationale, #La France, #AMERIQUE, #L'OTAN., #Les média, #macron

SOS ! Les commandes ne répondent plus !   Régis Chamagne

SOS ! Les commandes ne répondent plus !

Cet article tente de comprendre la stratégie de l’oligarchie dans l’élection présidentielle française à travers la suite des événements qui semble pour le moins relever du mouvement brownien.

Les éléments de base pour décrypter la pièce de théâtre qui se joue

Premièrement, dans cet ensemble qui fait système : partis politiques traditionnels – médias dominants – instituts de sondage, le centre de gravité est constitué des médias dominants et des instituts de sondage qui les alimentent en éléments de propagande. Les partis politiques sont des éléments périphériques du système. Quant aux donneurs d’ordres, ils ne sont pas visibles pour la majorité des citoyens. Nous parlerons de l’oligarchie, du grec « oligos » qui signifie « le petit nombre » et « arkho » qui signifie « commander ».

Deuxièmement, tous les journalistes savent que les résultats d’une élection sont corrélés avec le temps de passage des candidats dans les médias dominants. Du reste, les résultats des dernières joutes électorales confirment cette règle, à de très rares exceptions près. Cependant, il faut ajouter que cette règle est valable en période de stabilité politique, ce qui n’est pas le cas en ce moment précis de notre histoire.

Troisièmement, au regard des deux postulats précédents, si l’on observe le temps de passage des différents candidats dans les médias dominants, il devient clair que le système avait planifié un second tour Macron-Le Pen, mais qu’il est peut-être en train de changer de stratégie, voire de perdre le contrôle de la situation. Paniquerait-il ?

Période d’instabilité politique et de vide conceptuel

Au départ, la stratégie de oligarchie, relayée par les médias, reposait sur une analyse de situation élaborée à partir des sondages d’opinion dont peut-être certains auxquels les gens ordinaires n’ont pas accès. De cette analyse ressort globalement que les Français ont de moins en moins confiance dans la classe politicienne ainsi que dans les médias dominants, qu’il se situent de plus en plus « hors système », même si cette expression fourre-tout exprime des orientations diverses et parfois contradictoires. En somme, de façon plus ou moins intuitive, les Français craignent de subir le même sort que les Grecs et savent que la campagne électorale n’est qu’une mauvaise pièce théâtre sans importance, que la politique qui sera réellement menée ensuite est déjà décidée ailleurs. Cette intuition est confirmée par le mécanisme des GOPÉ que j’explique dans cet article, et est résumée par la phrase d’Emmanuel Todd, prononcée au cours d’une interview donnée au site comptoir.org : « En France, nous vivons l’arrivée à maturité du vide. »

Pour garder le contrôle de la situation, il fallait donc capter ce mécontentement et le maintenir dans le système. Car ceux qui dénoncent véritablement ce qui se passe sont qualifiés de « petits » candidats et ils doivent le rester. Eux analysent la situation : l’occupation financière que subit notre pays, la dictature qu’est l’Union européenne, le rôle destructeur de l’euro et criminel de l’OTAN. S’appuyant sur ces données, il fallait orienter les « anti-systèmes » de droite vers le Marine Le Pen, et ceux de gauche vers Mélenchon pour les neutraliser. Et surtout, il fallait aligner au second tour, face à Le Pen, un candidat présenté lui aussi comme « anti-système ».

Voleur de fenêtre

L’option stratégique s’est alors imposée naturellement : en guerre électronique, on appelle ça un « vol de fenêtre ». Le principe en est simple. Quand un radar est accroché sur sa cible, on superpose à l’écho de la cible un signal électronique d’intensité légèrement supérieur à ce dernier, puis on le décale lentement de l’écho de la cible et on entraîne avec lui la fenêtre de calcul du radar. On a volé la fenêtre de calcul du radar et le radar regarde notre voleur de fenêtre au lieu de la cible. Le voleur de fenêtre de l’oligarchie s’appelle Macron. C’est très ingénieux, il faut le reconnaître.

Pour enrober cette stratégie, ils ont commencé par faire ce que qu’ils savent faire : le matraquage médiatique et la manipulation par les sondages, la routine en somme. Mais cette fois, il fallait y aller un peu plus fort : organiser deux primaires afin d’occuper le terrain médiatique, et pas seulement celle du camp de l’opposition. Donc, exit Hollande ; de toutes façons il n’a pas son mot à dire. Et il fallait insister sur le fait que ces primaires relèvent d’une démarche démocratique que seuls les partis dit « de gouvernement » sont capables d’engager. Donc, matraquer deux idées : démocratique et partis de gouvernement. Cela étant, les résultats des primaires confirment que les Français rejettent les candidats chouchou du système : Juppé, Valls. C’est à ce genre d’indicateur que l’on mesure que nous vivons une période d’instabilité. Ensuite il fallait essayer de faire monter la mayonnaise, préparer les esprits et pourquoi pas susciter de l’enthousiasme. Après tout, nul n’est à l’abri d’un coup de chance. Tout ce cirque pour préparer le lancement de Macron.

Les Français demeurent gaulois, mince alors

Comme je l’ai évoqué dans une interview, Macron est un pur produit du système. Mieux que cela, il est en quelques sortes la « fin de race » de ce système consanguin. Ainsi, pour l’étiqueter « anti système », on a créer un amalgame entre « hors des partis » et « hors système » puis entre « hors système » et « anti système ».

Mais voilà que le vol de fenêtre ne fonctionne pas, et pour des raisons toute simples : les Français demeurent ce qu’ils sont. Mince alors ! Après quarante ans de propagande, ils continuent à réagir comme des gaulois, zut ! flûte et crotte de bique ! Ils disent que Macron n’a pas l’étoffe d’un président : trop jeune, trop frêle, trop inconsistant.

La France est une construction symbolique, je l’explique dans mon livre « Relève-toi ». Quand bien même les Français savent intuitivement que l’homme de l’Élysée n’est qu’un sous-préfet aux ordres de l’oligarchie, il faut qu’il ait un minimum de présence car il est un symbole pour la France. L’excitation que Sarkozy a réussi à faire passer pour de la volonté a pu compenser un temps son extrême vulgarité et son inculture ; l’embonpoint de Hollande a eu un côté rassurant et a compensé un temps sa fadeur et son inculture.

Avec Macron, la mayonnaise ne prend pas. C’est le règne du vide absolu, vide du programme, mais là n’est pas l’important, surtout vide symbolique. Quand un homme d’État porte sa voix par delà la foule, lui s’égosille comme un pantin ridicule.

Panique à bord

Du coup, le scénario catastrophe se profile. Face à Le Pen au second tour, Macron peut perdre. L’oligarchie doit revoir ses plans, très rapidement, en boucle courte, quitte à risquer un phénomène de résonance. Il faut faire revenir Juppé, donc détruire Fillon, il faut éliminer Le Pen. À cet égard, le parlement européen a levé son immunité parlementaire, pas pour des raison d’emplois fictifs, il y aurait eu un risque de jurisprudence, non, pour avoir publié des photos des atrocités commises par DAESH en réponse à Bourdin qui comparait le FN et DAESH.

La situation semble hors de contrôle. Les commandes ne répondent plus. Le système peut partir en vrille à n’importe quel instant.

Il reste toutefois une solution de dernier recours : annuler l’élection et décréter officiellement la dictature en France. Si cela se produit, quelle sera la réaction du peuple et celle de la garde prétorienne : police, gendarmerie, armée ? Là s’arrête mon analyse, je n’ai pas de boule de cristal.

Régis Chamagne

Lire la suite

Livres. Relève-toi de Régis Chamagne.

12 Mars 2017 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #Comité pour une Nouvelle résistance, #Histoire, #La nation ., #La France

Aux éditions Astrée

Relève-toi, aux éditions Astrée, le dernier livre de Régis Chamagne

Ce livre, « Relève-toi », veut inviter le peuple français à reprendre son destin en main, à recouvrer sa souveraineté populaire et à sauver la France. Il est composé de trois parties, de trois cris.

Un cri d’amour

Les Français doivent commencer par s’aimer, en tant que peuple, et aimer la France. Pour cela il faut se connaître. C’est l’objet de la première partie : rompre avec cette classe médiatique et politicienne qui nous inocule depuis des décennies le poison de la culpabilité et de la haine de l’Histoire de France. La diversité des structures familiales en France fait qu’il n’y a pas un peuple français mais cent, ce qui explique notre propension à nous diviser. Mais notre géographie – un hexagone presque parfait, d’une incroyable diversité, d’une grande richesse et d’une immense beauté – nous invite à vivre ensemble et à nous inventer un destin commun. Là est résumée toute la problématique de l’Histoire de France. Le Général de Gaulle écrivait : « Toute notre histoire, c’est l’alternance des immenses douleurs d’un peuple dispersé et des fécondes grandeurs d’une nation libre groupée sous l’égide d’un État fort. »

Un cri de colère

Mais depuis la fin de la seconde guerre mondiale, un projet impérial, caché au peuple français, est à l’œuvre. Petit à petit, de façon très subtile, voire sournoise, une dictature européenne s’est mise en place. Elle a retiré tout pouvoir de décision aux citoyens français. Nous avons le choix de désigner nos élus mais pas celui de décider de notre politique. Évidemment, toute la classe médiatique et politicienne est complice, par consentement ou par ignorance. Cette deuxième partie décrypte soigneusement toute cette mécanique, preuves à l’appui, et dresse un constat sans appel, à l’opposé de la pensée unique et des discours politiquement corrects.

Un cri d’espoir

Mais la flamme de l’espérance ne doit pas s’éteindre car le salut est au bout du chemin, à condition d’en avoir la volonté et l’envie, à condition que le peuple français, une fois de plus dans son Histoire, dépasse ses contradictions et se regroupe autour d’un l’impératif sacré : sauver la France ! C’est l’objet de cette troisième partie : donner des pistes, stimuler les énergies, susciter l’envie de mener le combat de libération nationale. Alors, si nous réussissons, nos enfants et petits-enfants pourront de nouveau grandir et vivre dans une France belle et généreuse au service de l’humanité.

Régis Chamagne

Lire la suite

Demandez le programme! Par régis Chamagne.

12 Mars 2017 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #Comité pour une Nouvelle résistance, #Europe supranationale, #La France, #AMERIQUE, #Macron

Demandez le programme! Par régis Chamagne.

Demandez le programme

Pendant que les principaux candidats à l’élection présidentielle jouent leur pièce de théâtre, la Commission européenne vient de publier un document qui fixe la politique qui sera menée en France, qui que soit l’élu. Il est temps de retrouver notre souveraineté populaire.

Le 22 février 2017 la Commission européenne a édité un document de travail de 89 pages qui est l’analyse de la situation des différents pays de l’UE. On peut trouver ce document sur le site « zonebourse » avec d’autres documents qui l’accompagnent. Ce document est intitulé « DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION – Rapport 2017 pour la France comprenant un bilan approfondi des mesures de prévention et de correction des déséquilibres macroéconomiques »

Ultralibéralisme en novlangue

Dans ce texte, écrit en novlangue comme il se doit, on peut y lire ce genre de phrase : « La croissance des coûts salariaux unitaires a ralenti, grâce aux allégements de la fiscalité sur le travail et à la poursuite de la modération salariale, mais la faible croissance de la productivité empêche une reprise plus rapide de la compétitivité de la France. » Ne disposant pas de dictionnaire français-novlangue, je me permets de faire la traduction moi-même. En français, cela donne : « La réglementation sur le travail est encore trop protectrice pour les salariés et les salaires sont encore trop élevés en France. » Évidemment pas les salaires des grands patrons, qui eux, progressent en moyenne d’environ 20 % chaque année.

Nous l’avons compris, la Commission européenne n’a pas l’intention d’arrêter ni même de ralentir le rouleau compresseur ultralibéral qui ramène la multitude en esclavage et détruit la fonction publique au profit de quelques-uns.

Vers la fin du mois d’avril, seront éditées les grandes orientations des politiques économiques (GOPÉ 2017). Puis, sera ensuite édité, sous l’égide du premier ministre, le plan national de réforme (PNR 2017), qui reprendra les analyses de la Commission contenues dans le présent document et énoncera les contre-réformes (réformes en novlangue) de l’année à venir, comme l’ont été les lois Macron ou El Khomri. Tout ceci découle de l’article 121 du traité sur le fonctionnement de l’Union européenne (TFUE). J’explique tout cela en détail dans mon livre, de la page 117 à la page 121.

Un processus de planification quasi militaire

Si l’on fait un parallèle avec le processus de planification militaire, on pourrait dire que le document présent constitue l’analyse stratégique préalable à l’élaboration des directives stratégiques, que les GOPÉ sont les directives stratégiques et que le PNR est la mise en œuvre de ces directives au niveau tactique. Le niveau stratégique est donc bien à Bruxelles, le niveau tactique à Paris. Les décideurs sont à Bruxelles, les exécutants à Paris.

Le prochain exécutant élu ne changera rien

Dans le communiqué qui accompagne ce document, on peut notamment lire ceci : « La France présente encore des déséquilibres excessifs mais un certain nombre de développements économiques et de réformes mises en œuvre laissent entrevoir qu’ils sont en cours de correction progressive. Des efforts supplémentaires restent nécessaires pour arriver à une correction durable des déséquilibres. La Commission suivra donc les développements économiques et les engagements à venir, notamment le programme national de réforme et un nouveau PNR éventuel rédigé par le nouveau gouvernement, afin d’élaborer son prochain bilan approfondi. Sur la base de ce bilan, la Commission pourrait envisager de revoir le classement de la France, de  »déséquilibres excessifs » à  »déséquilibres ». »

À l’évidence, la Commission considère comme acquis le fait que la France obéira docilement à son Maître, qui que soit le nouveau président élu. Elle admet cependant qu’il pourrait y avoir de petites mesures cosmétiques et symboliques propres à faire croire au peuple français que les décisions se prennent à Paris.

Vous demandiez le programme de Macron, il est dans le tuyau puisque la commission a posé la première pierre. Vous demandiez le programme de Fillon, il est dans le tuyau puisque la Commission a posé la première pierre. Vous demandiez le programme de Hamon, il est dans le tuyau puisque… Vous demandiez le programme de…, il est dans le tuyau. Mélenchon et Le Pen proposent des PNR qui ne suivent pas les directives (recommandations en novlangue) de Bruxelles ? Nous risquons de bien rire, jaune évidemment, quand on se souvient de l’expérience grecque.

Il n’est plus nécessaire de suivre la pièce de théâtre qui se joue en ce moment et qui se nomme campagne électorale. La politique qui sera menée en France en 2017-2018 est déjà inscrite dans le marbre de Bruxelles. Pour les curieux ou les prévoyants, il vaut beaucoup mieux lire ce document que viennent d’éditer les services de la Commission européenne.

Régis Chamagne

Lire la suite

L'immunité de Marine Le Pen levée par le Parlement européen. Journal Marianne.

12 Mars 2017 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #Comité pour une Nouvelle résistance, #Europe supranationale, #La France

 
 
 

L'immunité de Marine Le Pen levée par le Parlement européen

Le Parlement européen a approuvé ce jeudi 2 mars la levée de l'immunité parlementaire de la présidente du FN, réclamée par la justice française qui lui reproche d'avoir diffusé des images d'exactions de Daech sur son compte Twitter.

Marine Le Pen n'est plus protégée. Le Parlement européen a approuvé ce jeudi 2 mars la levée de l'immunité parlementaire de la présidente du Front national, réclamée par la justice française qui lui reproche d'avoir diffusé des images d'exactions de Daech sur son compte Twitter.

Cette mesure était demandée par le parquet de Nanterre, qui a ouvert une information judiciaire à l'encontre de Marine Le Pen pour "diffusion d'images violentes".

Collard épargné à Paris

 

Bruxelles prend ainsi une décision inverse de celle du bureau de l'Assemblée nationale française, qui a rejeté le 22 février la demande de levée d'immunité parlementaire pour Gilbert Collard, dans laquelle le député apparenté FN est également accusé de "diffusion d'images violentes".

La levée d'immunité de Marine Le Pen, à effet immédiat, ne concerne que cette enquête et pas celle sur des soupçons d'emplois fictifs d'assistants de députés de son parti au Parlement européen (le "FN Gate"), dans laquelle la cheffe de cabinet de la candidate du FN à la présidentielle a été mise en examen.

Lire la suite

Quand la démocratie dégénère en bouffonnerie Par Bruno Guigue

12 Mars 2017 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #Comité pour une Nouvelle résistance, #Europe supranationale, #La France, #AMERIQUE, #L'OTAN., #Politique étrangère, #Macron

« En marche » ?... Beuh !

« En marche » ?... Beuh !

  •  

Quand la démocratie dégénère en bouffonnerie

 

On parle beaucoup des mésaventures de M. et Mme Fillon, mais la crise conjoncturelle gravissime que traverse la droite française, en réalité, révèle surtout la perte de substance démocratique de notre système politique. Ce scandale politico-financier somme toute assez banal (si ce n’est que le principal intéressé est un candidat majeur à l’élection présidentielle) ne nous a pas appris que les élus considéraient les deniers publics comme de l’argent de poche. On le savait déjà. Il n’a pas dévoilé, non plus, l’imbrication suspecte des pouvoirs politique, médiatique, judiciaire et financier. Le phénomène est connu, et aussi ancien que la démocratie formelle, suspendue aux rapports de forces des acteurs sociaux qui se saisissent de ses procédures comme on investit un champ de bataille.

Ce que montre cette crise, c’est l’inanité d’un système où tout est suspendu au sort d’un politicien transformé par les primaires en « deus ex machina ». Que ce champion s’effondre, et tout est fini. On peut comprendre la colère des électeurs de droite, frustrés d’une représentation digne de ce nom lors d’une compétition majeure. Mais ce danger systémique est la rançon d’un régime qui fait du scrutin présidentiel la clé de voûte des institutions. Si elle lâche, tout s’effondre. Depuis la fondation de la Vème République, la vie politique a été mise en orbite autour de l’élection suprême. La compétition élyséenne en constitue l’alpha et l’oméga. L’instauration du quinquennat a accentué cette tendance, en faisant dépendre l’issue des élections législatives du verdict présidentiel.

Ce dispositif institutionnel taillé sur mesure pour le général de Gaulle fonctionne désormais à rebours de son projet initial. Destiné à souder la nation autour d’un chef élu par le peuple, il dépossède ce dernier en dévitalisant le débat démocratique. Emmanuel Macron est à la fois le théoricien et le bénéficiaire de cette politique de la terre brûlée qui évacue scrupuleusement la politique (au sens noble du terme) du débat électoral. Complètement artificielle, calquée sur les tempos instantanés et les codes débilitants de la télévision, la personnalisation du scrutin relègue les programmes au second plan. Les candidats sont lancés sur le marché comme des savonnettes, la confrontation dégénère en coups tordus, l’obsession du « buzz » supplante le débat d’idées. Le résultat final, c’est qu’on a un cheval de cirque à la place d’un cheval de course.

On pointe à juste titre la vacuité de cette joute électorale, on peste contre la débilité de ce Barnum politicien, mais on oublie généralement de souligner l’américanisation qui en est la cause. Au lieu de confronter des projets incarnés par des forces sociales organisées, la compétition présidentielle met aux prises des compétiteurs sans envergure, des bateleurs rodés à la « com » qui font des moulinets avec leurs bras en débitant des banalités. Si les électeurs sont dépolitisés, inutile de se demander pourquoi ! La crise de la politique est entretenue par le débat politique lui-même, soigneusement vidé de sa substance par les professionnels du décervelage.

Cette dégénérescence de la démocratie en bouffonnerie est d’autant plus nocive qu’elle s’accompagne d’un autre phénomène. C’est l’emprise des milieux financiers sur les médias de masse, phénomène qui semble avoir désormais atteint son maximum historique ! Dans un pays où neuf milliardaires possèdent la quasi-totalité des organes de presse, la délibération démocratique est au mieux une illusion consolatrice, au pire une vaste fumisterie. Naïfs, nous croyons que nous choisissons nos dirigeants et que ce choix est transparent. Mais deux idées fausses ne feront jamais une idée vraie. Et ce qui est sûr, c’est que cette double illusion est indispensable à la perpétuation de l’oligarchie.

La promotion d’Emmanuel Macron sur les décombres d’un fillonisme faisandé illustre à merveille ce poids des structures. La candidature du père Noël des possédants ayant explosé en plein vol, la caste lui a aussitôt trouvé un substitut. L’insoutenable légèreté de ce candidat à programme variable tient lieu de boussole d’une élection dont le résultat est programmé d’avance. La mine réjouie du jeune banquier d’affaires, très fier d’avoir gagné deux millions d’euros en deux mois en montant une OPA pour Nestlé, orne les couvertures des magazines, M. Bourdin lui sert copieusement la soupe sur Bfm, et « Le Monde » fait sa campagne grâce aux 13 millions d’euros de subventions publiques. Tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes de l’oligarchie. Contrôlant les médias qui formatent l’opinion, elle préside à une foire d’empoigne électorale qui distraira le bon peuple et ne lui réservera aucune mauvaise surprise.

Bruno Guigue  3 MARS 2017

Source : Bruno Guigue 

Lire la suite

Un riche touriste détroussé à Paris (et ce n’est qu’un début). LGS.

12 Mars 2017 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #Comité pour une Nouvelle résistance, #Europe supranationale, #La France, #AMERIQUE, #L'OTAN., #Macron

 

Un riche touriste détroussé à Paris (et ce n’est qu’un début).

Devant la boutique Yves Saint Laurent, avenue Montaigne à Paris un avocat vénézuélien s’est fait arracher sa montre de la marque Audemars Piguet, modèle Tourbillon Concept Openworked, avec bracelet en crocodile, et valant 210 000€ » ( =15 ans de SMIC).

D’autres malfrats en bande organisée sont sur un casse fixé au 23 avril et qui frappera les esprits par son ampleur. Jouant sur la crédulité des citoyens, il s’agit de s’introduire chez eux avec le sourire avant de repartir en emportant la sécurité sociale, le canevas avec la biche dans le bois, le droit au chômage, les heures supplémentaires, la boule de verre où il neige quand on la remue, la retraite, l’avenir des enfants, les 35 heures, la soupière à médicaments, les CDI, le chemin de table au crochet, les droits syndicaux, le baromètre qui n’a jamais marché, les casques anti-coups de tonfas, et autres babioles auxquelles les gens simples sont comiquement attachés.

Leur plan ne peut échouer si les victimes sont braquées ce jour-là contre le voisin autoproclamé qui essaie de les alerter avec sa voix forte (il est sourd, ou quoi ?) et son égo surdimensionné d’insoumis.

Théophraste R. (Sous-directeur de la Brigade de détection des bateleurs et bonimenteurs médéfiens voleurs du peuple).

URL de cette brève 5352
https://www.legrandsoir.info/un-riche-touriste-detrousse-a-paris-et-ce-n-est-qu-un-debut.html
Lire la suite

La France n’a plus de politique étrangère ? Vendons notre siège au Conseil de l’ONU au Qatar. Par Jacques-Marie BOURGET du Grand Soir.

12 Mars 2017 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #Comité pour une Nouvelle résistance, #Europe supranationale, #La France, #AMERIQUE, #L'OTAN., #La nation ., #Daesch, #Politique étrangère

La France n’a plus de politique étrangère ? Vendons notre siège au Conseil de l’ONU au Qatar.

L'Europe est une colonie étasunienne créée par un agent français de la CIA et un ministre de Pétain. La politique étrangère de Paris se décide à Washington. Pourquoi dépenser de l'argent en entretenant un lourd Titanic nommé Quai d'Orsay ? Il faut en faire un palace couvert d'étoiles et vendre notre voix au Conseil de l'ONU au plus offrant, à coup sûr le Qatar.

Et si, sur eBay, on mettait en vente la voix de la France au Conseil de sécurité de l’Onu ? Ça ferait des sous pour payer d’autres gardes du corps à Marine Le Pen et d’autres épouses travailleuses à François Fillon. J’ai un ami corse, expert pointilleux en achat et vente de votes, qui pourrait se charger de la transaction. On nous dit que les caisses de la France sont vides ? Très bien. Mais puisque personne, entre les candidats à la succession de Paul Deschanel, ne nous propose de faire revenir en France les 160 milliards de taxes et impôts en cavale, ce droit de suffrage à l’Onu a la qualité d’une voix en or.

Ma réflexion mérite au moins une bonne étude de marché. Il serait judicieux de la confier à Ladreit de la Charrière, un homme qui a de l’entregent, et même de l’entre-François ; qui connaît donc du monde, le monde. Les plus courageux d’entre nous, ceux qui ont perdu de jolies soirées à écouter les moulins à paroles des « primaires » l’ont constaté : pour présider la France, un programme de politique étrangère n’est pas nécessaire. C’est un peu l’option macramé au bac, larguée entre la prolongation du boulevard Saint-Germain jusqu’à la mer et la gratuité des rasoirs.

Avant, l’Europe était à l’étranger... C’est fini. Tant mieux pour l’espéranto et les citoyens du monde : maintenant l’Europe, c’est chez nous. Que vous croyez ! On a oublié de le marquer sur la carte, mais la capitale des 28 n’est ni à Bruxelles ni à Strasbourg, mais à Washington. C’est là, après 1945, que le plan d’un grand marché « libre », d’une grande colonie, a été écrit. Son nom sera Europe. Pour en maçonner les fondations, les Américains ont jadis missionné deux formidables apôtres, Jean Monnet, ami de la CIA, et Robert Schuman, ministre de Pétain, des hommes sûrs. Résultat, aujourd’hui à Bruxelles 40 000 lobbyistes, tels les petits Blancs d’Afrique, veillent au bon déroulement de l’US dessein.

À ce point vous objectez que, si l’Europe est étasunienne, en débattre est alors causer de politique étrangère ! Pas du tout. Par la magie de la mondialisation mondialisée, il se trouve que la France, c’est l’Amérique. Donc plus besoin de payer au Quai d’Orsay des diplomates, « néocons », qui ne sont que les perroquets de Washington. Fermons le Quai puisque nos choix à l’étranger, hors le sursaut Chirac-Villepin, sont ceux des Bush, Clinton, Obama et Trump aujourd’hui. Voilà une seconde économie, zéro Quai.

Sûrement têtus, vous entendez démontrer que je déraille. Puisque la France bombarde des pans entiers de la planète, c’est bien la preuve que Paris a une vraie géopolitique. À cet instant je suis étonné que vous n’ayez pas remarqué que l’Otan est un outil des États-Unis dont nous ne sommes que les mercenaires. Qu’il n’y a pas de bombe « occidentale » larguée sans un OK venu du corral washingtonien.

Exemple : quand Hollande, dans une crise de folie peu douce, entreprend de bombarder Damas, Obama dit « no » et le met au piquet (et c’est heureux). Sans juger utile d’informer le vacataire de l’Élysée que les Russes, par leurs radars et contre missiles, avaient déjà rendu le ciel de Damas impénétrable. Non, ce qui est autorisé, recommandé, c’est le farouche soutien aux oligarques néo-nazis ukrainiens. Ça, c’est le paradis assuré. D’ailleurs sur son écran raplapla, Pujadas nous le serine : « L’Ukraine, c’est vital pour l’Europe. » Traduisons : pour les États-Unis. Et pour ses milliardaires de la variété Soros, autrement dit pour Wall Street et les « révolutions » orange. Regardons ailleurs, à Riyad : quand Hollande assiste à une réunion du Conseil de commandement qui regroupe les Saoudiens et les États du Golfe, dont le but est d’écraser le Yémen, il obéit à qui, le président de la République François ?

Heureusement, en cache-sexe de la « politique » étrangère française, nous avons Bachar. Ah ! Bachar ! Celui que l’on appelle par son petit nom comme un ami – ou comme un domestique arabe – sert de cours de rattrapage, type Sciences-Po, à des députés qui prennent le Pirée pour un homme. Observons que chacun d’eux, gauche-droite, en bon godillot, a voté pour la guerre en Libye. Un choix judicieux qui nous indique une grande capacité de visionnaire.

J’allais oublier un axe fondamental, celui sur lequel la France déploie son savoir-faire comme une clématite sur un tuteur : l’Afrique. Boum le Mali ! Pan pan les terroristes ! Ouh là là ! Allez faire un peu de tourisme chez les Dogons ou visiter les Toubous et, dans la foulée, la Centrafrique comme ce n’est pas loin, vous verrez comme tout va bien en Françafrique où on ne fait pas de politique étrangère, mais des affaires. C’est sûr, vous n’en reviendrez pas.

Donc tel un « expert » invité à l’émission télévisée C dans l’air, j’en reviens à ma bonne idée : vendons notre voix à l’Onu, soyons Folamour. Je propose comme client le Qatar, sa sagesse, sa hauteur de vue, sa qualité démocratique qui sont une garantie : notre voix sera aussi bien portée que du Dior par la Cheikha.

Pourtant, espoir, le retour d’une stratégie, d’« une vision pour la France », n’est pas une illusion totalement perdue. Il suffit pour cela de confier les clés du pays à Emmanuel Macron ou à Benoît Hamon. Prenons le Proche-Orient comme exemple, le chaudron où mitonne tant d’injustice. Par rapport à Israël, le banquier Macron qui condamne la colonisation en Algérie, mais l’approuve à Gaza et Cisjordanie, « rejette l’idée que la France reconnaisse la Palestine »... Tandis que Hamon, qui lui ne trouve pas d’aspect criminel à la colonisation, « attend que les pays qui entourent Israël cessent de lui être hostiles »... Face à ces idées fortes exprimées par de tels géants, je retire ma proposition : la voix de la France n’est plus à vendre. Elle est déjà en viager.

Jacques-Marie BOURGET

Ce texte a été publié dans le mensuel Afrique Asie de mars 2017.

Normalien, cacique à l’agrégation de lettres modernes, Laurent Fabius utilise tout naturellement le mot "expertise" dans son sens anglais (LGS).

URL de cet article 31605

   

Lire la suite

Les "néocons" battus à Alep veulent toujours la peau du Hezbollah. Par Jacques-Marie BOURGET dans le Grand Soir.

12 Mars 2017 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #Comité pour une Nouvelle résistance, #Europe supranationale, #La France, #AMERIQUE, #L'OTAN., #La Russie, #Terrorisme, #La Syrie - La Libye - l'Iran -, #Israël - palestine - Moyen-Orient, #La justice

 

Les "néocons" battus à Alep veulent toujours la peau du Hezbollah.

Alors que la coalition des nouveaux impérialistes se réjouissait par avance d'un coup double à jouer en Syrie, éliminer Bachar et le Hezbollah tout en écorniflant l'Iran, voilà que l'organisation de résistance libanaise sort renforcée de la victoire d'Alep. Il faut donc abattre Nasrallah et ses troupes par un autre moyen, le vieille arme de la CPI et des "crimes de guerre". La machine est en route.

Ce qui est pénalisant dans le vieillissement ce n’est pas seulement la difficulté que l’on éprouve à lacer ses chaussures, c’est que l’on parle de moments d’histoire que personne n’a connus. Outre les amis bancals qui vous accompagnent sur le chemin du cimetière. Ainsi Geneviève Tabouis, une journaliste qui a déclamé pendant trente ans ses chroniques sur « Radio Luxembourg », ça ne vous dit rien ! Cette amie d’Eleonor Roosevelt et de Joseph Staline avait coutume de démarrer son couplet par un sonore « Attendez-vous à savoir... ».

N’étant ni l’ami de Melania Trump ni le cousin de Vladimir Poutine, je m’autorise quand même à vous lancer mon personnel « Attendez-vous à savoir... ». Attendez-vous à savoir que dans les ateliers de Washington, là où l’on forge si bien le mensonge, une grande campagne est en cours de montage. Une entreprise de première grandeur qui mobilise aussi les orfèvres israéliens, toutes les petites mains du lobby néoconservateur et les forces pures et vives de ces organisations non gouvernementales (sic) qui, par chance et goût de la démocratie, embrassent toujours les vœux de la CIA ou ceux de George Soros. C’est-à-dire la même chose.

Attendez-vous donc à savoir que le Hezbollah, pour le comportement supposé de ses soldats en Syrie, va être livré à l’accusation publique. Certains combattants de cette juste cause rêvent même de l’édification d’une CPI « spéciale », comparable à celle chargée de désigner qui a envoyé Rafic Hariri au ciel.

Lecteurs de combat, donc penseurs de l’autrement, vous avez tout de suite compris l’ambition des manipulateurs et leur enjeu : continuer par d’autres moyens, par l’arme médiatique, leur guerre perdue à Alep. Un ami sincère, un frère pourtant habitué à la magie des montreurs de lune, m’a informé de l’offensive. J’ai été surpris et même meurtri que ce combattant des toutes les libertés tombe dans le panneau : « Si, si, à Alep les miliciens du Hezbollah ont multiplié les atrocités »... Me voilà donc, une fois encore, alors que pour les connaitre je déteste les guerres, obligé de présenter le massacre comme une bagatelle. Et il l’est, si j’ose dire. La certitude est la suivante, si les disciples de Nasralla ont commis des crimes de guerre, il en va tout autant des soldats de la République Arabe de Syrie et de ces humanistes islamistes décrits sous l’alléchante banderole de « Rebelles modérés ». Sans parler des tueurs d’Al Nosra, amis de Fabius, et des barbares de Daech. La guerre est toujours un crime et l’attelage des deux mots est une tautologie.

Attendez-vous donc à ce que nos journaux, qui n’ont rien vu à redire de l’impeccable comportement des criminels de masse agissant – du bon côté – en Afghanistan, en Irak, au Kosovo, en Libye, au Yémen, vous clouent les combattants chiites libanais au pilori planétaire. Alors que Trump ressort son bâton de Guignol contre l’Iran, il est bon que ces admirateurs de l’imam Hussein ne sortent pas trop puissants de ces ruines d’Alep qui ont été aussi un tombeau pour les espoirs de l’OTAN. Comme chacun sait, et comme vous le confirmera une lecture ordinaire du Monde, en dépit de ses dizaines de têtes nucléaires, « Israël est menacé dans sa survie par les criminels du Hezbollah ». D’urgence pendons donc ces soldats chiites si cruels et dangereux. Urgence... urgence... pas si sûr puisque, dans leur soif de justice, les experts du trébuchet mondialisé seront –forcément- occupés à punir dans un tour de rôle d’autres « crimes de guerre », ceux de Kissinger, Bush, Olmert, Clinton, Netanyahou, Sarkozy, du droneur Obama et autres étalons de la démocratie. Rappelons l’incontournable doctrine du vieux maître Vergès : « Vous ne pouvez condamner Barbie sans juger Massu ».

Ayons confiance en l’instinct suicidaire de la presse qui, d’un mensonge l’autre, roule sa toile de cirque pour s’en faire un linceul. Depuis sa chaire du Collège de France, Pierre Bourdieu a fini sa vie en combattant le système des « médias-mensonges ». En chirurgien des idées il évoquait la raison d’agir des journaux, surtout ceux du gratin, vrais chiens de garde de « l’opinion », forts de leur « monopole de la violence symbolique ». Sans être un digne exégète, en parlant aujourd’hui de ces journalistes, je vais extrapoler la pensée du grand sociologue. Faut dire qu’il y a « urgences », comme on l’écrit aux portes des hôpitaux, et mon néo concept post bourdieusien est de dire maintenant que nos nouveaux journalistes détiennent le missile parfait : le « monopole de la diffamation légitime ».

Après qu’aucune star du journalisme vrai, genre Florence Aubenas, n’a été expédiée à Alep pour nous écrire le bilan de six années de guerre, soyons sûrs que les ateliers de la contrefaçon vont nous abreuver d’horribles nouvelles tirées de ce noir et récent passé. En 1999 suite à la guerre du Kosovo qui, même à « zéro mort » du côté des bons ne font pas en dentelles mais en mensonges, l’admirable Edwy Plenel – qui veut être à la presse ce que Marx fut au capital – nous a régalé d’un scoop : « sans l’intervention de l’OTAN des dizaines de milliers de kosovars auraient été exterminés dans un « génocide » ». Eh oui ! La preuve ? Plenel s’était procuré le plan « Fer à cheval », celui qui programmait, planifiait les massacres. Hélas le document d’Edwy était un faux écrit par les services secrets allemands. Zut.

Résumons. Entre des journalistes qui publient des documents façonnés et d’autres qui découvrent du gaz sarin où l’ONU n’en a pas remarqué, l’horizon médiatique est favorablement ouvert aux guerriers de l’info. Eux qui ne passent pas leur temps dans la boue ou les abris de béton mais dans les fauteuils Eames des officines « occidentales ». Celles où l’on invente les « unes » de demain.

Jacques-Marie BOURGET

Chronique publiée dans le mensuel Afrique Asie du mois de février.

URL de cet article 31497

   

Lire la suite